Toulouse flèche cinq quartiers pour attirer les entreprises (2/2)

 |   |  1137  mots
Le club des 5 quartiers stratégiques de Toulouse Métropole
Le "club des 5" quartiers stratégiques de Toulouse Métropole (Crédits : Rémi Benoit / Agence François Leclerq / OMA/ Studio Libeskind-Campagnie de Phalsbourg)
Santé, aéronautique et spatial, immobilier tertiaire, numérique et culture scientifique... Voilà les sujets sur lesquels compte la Ville de Toulouse pour structurer son plan de développement économique. Cinq quartiers stratégiques de la métropole portent ces ambitions. Seconde partie : Toulouse Aerospace, Oncopole et Francazal.

Toulouse, 4e ville de France, a un plan pour gagner en visibilité sur la scène nationale. Son levier ? Le Schéma directeur d'organisation des territoires de l'économie, dont s'est dotée Toulouse Métropole début 2016, qui dresse une feuille de route en matière de politique économique. À travers ce schéma, cinq grands pôles existants ou en cours d'aménagement ont été listés comme prioritaires :

  • La zone aéroportuaire de Blagnac,
  • Le quartier Toulouse Euro Sud Ouest,
  • Le quartier Toulouse Aerospace,
  • L'Oncopole,
  • Francazal.

En développant ces quartiers mixtes, Toulouse espère notamment combler son retard en matière d'immobilier tertiaire. Elle veut développer une offre premium qui fait encore défaut pour attirer de nouvelles entreprises, et gagner en visibilité par rapport à d'autres grandes métropoles (Lille, Lyon, Marseille...).

Le point sur ces cinq quartiers qui vont booster la ville dans les cinq à dix ans qui viennent.

Lire la première partie de cet article sur Teso et la zone aéroportuaire : Toulouse flèche cinq quartiers pour attirer les entreprises (1/2)

Toulouse Aerospace, les "champs Élysées de l'innovation" ?

C'est un autre chantier sur lequel Toulouse Métropole mise considérablement pour les prochaines années. Lancé au début des années 2000, "Montaudran Aerospace" rebaptisé récemment "Toulouse Aerospace", est appelé à devenir le futur quartier mixte dédié à l'innovation, l'aéronautique et les systèmes embarqués de la ville. "Il se développe sur 52 hectares tout au long de l'ancienne piste de l'aéropostale qui mesure 1,8 km, comme les Champs Élysées !", glisse Raphaël Catonnet, le directeur général délégué d'Oppidea, chargée de l'aménagement du quartier.

"Toulouse Aerospace comprendra une polarité scientifique dédiée à la recherche et à l'innovation au sud et culturelle au nord, avec la piste des géants et la grande halle de la machine ainsi qu'une place urbaine de la taille de la place du Capitole."

À terme, Toulouse Aerospace comprendra 350 000 m2 de bâti dont 200 000 m2 de bureaux et 800 logements, un cinéma et des commerces. Objectif ? Faire le lien avec le pôle scientifique de Rangueil tout proche, pour faire cohabiter 10 000 enseignants-chercheurs, 30 000 étudiants de grandes écoles et de l'université, avec des industriels et des startups. Toulouse Métropole espère aussi que ce site devienne un territoire pilote "Smart City" dans le cadre de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :