La centrale photovoltaïque sur l'ancien site d'AZF en service d'ici six mois

 |   |  668  mots
Le maire de Toulouse et président de la Métropole a participé à la pose du premier panneau photovoltaïque de la centrale, le 28 août.
Le maire de Toulouse et président de la Métropole a participé à la pose du premier panneau photovoltaïque de la centrale, le 28 août. (Crédits : Rémi Benoit)
Touchée par un accident industriel important en 2001, l'ancien site d'AZF à Toulouse va désormais accueillir la plus grande centrale photovoltaïque urbaine de France. L'équipement, qui produira l'équivalent de la consommation annuelle de 4 100 foyers, sera mis en service d'ici six mois. La pose du premier panneau a eu lieu mercredi 28 août.

Après le Marché d'intérêt national (Min), la station d'épuration de Castelginest, le futur parc des expositions à son ouverture en juin prochain et les toits des bâtiments de la Métropole à Marengo en fin d'année, c'est au tour de l'ancien site sur lequel se trouvait l'usine pétrochimique AZF d'être équipé d'une centrale photovoltaïque. La pose du premier panneau photovoltaïque s'est déroulée mercredi 28 août, en présence du maire de Toulouse et président de la Métropole, Jean-Luc Moudenc.

Lire aussi : Une friche de l'ancienne usine AZF transformée en parc solaire

"C'était un projet en gestation au sein des services de Toulouse Métropole depuis 2015 et après avoir remporté l'appel d'offres émis par la collectivité en 2017, le chantier a démarré il y a seulement quelques mois. Une fois terminé, il laissera place à un parc photovoltaïque de 25 hectares doté d'une puissance de 15 mégawatts crête dont on espère une production annuelle de 19 350 MWh, soit l'équivalent de la consommation annuelle de 4 100 foyers", raconte Stéphanie Andrieu, directrice générale d'Urbasolar, la société héraultaise choisie pour exploiter le site.

Centrale photovoltaÏque AZF

Sandrine Andrieu a dressé le bilan de son entreprise en Haute-Garonne (Crédits : Rémi Benoit).

De telles statistiques en feront ni plus ni moins que la plus grande centrale photovoltaïque en milieu urbain de France. Une petite fierté pour cette entreprise qui dispose déjà d'une quinzaine de centrales en Haute-Garonne, sans compter les cinq qui sont en chantier dont celle à quelques pas de l'Oncopole. Cette position géographique a d'ailleurs compliqué l'élaboration du projet.

"Nous sommes confrontés à deux contraintes sur le terrain : il est très pollué donc on ne peut pas y planter des choses trop profondes et il est situé sur une zone inondable faible à moyenne", déclarait à La Tribune fin novembre Émilion Esnault, élu municipal chargé de l'éclairage public.

Un partenariat public-privé

Résultat, les panneaux solaires seront surélevés sur des pieux insérés dans le sol à une faible profondeur pour laisser s'écouler l'eau autour des pieds. Les investissements pour mener à bien ce projet sont importants : 12,4 millions d'euros partagés entre Urbasolar, Toulouse Métropole, la régie municipale d'électricité de Toulouse, l'Agence régionale de l'énergie et la coopérative Citoy'enR.

Centrale photovoltaÏque AZF

La pollution des sols nécessite un aménagement spécial (Crédits : Rémi Benoit).

Cette dernière, grâce à ses 360 sociétaires, est parvenue jusqu'à présent à mettre en service six petites centrales photovoltaïques sur l'aire urbaine de Toulouse, représentant la consommation électrique de 50 foyers. En l'intégrant au projet, la Métropole veut inciter les Toulousains à acquérir des parts capitalistiques dans cette centrale et donc par la suite toucher des dividendes sur les recettes réalisées pour les réinjecter dans la transition énergétique.

"D'ici six mois, ce projet sera mis en service. Mais cela ne sera alors que le début d'une longue vie commune d'une durée de 35 à 40 ans", se réjouit le président d'Urbasolar, Arnaud Mine.

Au début de l'été, l'entreprise montpelliéraine et Toulouse Métropole ont signé un bail commercial, encadrant l'utilisation et la location sur la durée du terrain qui appartient à la collectivité.

Centrale photovoltaÏque AZF

Jean-Luc Moudenc rejette toute tentative de manoeuvre politique à l'aube des élections municipales (Crédits : Rémi Benoit).

"Depuis début 2019, j'ai fait le choix de mettre l'accent sur la nécessité de végétaliser la ville. Certains ont alors laissé penser que je m'y atteler seulement depuis quelques mois alors que ce projet lancé il y a plusieurs années montre tout le contraire. Dès le début du mandat, nous avons voulu multiplier ce type de projets afin que Toulouse soit une ville particulièrement dynamique en la matière", s'est défendu Jean-Luc Moudenc.

Lire aussi : Municipales : Jean-Luc Moudenc défend son bilan et attaque les écologistes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2019 à 18:29 :
Dans les faits, tout cela ne sert pas à grand chose.

Malgré des centaines de milliards d'euros dépensés dans le solaire photovoltaïque et l'éolien, l'Allemagne a toujours autant de centrales thermiques.

En 2010, la puissance installée était de 23,8 GW de gaz et 49,7 GW de charbon.
En 2019, la puissance installée est de 29,4 GW de gaz et 44,9 GW de charbon.

Comme ces centrales sont utilisées de façon intermittente, elles produisent moins d'électricité mais émettent toujours autant de CO2 car démarrer une centrale thermique, modifier la puissance une centrale thermique augmentent les émissions de CO2 par kwh.

Voilà pourquoi, en 2018, l'Allemagne a mis presque 2 fois plus de CO2 par habitant que la France.
a écrit le 29/08/2019 à 16:09 :
Et sur le charnier des victimes d'Adolphe Thiers on construisit le sacré coeur. Autre temps autres mœurs.

Ah les politiciens...
a écrit le 29/08/2019 à 13:23 :
A quand un plan général pour couvrir les immenses parkings des supermarchés de panneaux solaires ? Ça permettrait 1) de fournir de l'électricité verte 2) de rentabiliser enfin toute cette place perdue [ceux qui ont déjà vu le parking d'un Super-U vendéen à la morte saison comprendront] 3) d'abriter les consommateurs du soleil ... ou de la pluie 4) rapporterait de l'argent au supermarché en question, ce leur permettrait peut-être de descendre le prix du bio ... houlà, je m'égare dans mes rêves là !
Réponse de le 29/08/2019 à 20:24 :
Surprise !!! Cela existe déjà..... Par exemple Casino a une filiale spécialisée dans ce genre de réalisation !!
Réponse de le 29/08/2019 à 21:31 :
"couvrir les immenses parkings des supermarchés" ça coûterait des sommes immenses ?
J'ai apprécié de voir ce système en Corse, à Corte, ombrage bien venu même hors juillet/août, on fait ses courses puis reviens à la voiture tiède.
Il faudrait voir le prix à l'emplacement, pourquoi ne pas rendre les emplacements payant (pas cher) pour accélérer le remboursement ?
a écrit le 29/08/2019 à 12:49 :
La Tribune, comment pouvez-vous faire un article sur un parc photovoltaique, en ne mentionnant meme pas la capacité installée? C'est la première information que le lecteur cherche (pour savoir si on parle d'un projet important ou insignifiant).
Réponse de le 29/08/2019 à 15:36 :
Ajouté : 15 mégawatts crête

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :