"J’étais prêt à déprogrammer une partie de la Zac Vidailhan" Interview du maire de Balma, Vincent Terrail-Novès

 |   |  453  mots
(Crédits : ON / Rémi Benoit)
Réduction de 10 à 20 % des constructions prévues dans la zone d'activité commerciale de Balma, mais aussi gel de fonciers sur la commune et refus de permis de construire aux promoteurs. À Balma, l’heure n’est plus à l’urbanisation à tout-va. Des choix assumés par le maire Vincent Terrail-Novès.

Vous avez demandé à Oppidea de revoir sa copie en matière de programmation à la ZAC de Balma-Vidailhan, quelles décisions avez-vous prises ?

Nous avons négocié avec Oppidea pour diminuer le nombre de logements prévus dans la zone Vidailhan 3. Cette partie de la Zac (Zone d'activité commerciale) jouxte le lotissement du Bicentenaire. Des pavillons individuels et des maisons collées remplaceront les collectifs initialement prévus. Cela représente 30 logements de moins, soit une baisse de densité de 20 %. Dans la partie Vidailhan 2, nous annulons une opération de collectifs prévue devant l'école. Cela représente 42 logements, soit une baisse de 10 %. En revanche, nous augmentons le nombre de places de parking prévues d'une cinquantaine au total, car les riverains ont fait des demandes en ce sens.

Par ailleurs, je n'exclue pas de basculer 20 % des surfaces de bureaux en logements du côté de la Garrigue. D'une part parce qu'Oppidea a du mal à commercialiser ces surfaces. D'autre part parce que cela sera nécessaire pour maintenir l'équilibre de la Zac.

Je ne vous cache pas que j'étais prêt à aller plus loin et à déprogrammer une partie de la Zac Vidailhan à Balma-Gramont, notamment les quartiers Thégra et La Garrigue. Cela n'a pas été possible car Oppidea avait déjà acquis les fonciers. Par ailleurs, une partie de cette Zac a aussi permis de financer l'enfouissement de lignes à haute tension au Bicentenaire. Il fallait donc rester lucide.

Vous êtes dans l'application stricte de vos promesses de campagne ?

Absolument ! Et j'ai le sentiment que les Balmanais sont satisfaits. Il faut être pragmatique, j'ai actuellement 260 enfants en liste d'attente en crèche à Balma. Face à cette situation, je souhaite maîtriser la croissance de la ville et l'adaptation des équipements publics.

Comment se traduit votre politique ailleurs dans la commune ? Vous aviez évoquez un gel des permis de collectifs en diffus...

Nous avons déjà refusé un certain nombre de permis à des promoteurs quand ils ne correspondaient pas à nos orientations. Je vais lancer une étude urbaine qui me permettra de geler des parcelles à proximité de la place des Paveurs, de l'avenue des Arènes et du côté de Lasbordes. Je souhaite ainsi protéger la zone d'aménagement différé (Zad) qui arrive à échéance en 2016. Si l'on veut mener la Zac à terme, il faut stopper la concurrence en diffus car il y a actuellement une trop forte spéculation exercée par les promoteurs sur les propriétaires fonciers. Cette étude urbaine nous donnera des orientations pour la mise en œuvre du futur PLUI (Plan local d'urbanisme intercommunal). En parallèle nous avons engagé une modification du PLU (Plan local d'urbanisme) à Balma pour préserver plusieurs quartiers de la densité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2015 à 17:37 :
Enfin une personne responsable qui tient ses promesses. Bravo Vincent.
Michèle w

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :