Naïo Technologies : Ted, le nouveau robot pour entretenir les vignes

 |   |  666  mots
Ted est un robot porteur d'outils autonome, conçu par Naïo Technologies.
Ted est un robot porteur d'outils autonome, conçu par Naïo Technologies. (Crédits : Rémi Benoit)
Basée à Escalquens, dans la périphérie de Toulouse, l’entreprise Naïo Technologies a présenté vendredi 27 juillet sa dernière innovation : le robot porteur TED. Complétement autonome une fois en marche, ce nouvel engin doit permettre l’automatisation du désherbage dans les vignes. Actuellement en phase de test, une dizaine de robots sont sur le terrain pour l’observer en conditions réelles.

Après les robots Oz, puis Dino, principalement dédiés aux maraîchers, voici Ted, conçu pour être exploité dans les vignes. Depuis la fin de l'année 2014, l'entreprise toulousaine Naïo Technologies travaillait sur ce projet. Après plus de trois années de conception donc, la société a présenté vendredi 27 juillet son nouveau-né. Une démonstration effectuée au sein des 14 hectares de vignes du Vinnopole à Peyroles (81), un pôle d'innovation en viticulture et en œnologie appartement à l'Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV).

"Depuis le début du projet, l'IFV a accompagné Naïo Technologies sur les métiers de la vigne car son corps de métier initial est le maraîcher. Il faut savoir que la robotique est un levier important pour répondre aux problématiques de l'agriculture et plus particulièrement de la viticulture en ce qui concerne une utilisation moins importante des produits phytosanitaires. Leur application prend du temps aux viticulteurs, et ainsi, grâce à ce robot qui se concentre sur le désherbage, ils peuvent se concentrer sur d'autres tâches", explique Christophe Gaviglio, en charge des expérimentations sur les matériels viticoles et les alternatives au désherbage chimique au sein de l'IFV.

Ce sont les arguments mis en avant par l'entreprise toulousaine pour vendre son robot : un gain de temps, une diminution des coûts de production, une amélioration des rendements de production, de meilleures conditions de travail et une production plus écologique.

"Ted qui fait 800 kgs va forcément tirer des outils bien plus légers qu'un tracteur. Mais notre robot, étant autonome, pourra passer plus régulièrement qu'un engin au sein des vignes. De ce fait, cela empêchera le développement des mauvaises herbes et cela évitera également la dégradation des sols que peut causer un tracteur", ajoute Guillaume Delprat, chef de produit Robots Vigne au sein de Naïo Technologies.

Ted, nouveau robot de Naïo Technologies

Ted est un robot 100% électrique. / Crédits Rémi Benoit.

Huit heures d'autonomie

En effet, une fois installé sur la parcelle à traiter, le robot porteur Ted fonctionne de manière autonome pendant huit heures grâce aux douze batteries Lithium dont il est équipé.

"Il fonctionne grâce à un système de cartographie. Pour cela, avant d'installer Ted sur une parcelle de vigne à traiter, nous cartographions grâce à un drone toutes les parcelles à désherber. Une fois cette mission réalisée, les parcelles cartographiées sont chargées dans le robot afin qu'il connaisse sa zone d'intervention et il ne peut pas en sortir. Grâce à ce processus, Ted intervient dans les vignes avec une précision de 2 cm de manière autonome", explique Guillaume Delprat.

De cette manière, avec une vitesse estimée à 4km/h, Ted peut traiter jusqu'à 5 hectares de vignes par jour. Néanmoins, une charge complète prenant une nuit entière, il est possible de recharger 80% de la batterie en deux heures seulement selon Naïo. Ce qui permet d'augmenter sa capacité de rendements à la journée en cas de besoin.

Ted, nouveau robot de Naïo Technologies

Une innovation au prix de 150 000 euros. / Crédits Rémi Benoit

"Un produit pas encore fini"

Malgré ses nombreuses caractéristiques, ce robot autonome n'est pas encore totalement au point et est toujours dans une phase de tests dans des conditions réelles.

"Pour le moment, nous n'avons pas encore lancé la commercialisation. Les 9 robots qui sont chez des clients sont des domaines privés ou des coopératives qui, via un accord de partenariat, acceptent d'avoir un produit non fini. En l'échange, ils nous remontent les problématiques qu'ils ont rencontré afin de pouvoir achever parfaitement Ted. C'est un travail collaboratif", se réjouit Guillaume Delprat.

À la fin de l'année, ce sont 16 robots Ted qui seront testés sur des parcelles en France. Une fois sa commercialisation lancée, son prix devrait se trouver aux alentours des 150 000 euros.

Lire aussi : Nouvelle levée de fonds pour Naïo Technologies

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/08/2018 à 15:17 :
En permaculture le désherbage est totalement déconseillé mais si un robot peu remplacer des tonnes de produits chimiques espérons que ceux ci connaissent le maximum de succès !

QUand est-ce que l'on impose à BAYER de se restructurer svp !?

Ah mais oui c'est vrai on est en europe... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :