COP21 : Toulouse va accueillir le village d'alternatives citoyennes Alternatiba

 |   |  422  mots
Dans le Pays basque, le village Alternatiba Socoa avait rassemblé en octobre dernier plusieurs milliers de personnes.
Dans le Pays basque, le village Alternatiba Socoa avait rassemblé en octobre dernier plusieurs milliers de personnes. (Crédits : DR)
Toulouse accueillera les 12 et 13 septembre prochain Alternatiba, un village d'initiatives citoyennes pour lutter contre le réchauffement climatique. Alors que la conférence internationale COP21 se tiendra à Paris en décembre prochain, les organisateurs souhaitent mettre l'accent sur des solutions à la portée de chacun.

Recycler son huile de friture comme carburant, acheter ses légumes auprès d'un producteur local et en faire du compost pour son jardin... ces petits gestes pour l'environnement seront à l'honneur à Toulouse le week-end des 12 et 13 septembre prochain, le long des allées Jules Guesde. Le collectif Alternatiba installera en effet 14 villages thématiques (agriculture, eau, démocratie, éducation, santé...) pour décliner les solutions déjà existantes dans la région pour agir sur les conséquences du réchauffement climatique.

"Le mouvement Alternatiba a été initié en 2013 à Bayonne, rappelle Antoine Chardonny, le coordinateur du collectif toulousain. 12 000 personnes ont assisté à un premier village d'alternatives citoyennes. Devant l'ampleur de la mobilisation, l'événement a été décliné en France et même dans certaines capitales européennes, à l'image de Bruxelles. Plus d'une soixantaine d'Alternatiba seront ainsi organisés d'ici novembre 2015."

À Toulouse, Bayonne ou Bruxelles, l'objectif reste le même : "sensibiliser le grand public à l'urgence du défi climatique en montrant de façon très concrète que des solutions existent, qu'elles sont mises en pratique quotidiennement avec succès et qu'elles sont à la portée de chacun". Avec en ligne de mire, la COP 21, cette conférence internationale sur le climat qui se tiendra à Paris début décembre.

"Nous ne pensons pas qu'un accord à la hauteur de l'urgence climatique sera conclu à Paris. L'Australie a déjà présenté des objectifs de réduction des gaz à effet de serre nettement en dessous de ce qu'il serait nécessaire pour contenir le réchauffement. L'idée, c'est ne pas attendre que les hommes politiques passent à l'action et de privilégier la mobilisation citoyenne".

Les temps forts de l'événement

Chaque visiteur pourra calculer son "empreinte écologique" et il sera invité ensuite à sillonner les différents villages thématiques. Les passants pourront y découvrir des initiatives locales telles que la mise en place de zones de gratuité à Rangueil, le projet de supermarché coopératif toulousain, Roule ma frite 31 qui recycle les huiles de friture sous carburant ou encore l'association Silicon Deniers, club social du quartier des Sept-Deniers pour développer des synergies locales...

Ateliers pratiques, concerts et conférences sont également prévus. Parmi les temps forts figurent les interventions de Geneviève Azam, maître de conférences en économie à l'université de Toulouse et membre du conseil scientifique d'ATTAC, Marie-Dominique Robin, réalisatrice du film "Le monde selon Monsanto" ou encore Serge Planton, responsable du groupe de recherche climatique au Centre National de Recherches Météorologiques (Meteo France).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :