Monkilowatt veut révolutionner l’accès à l’électricité

Spécialiste des énergies renouvelables, cette startup toulousaine a créé un abri autonome équipé de panneaux photovoltaïques. Pour soutenir le développement de cette invention destinée à alimenter en électricité des sites nomades ou reculés, Monkilowatt prépare un premier tour de table d’un million d’euros.

3 mn

La solution énergétique est installée sur des conteneurs, qui offrent un abri de 70 à 140 m2
La solution énergétique est installée sur des conteneurs, qui offrent un abri de 70 à 140 m2 (Crédits : Monkilowatt)

Utiliser des conteneurs pour créer une zone électrifiée, c'est l'idée de Monkilowatt, entreprise toulousaine fondée en 2016 par Christian Saubion, Stephane de La Fournière (tous deux anciens de Cirtem, une société d'électronique créée par Mr Saubion) et Jean Marc Lalane (fondateur de IGE+XAO et de Midisolaire). La startup a mis au point une solution énergétique capable de s'adapter à des sites où l'accès à l'électricité fait défaut, telles que des zones militaires ou encore des lieux consacrés à des événements sportifs en extérieur.

Baptisée Containwatt, leur invention brevetée consiste à équiper des conteneurs de panneaux photovoltaïques. Configuré afin que ces panneaux soient installés à trois mètres de hauteur, l'espace dégagé en dessous de l'installation forme un vaste abri, de 70 à 140 m2. Soutenus par les structures porteuses des panneaux photovoltaïques, les abris peuvent être souples comme des tentes, ou semi-rigides en montant des cloisons.

"Avec cette invention, on rend efficient le moindre mètre carré. C'est une idée toute simple qui a été brevetée au niveau international et offre de nombreux avantages. On peut faire des bases de vie civile ou militaire, des dortoirs, des salles d'artistes pour de l'événementiel, cela ouvre le champ des possibles", note Jean-Marc Lalane.

Nomade, conçu pour être installé en une journée via un système « plug & play », le Containwatt, dont le coût est de 150 000 euros, peut être entièrement autonome, avec une batterie à l'intérieur du produit, ou "hybridé". Cette seconde option fait cohabiter panneaux photovoltaïques et d'autres sources d'énergie.

Un ancrage local revendiqué

Si Monkilowatt a finalisé sa solution il y a tout juste deux mois, elle entend déjà soutenir son développement en préparant un premier tour de table d'un million d'euros. Objectif : muscler les effectifs de l'entreprise pour développer la partie commerciale et R&D.

"Il y a un champ immense de besoins qui arrivent dans notre domaine. Nous développons des partenariats pour créer des stations de pompage et de traitement d'eau dans nos conteneurs", indique le chef d'entreprise.

Lauréate en 2018 du trophée "Coup de cœur" d'Energaïa, un forum dédié aux énergies renouvelables et dont la dernière édition s'est tenue les 11 et 12 décembre à Montpellier, l'entreprise joue la carte locale pour les composants de ses produits. Ainsi les panneaux photovoltaïques sont assemblés à Toulouse, l'aluminium des abris vient de Carmaux (Tarn) et les conteneurs sont d'occasion.

"Nous essayons d'avoir une démarche RSE (responsabilité sociale des entreprises, ndlr) la plus poussée possible. Un litre de gasoil génère 2,8 kilos de CO2 et un aller-retour Toulouse-Bordeaux correspond à près de 100 kilos de CO2. Quand on a conscience de ces ratios, on fait attention à la manière dont on travaille", souligne Jean-Marc Lalane.

L'entreprise, qui table sur une demi-douzaine de ventes pour l'année 2020, projette de réaliser un chiffre d'affaires de 8 millions d'euros à l'horizon 2022.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.