Coworking : HarryCow se spécialise dans le secteur "numérico-culturel"

 |   |  586  mots
L'espace de coworking HarryCow dispose de 40 postes en open space.
L'espace de coworking HarryCow dispose de 40 postes en open space. (Crédits : DR)
Un nouvel espace de coworking vient d’éclore à Toulouse. Son nom ? HarryCow. Il s'ajoute à la dizaine d'espaces de ce type déjà existants dans la Ville rose et va donc devoir se démarquer pour se pérenniser. Nathalie Bard, l’une de ses fondatrices, détaille les spécificités de ce tiers lieu. Entretien.

La Haute-Garonne totalise déjà une dizaine d'espaces de coworking. Comment HarryCow compte-t-il se différencier des autres ?

La première spécificité de l'espace de coworking HarryCow est son charme. Le bâtiment, situé rue Saint-Ursule (à 500 mètres du Capitole), est un lieu chargé d'histoire, qui dégage une atmosphère particulière. Il se compose de briques toulousaines, de poutres apparentes, d'un plancher provenant d'une ancienne salle de danse... Il se différencie également par son positionnement. Nous avons décidé d'accueillir uniquement des entrepreneurs qui innovent dans le numérique en direction du secteur culturel. Un domaine que nous connaissons bien, puisque Benoit (Lafourcade, NDLR) et moi-même (les deux fondateurs du lieu) venons tous les deux du monde du spectacle. Nous pourrions donc héberger des freelances qui réalisent des jeux numériques, travaillent dans l'art culinaire ou encore dans le design pour la mode.

De plus, la totalité des murs de l'espace de coworking serviront à exposer les œuvres d'artistes contemporains, voire hybrides. Nous souhaitons aider les artistes de la région à gagner en visibilité. Cependant, notre tiers lieu n'est pas seulement réservé aux artistes, nos coworkers sont des freelances de tout profil et venant de domaines différents.

Certains espaces de coworking comme Autantyk ou Oïkosystème souhaitent accueillir des entreprises déjà constituées de 15 à 20 personnes. Est-ce également votre choix ?

HarryCow accueille des jeunes entrepreneurs, des freelances ainsi que des entreprises composées de deux ou trois personnes maximum. Nous n'avons pas la volonté d'héberger des structures constituées d'une quinzaine de salariés. Premièrement, notre surface de 360 m2 ne nous le permet pas et, deuxièmement, nous ne souhaitons pas que toutes les actions de l'espace de coworking soient en direction d'une seule et même entreprise. Dans ce cas précis, le mélange, la diversité ainsi que la pluralité - les valeurs du coworking - ne seraient plus présentes.

Nous accueillons des entreprises d'une telle ampleur uniquement dans le cadre d'événements précis comme des conférences. En effet, HarryCow possède une salle de 110 m2 attelée à une grande cuisine spacieuse. Si l'architecture du lieu dicte le nombre de coworkers, elle créé également une communauté propre à chaque tiers lieu.

À Toulouse, plusieurs tiers lieux ont fermé leurs portes quelques mois après leurs créations. Quel modèle économique allez-vous adopter pour perdurer ?

Pour commencer, il est primordial d'avoir une spécificité, de se positionner différemment par rapport à ses concurrents. De plus, ceux qui ont fermé n'étaient pas situés dans le centre de la Ville rose. Puis leurs locaux n'avaient pas d'âme. La spécificité d'un espace de coworking ne réside pas simplement dans le choix d'un domaine ou des entreprises que l'on souhaite accueillir. Les créateurs du tiers lieu et l'espace en lui-même doivent être source d'inspiration.

Quand on cherche une maison, on sent que c'est la bonne dès les premières secondes. Avec un espace de coworking, c'est identique. Après, tous les espaces de travail ne sont pas voués à disparaître, bien au contraire. Plus il y a d'espace de ce type, plus ils fonctionnent ! À l'avenir, l'espace de coworking sera incontournable pour toute entreprise. Il permet d'amener de la créativité chez les employés. De nombreuses entreprises de l'aéronautique ou du milieu bancaire ont d'ailleurs décidé de créer leur propre espace de travail. L'espace de coworking a encore de beaux jours devant lui.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :