À Toulouse, Sopra Steria va accueillir une "war room" nouvelle génération

 |   |  365  mots
La future war room pourra analyser les attaques informatiques.
La future "war room" pourra analyser les attaques informatiques. (Crédits : cc)
Le groupe Sopra Steria, leader européen de services numériques pour les entreprises, vient de signer un partenariat de trois ans avec le Commissariat à l’énergie atomique pour travailler sur la cybersécurité. Objectif : créer des transferts de technologies entre les deux organismes et monter une "war room" nouvelle génération à Toulouse.

Le centre de cybersécurité de Sopra Steria, situé à Toulouse, travaille désormais main dans la main avec le Commissariat à l'énergie atomique. Un partenariat de trois ans vient d'être signé entre les deux organismes. Les 150 salariés toulousains de Sopra Steria (leader européen de services numériques pour les entreprises) recevront l'appui des recherches de l'agence locale du CEA (le CEA Tech, qui va s'installer à Labège). "Le commissariat à l'énergie atomique travaille depuis des années sur des thématiques qui nous intéressent directement", explique Didier Bosque, chargé de projet à Sopra Steria.

Une salle de gestion de crises avec des tables tactiles

Deux axes de recherche sont privilégiés. Le premier projet vise à créer une "war room" nouvelle génération pour gérer les attaques informatiques majeures rencontrées par les entreprises. "Cette salle sera équipée d'outils modernes comme des tables tactiles pour faciliter la collaboration entre les interfaces, décrit Didier Bosque, chargé de projet à Sopra Steria. Cette "war room" devrait être opérationnelle d'ici fin 2015-début 2016.

Le deuxième axe de recherche concerne "la détection de bruits numériques". "Concrètement, poursuit le chargé de projet, les cybercriminels laissent des traces de leur passage sur internet. Nos data analysts vont étudier le flux de données sur les sites internet et les réseaux sociaux pour repérer d'éventuelles attaques informatiques".

Le CEA dispose de trois plates-formes régionales de ce type en France. Leur mission est d'accélérer l'innovation au service de l'industrie.

Martin Malvy, le président de la région Midi-Pyrénées s'est félicité de cette collaboration  : "Ce type de partenariat démontre à quel point le projet de création de plateforme du CEA Tech en Midi-Pyrénées que nous portons favorisera les projets de recherche communs en partenariat avec les industriels mais aussi les laboratoires publics en réponse aux besoins des entreprises".

"Il ne s'agit pas d'une initiative isolée, tient à rappeler Didier Bosque. Ce partenariat s'inscrit dans la  stratégie globale du programme Fédérateur Albatros1". Ce programme est labellisé par le pôle de compétitivité mondial Aerospace Valley.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :