Immobilier neuf : - 25 % de ventes en 2011

 |   |  355  mots
Le marché toulousain du neuf reste le 3e plus dynamique de province
Le marché toulousain du neuf reste le 3e plus dynamique de province
L'Observer de l'immobilier toulousain vient de livrer son analyse du marché neuf en 2011 dans l'aire urbaine. Verdict ? Le nombre de ventes a fortement baissé, faisant automatiquement monter les stocks. Dans le même temps de nombreux projets ont été gelés et les ventes en bloc aux bailleurs sociaux ont connu une hausse spectaculaire. Le prix moyen dans l'aire urbaine est en hausse.

5.020. C'est le nombre de ventes nettes de logements neufs aux particuliers enregistrées dans l'aire urbaine l'année dernière. Un chiffre non négligeable qui fait toujours du marché toulousain le 3e le plus dynamique de province, mais qui traduit quand même une forte baisse. « Nous n'échappons pas à la tendance générale, avec 25 % de ventes en moins », a d'ailleurs indiqué Alexandra François-Cuxac, la présidente de l'Observer, en préambule. Les raisons ? « Une baisse de 21 % des accessions, malgré le PTZ+. L'offre est toujours là, mais les particuliers ont de réels problèmes de solvabilité », a-t-elle constaté.

Le volume des ventes à investisseurs a lui aussi bien baissé (- 27 %), même si ces derniers ont encore représenté 72 % des ventes réalisées dans l'aire urbaine et 82 % à Toulouse en 2011. Côté prix, la hausse a été de 3 % entre 2010 et 2011 avec un prix moyen de 3.551 €/m2, parking compris, dans l'aire urbaine. D'autres indicateurs, comme l'état des stocks en hausse de 48 %, et des délais de vente allongés, traduisent un marché en perte de vitesse. Il faut désormais en moyenne 10,2 mois pour écouler un programme. « C'est un mois de plus qu'en 2010 et nous estimons qu'à partir de 12 mois , les chiffres ne sont pas bons. » Enfin, sur les 7.210 mises en vente initialement prévues en 2011, 1.103 ont été retirées du marché, contre 142 seulement en 2010.

Manque de visibilité

Quant aux ventes aux bailleurs sociaux, elles ont fortement progressé, avec 1274 logements vendus en bloc en 2011 contre 486 en 2010. Sur ce segment des logements sociaux, 4.158 logements ont été livrés en 2011 dans le département, contre 3.529 en 2010. Une belle performance qui ne suffit malheureusement pas à réduire la file d'attente. Le nombre de demandeurs reste stable avec 30.000 demandes en ligne.

Pour 2012, les professionnels du secteur sont inquiets : « On s'attend encore à un tout petit effet d'aubaine avec le maintien de 13 % de réduction fiscale dans le neuf grâce au dispositif Scellier, contre les 22 % initiaux, mais nous manquons totalement de visibilité. Au niveau national, on s'attend encore à une baisse de 10 à 15 % des ventes », a conclu la présidente de l'Observer.

Béatrice Girard

© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :