À Toulouse, le ministre de l'Éducation annonce la création d'un conseil scientifique

 |   |  472  mots
Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale en déplacement à Toulouse ce vendredi 24 novembre.
Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale en déplacement à Toulouse ce vendredi 24 novembre. (Crédits : Rémi Benoit)
En visite à Toulouse, Jean-Michel Blanquer a officialisé la naissance d'un conseil scientifique de l'Éducation nationale sous l'égide de l'expert en sciences cognitives Stanislas Dehaene. Pour le ministre, cette nouvelle structure pourra par exemple se saisir du rôle de l'intelligence artificielle dans la formation des élèves.

Intelligence artificielle, enseignement du code informatique, neurosciences... à l'occasion de son passage au salon Futurapolis à Toulouse ce vendredi 24 novembre, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a esquissé sa vision de l'école de demain. Le membre du gouvernement a notamment annoncé la création d'un conseil scientifique de l'Éducation nationale.

"Très souvent notre débat public est caractérisé par la confrontation d'opinions. L'objectif de ce conseil scientifique est de pouvoir consulter des scientifiques dans différentes disciplines sur les politiques publiques à mener en matière d'éducation. Il permettra aussi de réaliser des comparaisons internationales sur certains sujets", précise Jean-Michel Blanquer.

Le ministre a nommé à la tête de cette nouvelle structure Stanislas Dehaene, professeur au Collège de France et spécialiste des sciences cognitives. Le conseil scientifique entrera en activité en janvier 2018, il aura un rôle purement consultatif. Parmi les thèmes prioritaires à analyser, Jean-Michel Blanquer évoque le rôle des sciences cognitives dans l'apprentissage mais aussi la place de l'intelligence artificielle dans la formation des élèves.

"La France doit avoir une stratégie en matière d'intelligence artificielle à la fois pour que nos élèves aient les fondations nécessaires dans leur formation pour vivre et travailler dans le monde en pleine évolution et en même temps pour que la France se dote d'acteurs importants dans le domaine de l'intelligence artificielle, estime-t-il.

L'Éducation nationale joue un rôle important dans ce qu'on appelle les Edtech, autrement dit les technologies dédiées à l'éducation. Sur ce sujet, on doit faire preuve de discernement car il y a des choses positives et négatives en la matière. Le conseil scientifique aidera à avoir cette stratégie notamment sur l'intelligence artificielle".

"On retrouve dans le code informatique la logique de la grammaire"

Interrogé sur la place qu'on doit accorder au code informatique dans l'apprentissage scolaire, le ministre a répondu : "Lors d'une visite dans une école primaire, j'ai vu des élèves s'initier au code. Ce qui m'a frappé c'est que l'on retrouve dans le code informatique la logique de la grammaire, par exemple quand dans la construction des phrases, l'élève apprend à placer sujet, verbe, complément. La grammaire peut servir dans cette apprentissage du code. L'école doit apprendre les fondamentaux, savoir lire, compter, écrire, respecter autrui mais aussi apporter un bagage en humanités numériques".

Pour Jean-Michel Blanquer, les professeurs ont une mission stratégique pour guider les élèves dans l'univers informatique puisque selon lui "les jeunes élèves ont une connaissance superficielle des outils numériques", maîtrisant parfaitement les réseaux sociaux mais ne sachant pas coder. À l'issue de cet échange, le ministre s'est rendu dans le quartier du Mirail à l'école Daniel Faucher pour visiter une classe de CP dédoublée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2017 à 15:42 :
L'intérêt de l'apprentissage du code pour tous les autres apprentissages a été montré par Seymour Papert il y a 40 ans ...
Depuis, personne n'a songé à former les enseignants
a écrit le 25/11/2017 à 22:10 :
Encore un comité théodule.....on voit ce qu'il est advenu de l'Educ Nat envahie par des parangons de la pédagogie. Des apprentissages ahurissants alors que les bases ne sont mêmes pas assimilées 😂😂 combien de fois ai-je entendu de la part d'enseignants que la dictée et la grammaire étaient des exercices stupides..effectivement ..on mesure tous les jours le niveau de nos enfants (en général, je ne parle pas des parents sui ont la chance d'avoir des génies)....mon enfant est allé au bac français en ayant fait entre la seconde et la première en tout et pour tout 6 commentaires composés dont 4 à la maison...et aucune dissertation....pour la philo 3 devoirs dans l'année....des cours de physiques de 2 pages mais des exercices à faire à la maison de plusieurs heures.....des cours de géographie tournés entièrement vers l'économie alors que la géographie élémentaire n'est plus apprise....au demeurant les cours sur youtube étaient souvent bien meilleurs 😁...mais on a tort de penser qu'internet peu compenser les lacunes.....bref...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :