Industrie : TotalEnergies intègre la startup toulousaine Ubleam à son incubateur Plant 4.0

L’incubateur de TotalEnergies dédié à l’industrie 4.0 accueille la startup toulousaine Ubleam. Avec cette collaboration, la jeune pousse entend bien intégrer son QR code en réalité augmentée sur de nombreux sites industriels à travers le monde.

4 mn

En intégrant l’incubateur Plant 4.0 de TotalEnergies, Ubleam espère déployer sa solution sur une multitude de sites industriels à travers le monde. Photo d’illustration.
En intégrant l’incubateur Plant 4.0 de TotalEnergies, Ubleam espère déployer sa solution sur une multitude de sites industriels à travers le monde. Photo d’illustration. (Crédits : DR)

TotalEnergies croit dur comme fer dans la startup Ubleam. Après déjà plusieurs collaborations, voilà que le groupe annonce l'intégration de la société toulousaine (fondée en 2011 par Samuel Boury et Olivier Mazzaroba) à son incubateur Plant 4.0. Le pétrolier est effectivement l'un des clients de la jeune pousse, qui a mis au point un QR Code nouvelle génération.

Lire aussi 4 mnIoT : le Toulousain Ubleam en pleine croissance

Le "bleam", c'est son nom, est un tag pouvant être lu depuis une application dédiée. Sa particularité est qu'il utilise la réalité augmentée pour afficher des informations relatives à l'entretien et à la maintenance des machines (documentation technique par exemple). Cette solution BtoB est destinée ainsi aux exploitants et aux fabricants d'appareils professionnels, notamment dans les domaines de l'industrie, du bâtiment ou des entrepôts.

Outre TotalEnergies, la startup compte parmi sa quarantaine de clients des grands comptes comme Sanofi, Enedis, Continental, la SNCF ou AirLiquide. Pour les séduire, elle promet une économie de coût des opérations terrain de l'ordre de 20%. Un argument qu'elle compte désormais adresser au plus grand nombre en rejoignant l'incubateur 4.0.

Lire aussi 4 mnClimat : Total savait depuis 50 ans l'impact néfaste de ses activités, mais a préféré le silence

Numériser plus d'entreprises, plus vite

Samuel Boury, Ubleam

Samuel Boury, cofondateur de Ubleam (crédit : Rémi Benoit).

Ubleam et cinq autres startups (Akanthas, Climeon, Cintoo, Nanoz et Samotics) rejoignent ainsi un programme conçu pour supporter le déploiement de technologies numériques dans les activités industrielles. Après avoir déployé des "bleams" sur une quarantaine de ses sites à travers le monde, TotalEnergies va donc aider à la promotion de cette solution digitale auprès de ses partenaires, pour des déploiements sur sites plus massifs.

"Quand on est présents sur un ou deux sites d'un de nos clients, comment fait-on pour ensuite être sur 80 sites, situés partout en Europe ? Ce passage à l'échelle est crucial, et il doit être accompagné par ces groupes qui nous intègrent dans leur logique de transformation digitale", explique Samuel Boury, cofondateur de Ubleam.

La startup n'oublie pas pour autant les ETI. Le marché ne manque d'ailleurs pas de clients potentiels. Selon l'entreprise, 60% de ces sociétés n'ont pas de solution autre qu'Excel ou le papier pour gérer la maintenance ou la gestion de leurs équipements.

En parallèle, l'incubateur permettra à Ubleam d'adapter son produit au plus près des besoins des acteurs de l'industrie, qu'elle cible depuis 2015, et de gagner en visibilité en participant à de grands événements, comme le CES de Las Vegas. L'occasion pour les entrepreneurs toulousains de mettre en avant leurs dernières innovations.

Des nouveautés au service de la productivité

Car depuis trois ans, l'entreprise travaille activement à l'amélioration de son application mobile et de sa plateforme numérique dédiée, Fusion.

"Nous avons intégré beaucoup de fonctionnalités autour du carnet numérique de l'équipement. Avec l'application Ubleam, on peut depuis le terrain consulter toute la base de données d'un équipement, comme des photos, des factures, des rapports, un numéro à contacter... Tout cela peut être associé à un seul et même bleam", détaille le dirigeant.

Ces données doivent pour l'instant être ajoutées au préalable via la plateforme Fusion, mais l'équipe de développeurs de la startup travaille à ce qu'un bleam puisse être modifié directement sur le terrain par les opérateurs en passant par l'application. Un tableau de bord numérique est en revanche d'ores et déjà disponible pour permettre aux propriétaires des machines et autres responsables d'avoir une vue d'ensemble de tout ce qui est effectué sur le matériel.

Enfin, les fondateurs de Ubleam s'attellent à rendre leur application plus simple à utiliser, et intègrent actuellement la prise en charge des codes-barres uniques et des QR codes à leur service pour que tout code qui peut être scanné devienne un point d'entrée vers leur solution. Des postes de développeur sont d'ailleurs à pourvoir pour accélérer cette intégration. Mais ces projets ne devraient être que le début d'une lignée d'autres...

Un rapprochement en vue

Ubleam prévoit effectivement de se rapprocher (sous forme capitalistique) d'un partenaire industriel éditeur de logiciels. Cela afin de "prendre une toute autre dimension", et de déployer des bleams sur plus de 350 sites en trois années. Plusieurs entreprises internationales auraient déjà approché la startup.

Dans ce contexte, les cofondateurs ne souhaitent pas dévoiler leur chiffre d'affaires, et indiquent seulement que la société a vu son revenu récurrent mensuel augmenter de 60% en 2021.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.