Les vélos en libre-service d’Indigo weel débarquent à Toulouse

 |   |  891  mots
Un millier de vélos similaires va être déployé dans le centre-ville de Toulouse dans les prochains jours.
Un millier de vélos similaires va être déployé dans le centre-ville de Toulouse dans les prochains jours. (Crédits : Rémi Benoit)
Depuis lundi 23 avril les vélos blancs et violets d’Indigo weel circulent dans les rues de Toulouse. Ces vélos en libre-service sans station, ont vocation à être un complément à l’offre déjà existante dans la ville. Louable via une application sur smartphone, ce nouveau service pose tout de même la problématique de leur stationnement. La société a prévu une série de mesure pour éviter à la fois l'éparpillement de ses vélos dans Toulouse et les actes de vandalisme.

Après Metz, Tours, Bordeaux et Lyon, c'est au tour de Toulouse d'accueillir les vélos en libre-service d'Indigo weel, filiale du groupe Indigo qui gère une grande majorité des parkings de Toulouse. De couleur blanche et violette, ces nouvelles bicyclettes seront 1090 à circuler dans le centre-ville d'ici deux semaines voire 2 000 d'ici deux mois si le succès est au rendez-vous.

"Les vélos qui vont être mis en circulation disposent de pneus increvables sans chambre à air, un système à trois vitesses, une selle ajustable, un panier, un espace publicitaire et un système de cadenas géolocalisé situé à l'arrière alimenté par une batterie d'une durée de vie d'un an (voir photo, ndlr). Dans notre modèle, nos vélos sont conçus pour durer trois ans", décrit Jean Gadrat, directeur général adjoint d'Indigo weel (dérivé de l'anglais wheel signifiant roue, ndlr).

Grâce à ce système de géolocalisation, la location d'un vélo est totalement numérisée et se fait via l'application Indigo weel téléchargeable sur l'Apple Store et Android. Une fois l'application téléchargée, elle indique à l'utilisateur (grâce à un petit icône violet) où se situe le vélo disponible, le plus proche disponible  et lui indique le chemin pour s'y rendre. Ensuite, le consommateur n'a plus qu'à déverrouiller le vélo en scannant le QR-code situé sur le deux-roues. Une fois arrivé à sa destination, le cycliste verrouille le vélo en tirant une petite manivelle située au niveau du cadenas et indique que sa location est terminée sur l'application.

Les vélos Indigo weel à Toulouse

Le cadenas géolocalisé est la principale innovation d'Indigo weel./ Crédits Rémi Benoit.

Attention au stationnement des vélos

La nouveauté portée par Indigo weel est que son système de location fonctionne sans station fixe grâce au cadenas géolocalisé et "autonome" installé sur les vélos, qui ne nécessite pas d'attache. L'entreprise privée mise donc sur les équipements publics pour le stationnement de sa flotte. Il y a donc un risque d'éparpillement des vélos, de vols et de vandalisme. Au lancement de son offre, Indigo weel va installer ses produits dans une vingtaine de spots toulousains comme la place du Capitole, la place Saint-Pierre, la gare Matabiau, le Jardin des Plantes ou à Saint-Cyprien pour ne citer qu'eux.

"Nos vélos seront disponibles dans le périmètre défini par la zone verte visible sur notre application. Elle représente une dizaine de kilomètres carrés visible, et les vélos devront y être stationnés à l'issue de la location. Les utilisateurs devront le poser à proximité immédiate des arceaux à vélos mises à disposition par les collectivités locales indiqués par un petit rectangle blanc avec un "P" sur votre écran de téléphone. Nous devons donc également définir avec Toulouse Métropole quelques zones rouges dans ce périmètre, qui a vocation à s'étendre et où le stationnement des vélos sera interdit", prévient Jean Gadrat.

Les vélos Indigo weel à Toulouse

Le système de géolocalisation permet d'indiquer où se situent les vélos et les points de stationnement les plus proches de l'utilisateur./ Montage Pierrick Merlet

En cas de mauvais stationnement, l'utilisateur recevra un mail de relance à chaque fois que ce manquement sera constaté par le système de géolocalisation. Si l'entreprise enregistre plusieurs récidives, Indigo weel se réserve le droit de "blacklister", c'est à dire supprimer les utilisateurs trop laxistes à ce sujet.

Indigo weel, vraiment complémentaire des VélôToulouse de JCDecaux ?

Ce nouveau service devient ainsi la deuxième offre de location de vélos sur la voie publique. En effet, depuis 2007, dans le cadre d'une délégation de service publique, JCDecaux gère les 3400 VélôToulouse répartis sur 283 stations dans toute la ville. Le contrat actuel entre la ville de Toulouse et JCDecaux court jusqu'en 2022, pour un montant de 5 millions d'euros par an. Ainsi, l'arrivée de ce nouvel acteur peut-il faire de l'ombre à l'acteur historique ou les deux offres sont-elles complémentaires ?

"Nous travaillons depuis un an sur ce dossier de vélos en libre-service et nous avons reçu cinq candidatures. Nous avons retenu celle d'Indigo weel car nous pensons notamment que ce sont deux services complémentaires, ne fonctionnant pas sur les mêmes modèles. Par ailleurs, nous allons recevoir prochainement JCDecaux à ce sujet", a tenu à préciser Jean-Michel Lattes, adjoint au maire de Toulouse et vice-président de Toulouse Métropole en charge des Transports.

Si les deux opérateurs ne fonctionnent pas sur les mêmes modèles, ils ont pourtant la même cible d'utilisateurs... Cependant le programme VélôToulouse dispose d'un avantage sur celui d'Indigo weel : la tarification. L'abonnement annuel (qui permet deux heures de location par jour, ndlr) coûte 79 euros chez Indigo weel contre 25 euros pour VélôToulouse et la tarification à la journée est de 5 euros contre 1,20 euros chez JCDecaux. Néanmoins, Indigo weel propose une offre sans abonnement à 50 centimes d'euros la demi-heure et demande une caution de cinq euros à tous ses utilisateurs, remboursée à la désinscription. Cette caution devrait disparaître prochainement de l'aveu même de la direction d'Indigo weel.

Les vélos en libre-service d'Indigo weel devraient prochainement arriver à Angers et Grenoble également.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :