Toulouse sera-t-elle désignée capitale européenne de l'innovation ?

 |   |  349  mots
Toulouse pourrait décrocher des subventions européennes pour financer des expérimentations innovantes.
Toulouse pourrait décrocher des subventions européennes pour financer des expérimentations innovantes. (Crédits : Rémi Benoit)
La Ville rose figure parmi les 12 métropoles finalistes du prix "capitale européenne de l'innovation" initié par la Commission européenne. Le gagnant, qui sera annoncé en octobre prochain, décrochera un million d'euros de subventions.

Toulouse peut se targuer d'être cette année la seule ville française en lice pour décrocher le titre de "capitale européenne de l'innovation" face à Madrid, Lisbonne ou Bristol.

Initié par la Commission européenne en 2014 dans le cadre du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020, ce prix (également baptisé iCapital) vise à récompenser "les efforts des villes européennes pour promouvoir et expérimenter les pratiques innovantes, associer les citoyens dans la recherche de solutions locales et créer un écosystème attractif liant décideurs et entreprises". La ville gagnante remporte un million d'euros de subventions européennes et celles dans le top 5 touchent 100 000 euros.

Lire aussi : Horizon Europe : "les sciences ne concernent pas seulement les institutions", plaide Carlos Moedas

L'an dernier déjà, Toulouse était parvenue comme Nice et Paris à se hisser dans la sélection finale mais c'est la capitale qui a raflé la mise. Pour le vice-président de Toulouse Métropole chargé de l'économie numérique, la Ville rose a toutes ses chances cette année : "Nous avons revu notre dossier et nous avons plus de chances de figurer dans le top 5", estime Bertrand Serp.

La navette Easymile bientôt testé à Basso Cambo

La collectivité souligne qu'elle va investir 500 millions d'euros dans le cadre de sa démarche Smart City sur la période 2015-2020 pour financer l'expérimentation de projets innovations. Outre les lampadaires "intelligents" de Kawantech, la PME Easymile a pu tester en 2018 pendant plusieurs mois sa navette autonome sur les allées Jules Guesde.

"Pour passer à l'étape supérieure, il est envisagé une expérimentation des navettes sans chauffeur au sein de la zone d'activités de Basso Cambo ou sur le site de l'Oncopole, annonce Bertrand Serp. In fine, la navette Easymile pourrait aussi remplacer les navettes gratuites actuelles qui circulent dans le centre-ville".

Parmi les autres atouts que Toulouse va mettre en avant lors de son grand oral courant septembre figure le prix éco-mobilité lors des Smart Mobility Awards décerné par la Fondation Prospective et Innovation, présidée par Jean-Pierre Raffarin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :