Blocage des loyers à la relocation, les réactions des professionnels du secteur

 |   |  599  mots
Le décret de Cécile Duflot vise à bloquer les loyers lors de la relocation dans des zones tendues
Le décret de Cécile Duflot vise à bloquer les loyers lors de la relocation dans des zones tendues
La ministre du Logement Cécile Duflot a annoncé la semaine dernière un décret qui pourrait s'appliquer dès la rentrée et qui vise à bloquer les loyers lors de la relocation dans des zones tendues. Depuis cette annonce, en coulisse les concertations vont bon train. Sur le terrain, les premières réactions des professionnels de l'immobilier ne se font pas attendre.

La ministre du Logement Cécile Duflot a annoncé la semaine dernière un décret qui pourrait s'appliquer dès la rentrée et qui vise à bloquer les loyers lors de la relocation dans des zones tendues. Depuis cette annonce, en coulisse les concertations vont bon train. Sur le terrain, les premières réactions des professionnels de l'immobilier ne se font pas attendre.

Janine Redon, présidente de l'Union des Syndicats de l'immobilier de Midi-Pyrénées : « Toulouse fera partie des villes concernées par ce décret. Or selon le dernier indice Clameur, nous sommes dans des normes tout à fait correctes d'un point de vue des prix. Par ailleurs, le président de l'UNIS Étienne Ginot (l'Unis Midi-Pyrénées gère la moitié du parc locatif régional, ndlr) a été reçu par Madame Cécile Duflot depuis son annonce et nous avons été rassurés sur le champ d'application de cette mesure.
En effet elle ne concernerait en réalité que les logements dans lesquels aucun travaux n'auraient été réalisés depuis plusieurs années. Bien sûr à ce stade, nous attendons encore des précisions, mais cela nuance quand même les choses. Néanmoins, je pense que le gouvernement devra trouver d'autres méthodes pour rassurer les propriétaires bailleurs. »

Pierre Cascino, président de la Confédération Générale du Logement de Haute-Garonne : « Pour nous, cette mesure va dans le bon sens, même si elle ne va pas encore assez loin. En effet, la CGL au niveau national avait demandé un blocage des loyers pendant un an pour permettre de relancer le marché sur des bases plus saines. Nous sommes bien placés pour savoir que les locataires ont de plus en plus de mal à boucler leurs fins de mois, même à Toulouse, car le loyer représente une part trop importante des budgets. Depuis deux ans, nous avons d'ailleurs noté une augmentation des impayés de loyers de 5 à 8 %. »

Nadine Cazalbou,
chargée de communication à l'Union nationale des propriétaires immobiliers de Haute-Garonne : « L'UNPI est fermement opposée à cette annonce. Nous sommes d'ailleurs contre toute forme de coercition dans les rapports entre locataires et propriétaires. Hormis certaines zones très identifiées comme Paris et la Côte d'Azur où le marché immobilier est tendu, cette réforme ne nous paraît pas en phase avec le marché actuel à Toulouse. Je rappelle qu'ici les loyers sont même en baisse de 2,5 % au premier trimestre 2012. On ne se sent donc pas concerné. J'ajoute que sur le terrain, nos adhérents ont plutôt tendance à baisser les loyers à la relocation, sous peine de vacance locative car l'offre est très importante. »

Emmanuelle Lassalle-Michel, présidente de la FNAIM de Haute-Garonne : « Cet encadrement des loyers pourrait être une bonne idée à la condition de l'assortir de certains garde-fous qui, a priori, n'ont pas été prévus dans les mesures envisagées par la ministre, faute de concertation suffisante au préalable avec les professionnels. Ainsi faut-il par exemple différencier les biens loués depuis longtemps à des prix qui ne sont plus ceux du marché, des biens plus récents qui seraient reloués au bout d'un an d'occupation.
Il faut aussi éviter les généralisations concernant les propriétaires bailleurs, car certains sont des retraités ou des ménages modestes qui ont consacré une partie de leurs économies d'une vie à un investissement immobilier du type T1 ou T2 pour en faire un complément de retraite. »

Propos recueillis par Béatrice Girard

Photo © Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :