Des scooters électriques en libre-service bientôt à Toulouse

 |   |  406  mots
500 scooters électriques Cityscoot vont être déployés à l'automne.
500 scooters électriques Cityscoot vont être déployés à l'automne. (Crédits : Cityscoot)
Lors du conseil municipal de la mairie de Toulouse du vendredi 15 juin, le maire, Jean-Luc Moudenc, a annoncé l’arrivée prochaine dans la ville de 500 scooters électriques en libre-service. Cette nouvelle offre de transports doit arriver à l’automne, et va permettre l’embauche d’une trentaine de personnes. Elle ressemble grandement au service d’Indigo Weel dans son fonctionnement.

Les voitures, les vélos et maintenant les scooters. D'ici quelques mois, la startup Cityscoot va proposer sa nouvelle offre de mobilité aux Toulousains. Créée en mars 2014 à Paris, l'entreprise va mettre en place dans la Ville rose un système de location de scooters électriques en libre-service. Une arrivée qui intervient quelques semaines après le lancement d'Indigo Weel à Toulouse, qui elle, met à disposition des vélos en libre-service.

"Les premiers contacts établis en mai avec la Ville de Toulouse ont de suite été très bons à l'égard de notre solution, ce qui est important pour nous. Ensuite, Toulouse a une démographie galopante, avec des éléments favorables au développement de la mobilité partagée. Les élus locaux appliquent notamment une politique qui vise à réduire le nombre de véhicules automobiles dans le cœur de ville", explique Vincent Bustarret, en charge des services marketing et client chez Cityscoot.

Après, Paris, Nice, Milan et Genève, Cityscoot va donc implanter environ 500 scooters électriques à l'automne 2018, d'une autonomie de 70 kilomètres environ et ne pouvant dépasser les 45km/h. Pour mettre en place un tel service et le gérer au quotidien, la jeune entreprise a prévu le recrutement d'une trentaine de personnes sur Toulouse.

Lire aussi : Cityscoot déploie sa feuille de route pour devenir "leader absolu" en Europe

28 centimes d'euros la minute

Mais comment va fonctionner ce service innovant ? Dans sa méthode, il est assez similaire à ce que propose Indigo Weel avec ses vélos. Une fois l'application téléchargée et l'inscription réalisée, l'utilisateur cherche un scooter libre sur l'application et le réserve. Quand la réservation est enclenchée, le consommateur a dix minutes pour déverrouiller le véhicule grâce à un code fourni par l'application.

"Lors de l'utilisation, chaque minute de conduite est facturée 28 centimes d'euros. Une fois terminée, l'utilisateur peut se garer où il le souhaite, il n'y aura pas de station spécialement dédiée à Toulouse, tout en respectant le code de la route et en veillant à être dans la zone Cityscoot visible sur l'application", raconte Vincent Bustarret.

Dans un premier temps, cette zone se délimitera au cœur de ville, avant un élargissement progressif. L'entreprise n'exclut pas de l'étendre aux communes limitrophes de Toulouse comme Blagnac et Colomiers.

Lire aussi : Les vélos en libre-service d'Indigo weel débarquent à Toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2018 à 9:39 :
Quand on voit l'absence quasi totale de connaissance du code de la route des conducteurs de scooters 50cm3, alors là en libre service, ça va l'anarchie totale... On va les ramasser avec leurs conducteurs aux croisements un peu partout...
a écrit le 30/06/2018 à 8:03 :
au Mirail ? .....
a écrit le 29/06/2018 à 16:47 :
Voitures électriques, vélo électriques, trottinettes électriques et maintenant scooters électriques. Toutes ces idées étaient originales et méritaient d'être testées il y a quelques années. Maintenant avec le recul, on sait que ce genre d'idées ne peut que se terminer par un fiasco. Mais les élus n'ont pas l'air de le savoir, le principal est d'avoir une idée écolo-bobo à la mode , de faire de la com' autour du concept qui peut-être servira de tremplin à une carrière politique plus ambitieuse alors même que le fiasco final aura l'effet inverse.
La consommation d'électricité pollue et la seule façon de limiter la pollution c'est les transports en commun. Alors au lieu de gaspiller l'argent du contribuable, ces gens feraient mieux d'investir l'intégralité de l'argent dans les transports en commun, même si cela génère peu de bruit médiatique.
a écrit le 29/06/2018 à 16:35 :
Je ne sais pas pourquoi, mais si leur bousin n'est pas bien sécurisé, je crois qu'on va bientôt voir les dealers du Mirail circuler en CityScoot dans leur quartier (sans payer, ça va de soi) ... déjà qu'on voit pas mal d'IndigoWeel "vandalisés" traîner dans le coin
a écrit le 29/06/2018 à 14:00 :
"28 centimes d'euros la minute"

Ouais ben autant s'équiper d'un 103 SP ça fera faire des économies.

Si on veut remplacer l'essence par une énergie encore plus cher faut pas venir chialer que ça ne fonctionne pas ensuite.
a écrit le 29/06/2018 à 13:33 :
J'espere que la marechaussee veillera a bien verbaliser tous ceux qui ne porteront pas leur gilet fluo, leur casque NF, leurs gants NF avec coque,....et qu'ils connaissent le code de la route

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :