Le ministre François Lamy à Toulouse : "Donner davantage aux quartiers en difficulté"

 |   |  300  mots
A Toulouse, le Grand Projet de Ville (GPV) est doté d'un budget de 700 M€
A Toulouse, le Grand Projet de Ville (GPV) est doté d'un budget de 700 M€
Le ministre délégué en charge de la politique de la ville, François Lamy, a assisté à l'ouverture des Assises de la politique de la ville. Il y a notamment rappelé la nécessité d'obtenir des crédits supplémentaires venant des autres ministères concernés - la culture et l'éducation nationale - afin d'améliorer la vie dans les territoires en difficulté.



Les Assises de la politique de la ville se sont tenues la semaine dernière, mardi 12 octobre, à Toulouse. L'occasion pour Pierre Cohen et Claude Touchefeu, adjointe en charge de la politique de la ville, de présenter un premier bilan d'étape des concertations lancées depuis fin 2011 auprès des populations et associations.

A Toulouse, le Grand Projet de Ville (GPV), doté d'un budget de 700 M€, est mené avec l'ANRU (agence nationale de la rénovation urbaine) ; il redessinera les contours des quartiers du Mirail, Bagatelle, Bellefontaine-Reynerie et Empalot, à horizon 2016.

Élargir le périmètre des quartiers concernés

« Aujourd'hui, la moitié des réhabilitations ont été réalisées et les 2/3 sont engagées, mais des discussions sont en cours avec François Lamy pour élargir le périmètre des quartiers concernés dans le cadre d'une ANRU 2, à partir de 2017. Les quartiers des Izards et de Bourbakis pourraient alors faire l'objet de réhabilitation », avait indiqué Pierre Cohen quelques jours avant la venue du ministre. Pour réhabiliter les quartiers, le maire de Toulouse compte aussi sur des commerces et des équipements culturels, et en particulier sur la maison de l'image dont la première pierre devrait être posée à l'automne 2013 à la Reynerie.

Mais sur ce sujet François Lamy a clairement indiqué « qu'il vaudrait mieux qu'un tel projet soit financé par le Ministère de la culture, le conseil général et le conseil régional, plutôt que par le ministère du logement. Il a rappelé que « l'objectif de la politique de la ville était de donner plus aux quartiers en difficulté, mais aussi de faire monter les crédits de droit commun des ministères concernés tels que la culture ou l'éducation nationale. »

Béatrice Girard

© Photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :