Perfarmer, l’application gersoise qui lutte contre la volatilité des prix agricoles

 |   |  511  mots
Un agriculteur, Émeric, utilise Perfarmer depuis son tracteur.
Un agriculteur, Émeric, utilise Perfarmer depuis son tracteur. (Crédits : Perfarmer)
Mise au point par une startup gersoise, l’application permet aux agriculteurs de lutter contre la volatilité des marchés de matières premières agricoles. Cette innovation, qui aide les céréaliers à vendre leurs récoltes à un prix rémunérateur, sera présentée au Salon international de l’agriculture, du 23 février au 3 mars, à Paris.

Comment vendre ses récoltes à un prix rémunérateur lorsque l'on est céréalier, et soumis à la volatilité des prix agricoles ? Dans un marché où le prix du blé peut changer toutes les secondes, et passer du simple au double en quelques mois, la question a tout d'un casse-tête. C'est pour répondre à cette problèmatique qu'a été crée Perfarmer.

L'application est née de l'association entre Edgar Chaput, ancien digital manager chez Google, et Michel Bourrousse, un agriculteur basé à Saint-Puy, dans le Gers (32). L'aventure démarre en 2016, alors qu'Edgar Chaput se lance dans un tour de France pour rencontrer des agriculteurs, avec un projet en tête : mettre la technologie au service de ce secteur. Arrivé dans le Gers, sa rencontre avec Michel Bourrousse marque un tournant. Ce dernier avait conçu son propre logiciel pour vendre ses produits de manière rentable. Les deux hommes s'associent et travaillent pendant plus d'un an au développement de l'application Perfarmer.

"L'idée est d'arriver à vivre de son métier quand on n'a pas une ferme immense et qu'on est soumis à des prix volatiles. La stratégie qui consiste à vendre au plus haut ne peut pas fonctionner. Il est impossible de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :