Zéro déchet : une Tarbaise invente des protections féminines lavables

 |   |  945  mots
Les serviettes sont cousues dans des tissus bio et ne contiennent pas de produits nocifs pour l'environnement
Les serviettes sont cousues dans des tissus bio et ne contiennent pas de produits nocifs pour l'environnement (Crédits : DR)
Dernièrement, le mouvement zéro déchet a pris beaucoup d’ampleur. À Tarbes, Armelle Dhainaut confectionne divers accessoires du quotidien qu’elle met en vente sur son site, "Le Fil d’Armelle". Désireuse de minimiser son empreinte écologique et de s’assurer de la composition de ses protections intimes, elle a cousu des protections hygiéniques lavables et réutilisables, en coton absorbant et tissu imperméable bio.

Les menstruations font partie intégrante de la vie des femmes. En moyenne, celles-ci ont leurs règles durant environ 40 ans, environ cinq jours par mois, soit près de 2 400 jours au cours de leur vie, ce qui représente six ans et demi. Le liquide menstruel se retrouve en général sur une serviette ou dans un tampon qui finissent à la poubelle après une brève utilisation.

Or les serviettes contiennent généralement du plastique, de la base étanche aux produits synthétiques qui absorbent le fluide ainsi que dans l'emballage. Les tampons eux, sont emballés et encapsulés dans des applicateurs en plastique, avec des ficelles à leur extrémité. Certains modèles incluent même une fine pellicule de plastique dans la partie absorbante. Au mois de février 2019, l'association 60 Millions de Consommateurs avait déploré la présence de résidus de glyphosate et de phtalates dans ces produits.

À Tarbes, Armelle Dhainaut, créatrice d'accessoires zéro déchet, a décidé de confectionner des serviettes hygiéniques réutilisables. Ces serviettes en tissu lavables, de la même forme et taille que des serviettes industrielles classiques, sont fabriquées et assemblées à la main. Les tissus utilisés sont bio et ne contiennent pas de produits nocifs pour l'environnement et la santé.

"J'utilise un tissu à motifs en coton imperméable, directement en contact avec la peau, auquel viennent s'ajouter un lange absorbant en éponge de coton et un tissu en micro éponge de coton. J'assemble les différentes parties et renforce les bords à la machine à coudre afin que la serviette tienne le plus longtemps possible", décrit la créatrice.

Des produits adaptés à tous les cas

Des boutons à pression semblables à ceux que l'on trouve sur les vêtements pour bébés sont placés sur les ailettes de la serviette afin de l'accrocher au sous-vêtement. Pour l'entretien, Armelle Dhainaut conseille de les laver à l'eau froide et au savon de Marseille. Afin de répondre aux différents attentes de chacune, elle propose deux modèles, un pour flux normaux et un plus grand pour la nuit et les flux abondants.

"Par exemple, des mamans qui craignent les cycles qui suivent l'accouchement me demandent des versions pour flux très abondants et dans ce cas, je les adapte ", précise-t-elle.

Avant de mettre en vente ses créations, elle et ses proches ont testé le produit durant de nombreux mois "afin de s'assurer de son...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2019 à 7:13 :
Quelle invention ! C'eszt ce que faisait nos grands parents !
La créati.........nerie est sans limites ........
a écrit le 29/10/2019 à 15:31 :
Bonjour à vous, je souhaite apporter une remarque sur votre titre. La création de Fil d'Armelle est très louable. Mais ce n'est pas la première structure sur ce marché. Les protection féminines lavables existent depuis 2016. Bonne journée, Mia

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :