900 000 euros contre l'habitat vétuste à Toulouse

 |   |  459  mots
430 ensembles résidentiels construits entre 1955 et 1990 sont surveillés
430 ensembles résidentiels construits entre 1955 et 1990 sont surveillés (Crédits : Rémi Benoit)
Potentiellement vétustes, fragiles ou mal entretenus, 430 ensembles résidentiels construits entre 1955 et 1990 sont scrutés à la loupe à Toulouse et dans sa première couronne par un observatoire. L'objectif est de préserver l'habitat existant afin d'accueillir au mieux les nouveaux habitants.

"Toulouse et les 37 communes de la métropole accueillent chaque année 7 000 à 8 000 personnes. Il faut donc construire plus et mieux, mais il faut aussi surveiller et entretenir le parc privé existant", explique Franck Biasotto, président de la commission habitat de Toulouse Métropole. C'est la mission de "l'observatoire de vigilance des copropriétés" cogéré par l'AUAT et Toulouse Métropole.

Dans le viseur de cet outil, les copropriétés de plus de 50 logements construites entre les années 55 et 90 à Toulouse comme dans les communes de la première couronne.

"Nous faisons un diagnostic des outils à mettre en place pour générer le coup de pouce financier qui incitera les copropriétaires à lancer des travaux de rénovation", décrit Franck Biasotto.

Chaque opération fait alors l'objet d'une convention de 3 ans entre la Métropole et l'Agence nationale de l'habitat (Anah). Le dispositif le plus radical, réservé aux copropriétés les plus fragiles, est le plan de sauvegarde. Dans ce cas, la préfecture prend la main.

Le plus courant reste l'Opération programmée de l'amélioration de l'habitat (Opah). Toulouse Métropole lance une à deux Opah par an et ce dispositif d'accompagnement dure...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :