COP21 : TSE lance un appel pour instaurer un "prix mondial du carbone" pour les pollueurs

 |   |  285  mots
(Crédits : DR)
La Toulouse School of Economics (TSE) et la chaire économie du climat de l'Université Paris-Dauphine viennent de lancer un appel commun pour instaurer un prix mondial unique pour le carbone, lors de la prochaine conférence internationale sur le climat à Paris, en décembre prochain. L'appel rassemble déjà une trentaine d'économistes et un site a été mis en ligne pour recueillir davantage de signatures.

À cinq mois du coup d'envoi de la COP21, 38 économistes viennent de signer l'appel pour "un accord ambitieux et crédible sur le climat" parmi lesquels figurent des économistes reconnus dans le monde entier tels que le prix Nobel d'économie Jean Tirole ou le français Philippe Aghion, professeur à Harvard. L'initiative a été lancée par la chaire "économie du climat" de Paris-Dauphine (CEC) et la Toulouse School of Economics (TSE). Les deux établissements ont mis en ligne en parallèle un site internet pour recueillir davantage de signatures.

"L'appel des économistes s'articule autour de 3 principes majeurs : tous les États devraient in fine être confrontés au même prix du CO2, la tarification du carbone doit inciter à une participation universelle et, enfin, il faut déjouer les comportements de 'passagers clandestins'", expliquent TSE et l'université Dauphine.

 Les signataires espèrent à terme un prix mondial du carbone. Pour arriver à ce système, il faudrait mettre en place un marché mondial  du carbone. Cette politique consiste à faire payer aux émetteurs de CO2 un coût de la nuisance pour le climat, selon le principe du pollueur-payeur.

Le 4 juin dernier, les deux établissements avaient déjà organisé une journée de débats sur ce thème au ministère de l'Écologie.

"Le rôle incontournable des incitations économiques"

"Malgré toutes les difficultés rencontrées dans le processus de négociation, le succès de COP21 est encore à portée de main, si les parties parviennent à créer un cadre coopératif reposant sur des incitations économiques ayant un réel impact global", poursuit l'appel. Les économistes souhaitent rappeler "aux décideurs publics le rôle incontournable des incitations économiques dans un accord climatique global".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :