Toulouse va accueillir un débat citoyen sur les véhicules autonomes

 |   |  455  mots
EasyMile a expérimenté pendant quelques mois sa navette sans conducteur à Pibrac.
EasyMile a expérimenté pendant quelques mois sa navette sans conducteur à Pibrac. (Crédits : Rémi Benoit)
Le 27 janvier prochain, cinq villes françaises dont Toulouse vont organiser un débat sur l'impact dans le quotidien de l'arrivée des véhicules sans chauffeur. L'initiative a pour particularité de vouloir donner la parole à des habitants pas forcément experts sur le sujet, de différentes catégories socio-professionnelles, urbains ou non...

Toulouse est en train de devenir un terrain d'expérimentation des véhicules autonomes : les navettes sans chauffeur d'EasyMile sillonnent les allées Jules Guesde, le groupe allemand Continental a choisi la Ville rose pour implanter son nouveau centre de R&D dédié à la voiture connectée et autonome tout comme Renault qui a inauguré en septembre dernier un site sur la même thématique, la startup de taxis aériens autonomes Eva s'est implantée à Francazal...

Mais que pensent les Toulousains de l'arrivée de ces véhicules sans chauffeur ? Pour avoir un début de réponse, la Ville rose accueillera le samedi 27 janvier prochain un débat citoyen en partenariat avec Toulouse Métropole et le Sicoval. Initié par l'agence Missions publiques, l'événement se tiendra simultanément sur cinq sites (Toulouse, Rennes (35), La Rochelle (17), Conflans-Sainte-Honorine (78), Sophia Antipolis (06)).

"Nous voulons donner la parole à des personnes non-expertes sur le sujet, de catégories socio-professionnelles variées, de différents âges, qu'ils soient urbains ou non... À la différence d'un sondage qui est réalisé par téléphone et où l'on donne deux minutes aux gens pour réfléchir à un thème, nous allons animer une réflexion pendant toute une journée sur le sujet", avance Typhanie Scognamiglio, cheffe de projet à Missions publiques.

Pour s'inscrire, il suffit de remplir un questionnaire en ligne sur le site debatcitoyen.fr. 100 personnes par site seront sélectionnées pour y participer, les organisateurs voulant essayer d'arriver à la parité et de faire un échantillon plutôt représentatif de la population. Les participants recevront un magazine papier de 24 pages avant le débat pour connaître les principaux enjeux. Au cours du débat, une vidéo de présentation sera diffusée, suivront des temps d'échanges collectifs et des prises de parole individuelles.

"L'idée est de savoir ce que pensent les citoyens des véhicules sans conducteur mais aussi des usages qui en découlent. Si des navettes autonomes remplacent progressivement la voiture individuelle, des places de stationnement vont se libérer. Que faire de cet espace disponible ? Par ailleurs, si les véhicules autonomes pouvaient réduire le nombre d'accidents de la route, ils pourraient aussi se traduire par la disparition d'emplois de conducteurs de taxis. Nous voulons faire réfléchir le public sur les impacts positifs mais aussi négatifs de la technologie", détaille Typhanie Scognamiglio.

Au terme de la journée, un avis citoyen sera restitué et analysé avec les résultats des autres débats citoyens organisés le même jour en France. Missions publiques voudrait décliner le concept dans d'autres pays européens d'ici la fin de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :