Immobilier neuf : 2015 sera une bonne année grâce aux investisseurs

 |   |  519  mots
Les professionnels de l'immobilier neuf sont optimistes
Les professionnels de l'immobilier neuf sont optimistes (Crédits : ON / Rémi Benoit)
La hausse des ventes de logements neufs de 57 % ce trimestre fait espérer une très bonne année 2015 aux professionnels de l'immobilier. Le marché toulousain reste majoritairement occupé par les investisseurs.

Une hirondelle ne fait pas le printemps... Pourtant, quand ils se penchent sur les dernières statistiques des ventes de logements neufs dans l'aire urbaine toulousaine, les promoteurs immobiliers veulent y croire.

Patrick Saint-Agne, président de la Fédération des promoteurs immobiliers de Midi-Pyrénées (FPI) a présenté ce jour les chiffres de vente de logements neufs au premier trimestre 2015. Verdict ? Les ventes nettes au détail ont augmenté de 57 % dans l'aire urbaine par rapport au premier trimestre 2014 et la tendance semble durable puisque, sur les douze derniers mois, la hausse est de 28,7 % avec 5 081 ventes enregistrées.

Les investisseurs sont là

Sans surprise, ce sont les investisseurs qui occupent le marché en masse avec 3 522 ventes enregistrées au cours des douze derniers mois, soit une progression de 39,4 %. Dans le même temps, si les ventes à occupants progressent aussi, elles restent dans des proportions bien plus faibles, avec 512 ventes enregistrées au cours des douze derniers mois dans l'aire urbaine.

"L'accélération amorcée il y a six mois est bel et bien confirmée", s'est félicité Jean-Philippe Jarno, le directeur régional de Bouygues Immobilier, qui avance la conjonction de plusieurs facteurs. Il cite un dispositif Pinel qui a trouvé son public, des taux d'emprunt très bas et un regain de confiance de la part des acheteurs.

Ainsi, Toulouse se caractérise plus que jamais comme un marché d'investisseurs, puisqu'ils captent 70 % des ventes.

"Ce n'est pas nouveau et, surtout, Toulouse n'est pas une exception. C'est aussi le cas dans les autres métropoles régionales, à l'exception de Lyon. Et puis ne perdons pas de vue que le marché des investisseurs sera celui des accédants au moment de la revente, dans six ou neuf ans", décrit Patrick Saint-Agne.

Plus de 6 000 ventes attendues en 2015

Avec deux trimestres consécutifs marqués par une hausse des ventes de 50 % et une forte progression des réservations, la profession dresse des prévisions particulièrement optimistes pour 2015.

"Nous dépasserons sans doute la barre des 6 000 ventes, dont 25 % seront des logements sociaux et cela même si l'activité progresse moins vite au cours des prochains trimestres", prévoit Jean-Philippe Jarno.

Toulouse n'est pas la seule métropole dans laquelle le marché progresse. Ainsi, Montpellier enregistre également ce trimestre une hausse de 50 % des ventes. Si ce cap des 6 000 ventes est dépassé, les résultats seront meilleurs que la moyenne des ventes des cinq dernières années (5 920 ventes / an).

Hausse des prix ?

La seule crainte dans ce contexte, c'est une raréfaction des lots dans les prochains mois qui pourrait provoquer une hausse des prix. Pour l'heure, le stock compte 4 974 logements dans l'aire urbaine, dont 456 sont achevés et non vendus et le prix moyen des ventes dans l'aire urbaine est de 3 391 euros / m2 et 3 540 euros / m2 dans Toulouse. "Le stock est très disséminé dans la métropole. Aucun quartier ni opération n'est en souffrance", assure Patrick Saint-Agne. En moyenne, 20 % de la production concernent les Zac, tandis que 2 800 lots étaient bloqués par le phénomène des recours dans l'aire urbaine à fin 2014.

immo neuf à toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :