The Village au secours des maires de France

 |   |  797  mots
Comme les deux précédentes éditions, The Village 2019 se déroulera à Saint-Bertrand-de-Comminges.
Comme les deux précédentes éditions, The Village 2019 se déroulera à Saint-Bertrand-de-Comminges. (Crédits : La Tribune)
La troisième édition de The Village organisée par La Tribune, la Région Occitanie et Inco sera consacrée cette année aux élus locaux et plus particulièrement aux maires. Ces derniers, qui doivent faire face à de nombreuses difficultés, vont ainsi se voir suggérer 20 propositions à l'issue de cet événement devant améliorer l'exercice de leur fonction.

Près d'un maire actuel sur deux (49 %) ne souhaite pas se représenter aux prochaines élections municipales de mars 2020. Du jamais vu. C'est en tout cas le chiffre phare qui ressort d'une enquête menée auprès de 4 657 maires par l'Observatoire de la démocratie de proximité en novembre 2018.

Il est néanmoins intéressant de souligner que le panel de ce sondage est composé à 55 % d'élus de communes de moins de 500 habitants et près d'un tiers (28 %) de maires de communes comptant entre 8 000 et 10 000 âmes. Pour justifier leur choix, les élus des petites communes avancent un besoin de retrouver une vie personnelle et familiale pour 70 % d'entre-eux, tandis que 34 % avancent également le manque de moyens et pour 15% du panel, ils s'estiment même inutiles.

Autre paramètre non moins important, ceux que l'on appelle les "élus à porter d'engueulades" pour leur proximité avec les citoyens font face depuis quelques temps à une importante montée des incivilités à leur égard. À ce sujet, le ministre chargé des collectivités territoriales, Sébastien Lecornu, a prévu de se rendre à Saubens (31) vendredi 30 août. Le maire de cette petite commune proche de Toulouse, Jean-Marc Bergia, a été agressé le 28 juillet dans l'exercice de ses fonctions alors qu'il tentait d'empêcher des gens du voyage de s'installer sur une zone inondable communale.

Lire aussi : The Village sème les graines du co-développement

Des propositions à destination des maires

À la suite de cette visite, le membre du gouvernement est attendu à Saint-Bertrand-de-Comminges, pour la troisième édition de The Village, organisée par La Tribune, la Région Occitanie et Inco. Pendant deux jours, les 30 et 31 août, décideurs publics et privés, startuppers, entrepreneurs, intellectuels, artistes, enseignants, chercheurs, change-makers nationaux et internationaux vont se retrouver au cœur de ce petit village qui est un haut lieu touristique de la région Occitanie.

Parmi les participants, seront notamment présents Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie, Emmanuel Grégoire, le premier adjoint à la mairie de Paris, Jean-Jacques Arribe, le directeur général de Reden Solar, Bruno Cavagné, le président de la Fédération nationale des travaux publics, Patricia Lemoine, la présidente du conseil de surveillance du groupe Galeries Lafayette, ou encore Thierry Mallet, le PDG de Transdev. Sans oublier que la troisième édition de ces universités d'été sera parrainée par l'animateur Stéphane Bern, après le chef cuisinier Thierry Marx l'an passé.

À travers workshops, keynotes, ateliers de réflexion, débats, rencontres et échanges, entre-coupés de moments festifs et conviviaux, ces personnalités devront tenter de trouver des solutions à destination des maires. L'objectif de cette troisième édition de The Village organisée par La Tribune et ses équipes est définir pour ces élus une vingtaine de propositions concrètes et réalistes qui les aideront dans leur rôle. Pour cela, quatre thématiques animeront les divers temps forts du séjour : "mobilité en milieu rural", "mieux produire, mieux se nourrir, mieux vivre", "produire local pour redynamiser les économies locales" et la "transition écologique".

"The Village n'a pas vocation à n'être qu'un énième lieu de réflexion déconnecté des réalités. Les participants formulent des propositions concrètes ou envisagent des solutions à court terme pour répondre à des enjeux abordés. Ces propositions seront ensuite adressées aux décideurs politiques, notamment à l'Élysée", précise Nicolas Hazard, fondateur et président d'Inco.

Un projet de loi pour soutenir les élus locaux

Des propositions qui pourraient s'ajouter au projet de loi Engagement et Proximité, qui sera discuté au Sénat à partir du 7 octobre. Ce texte a notamment pour ambition de "replacer le maire au cœur de l'action publique locale en lui redonnant une marge de manoeuvre sans remettre en cause les intercommunalités, nécessaires pour mettre en œuvre des grands projets collectifs", avait alors déclaré le Premier ministre, Édouard Philippe, en déplacement à Albi en juin à l'occasion du congrès annuel de Ville de France.

En plus de rééquilibrer les forces entre les communes et les intercommunalités, le chef du gouvernement a annoncé que son projet de loi contiendrait des mesures pour favoriser la formation des maires primo-élus, le remboursement des frais de mandat, une assurance professionnelle et faciliter la relation avec leur employeur pour ceux ayant un emploi. Enfin, le ministre en charge des collectivités territoriales envisage de rendre obligatoire une "protection juridique" des édiles, prise en charge par l'État pour les petites communes afin qu'ils n'aient plus à régler les frais quand ils doivent faire appel à un avocat. Des avantages qui ont pour ambition d'encourager ceux qui veulent s'engager dans la vie locale.

Lire aussi : À Albi, Édouard Philippe chouchoute les maires

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :