Louis cartonne avec son séparateur de bureaux en polycarbonate sur-mesure

 |   |  698  mots
L'entreprise toulousaine Louis propose des séparateurs de bureaux en polycarbonate dans l'optique du déconfinement.
L'entreprise toulousaine Louis propose des séparateurs de bureaux en polycarbonate dans l'optique du déconfinement. (Crédits : Louis)
La jeune PME toulousaine vient de lancer la production de séparateurs de bureaux sur-mesure en polycarbonate. Ce nouvel outil, du nom de Vauban, doit permettre aux salariés de reprendre le travail au sein de leurs entreprises de manière sécurisée au moment du déconfinement. Des grands groupes et des mairies sont sur le point de passer des commandes fermes. Mais ce n'est qu'une activité provisoire pour Louis qui prévoit un chiffre d'affaires divisé par quatre sur l'année 2020 en raison de la pandémie. Présentation.

Depuis quelques jours, certaines entreprises ont repris le travail dans leurs bureaux et d'autres s'y préparent pour le 11 mai, date du déconfinement annoncée en France. Néanmoins, le retour en entreprise s'accompagnera du respect des gestes barrières pour les salariés, avec notamment le port du masque potentiellement imposé. Dans cette optique, la jeune PME toulousaine Louis vient de lancer un projet du nom de Vauban.

"Cette nouvelle offre a été créée dans l'optique du déconfinement, tout en regardant ce qui se faisait dans les pays qui ont démarré cette étape cruciale. Ce n'est pas agréable de travailler avec un masque sur le visage toute la journée. L'idée est donc de proposer un produit, en l'occurence un séparateur de bureaux, qui sécurise le retour au travail tout en étant pratique dans son utilisation", explique Thomas Devineaux, le président et fondateur de Louis.

Ainsi, la jeune entreprise de 16 salariés propose son nouveau produit sur-mesure et ce, sous trois modèles : en U, en H ou I. Un concept qui séduit "dans toute la France" puisqu'en quelques jours Louis a reçu l'équivalent de 150 000 euros de devis, dont certains se sont déjà transformés en commandes fermes.

Louis

Les différents modèles de séparateurs de bureaux proposés par Louis, basée à Toulouse (Crédits : Louis).

"Le fournisseur toulousain d'énergies vertes Ilek va recevoir sa commande dans les jours à venir, nous échangeons avec des grands groupes et des intercommunalités comme le Sicoval, qui regroupent actuellement les commandes de leurs communes", précise Thomas Diveneaux.

Un contre-pied (provisoire) à son placement historique

Composé de polycarbonate, un plastique haut de gamme aussi transparent que le verre, ce séparateur de bureaux va cependant à contrario de l'idée fondatrice de Louis : proposer du mobilier de bureaux sur mesure, sans déchet, sans plastique et matériaux recyclés. Mais cette ligne de conduire n'a pas été oubliée par la société toulousaine au moment de lancer Vauban.

"Notre volonté est de proposer un outil simple à monter et démonter, auto-portant, résistant aux courants d'air et à ranger quand vous le souhaitez. Mais nous travaillons déjà sur les filières de recyclage pour donner une seconde vie à ces séparateurs, notamment pour les écoles de design, afin d'éviter de les voir envahir les poubelles dans un an", tient à souligner le dirigeant.

Agile par sa...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2020 à 20:31 :
Bonsoir, qu' il est doux de lire des solutions trouvées et non des chiffres de décès. BRAVO ET COURAGE****LA VIE D' après

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :