Stade Toulousain : bientôt des socios pour recapitaliser le club ?

Le club de rugby champion de France et d'Europe en titre a entamé un processus de recapitalisation pour préparer son modèle économique de moyen et long terme. Selon des confidences de son président, Didier Lacroix, le Stade Toulousain étudie sérieusement l'hypothèse de socios au sein de son actionnariat pour financer son avenir. La forte activité de sa boutique et l'engouement autour du désormais célèbre "Mur de soutien" seraient à l'origine de cette réflexion. Les détails.

5 mn

Le Stade Toulousain va-t-il faire entrer des sociaux au sein de son capital ?
Le Stade Toulousain va-t-il faire entrer des sociaux au sein de son capital ? (Crédits : Rémi Benoit)

"Sans les aides de l'État et soutiens à la trésorerie, le Stade Toulousain n'aurait pu tenir sur la saison 2020-2021", ne cache pas son président, Didier Lacroix. Et pour cause, la crise sanitaire a créé un siphon dans les finances des Rouge et Noir qui sortent d'un doublé historique (champion de France de Top14 et champion d'Europe). Selon la direction du club, la Covid-19 a généré un déficit d'exploitation d'environ huit millions d'euros au cours de la saison passée. À la sortie de ce choc frontal et inattendu, le club de rugby réfléchit à une refonte majeure de son capital avec pourquoi pas l'apparition d'un actionnariat public avec l'entrée de "socios" au Stade Toulousain, à l'image de ce qu'a fait le FC Barcelone dans le football mais pas que.

En attendant et pour équilibrer les comptes de ce précédent exercice et celui sur la période 2021-2022, le Stade Toulousain a du consentir à deux PGE pour un montant total de huit millions d'euros et d'un prêt Rebond du conseil régional d'Occitanie de l'ordre de 300.000 euros. Par ailleurs, l'État doit prochainement revenir vers cette institution toulousaine à propos d'un mécanisme de compensation des pertes de recettes sur la billetterie pendant la crise sanitaire. Un futur dispositif dont le club devrait percevoir au moins quatre millions d'euros.

En raison d'un huis clos imposé lors de ses matchs à domicile au stade Ernest-Wallon la saison passée pour lutter contre la propagation de la Covid-19 , le club dirigé par Didier Lacroix depuis 2017 a perdu 98% de ses recettes sur ce segment d'activité. Il a aussi vu son business "partenaires" dévisser de -35%, tout comme celui de sa brasserie de -79%. A contrario, le soutien populaire envers le champion de France de rugby en titre s'est fait plus que ressentir dans le merchandising ces derniers mois, ce qui a fait germer l'idée de lancer des socios au Stade Toulousain prochainement, peut-être.

Bientôt des supporters actionnaires au Stade Toulousain ?

Le club - qui vise 37 millions d'euros de chiffre d'affaires sur la saison à peine démarrée - a vu les recettes de sa boutique progresser de +35% sur le précédent exercice ! Rien que durant l'été, 1.633 maillots ont été vendus, soit 116% de plus qu'au cours de l'été 2020. Une statistique à laquelle il faut ajouter les 25.000 briques achetés par des fans - et composer un mur - pour faire des dons à leur club, de 30 ou 150 euros dans cette période de délicate. Ce qui lui a permis de récolter plusieurs millions d'euros depuis la naissance de "cette idée folle" comme la qualifie Didier Lacroix.

Une idée folle qui a tout de même fait émerger au sein du dirigeant l'idée de laisser la place à des socios dans l'actionnariat de "son" club prochainement, lui qui va opérer une recapitalisation du club au cour de la saison en cours.

"Nous allons nous poser la question des socios et d'un actionnariat public. En tout cas, nous sommes en réflexion sur le sujet. Cela pourrait être exploré réellement (...) Le mur de soutien a pris une dimension planétaire. Par contre, il est évident que c'est aussi à réfléchir en termes d'impact sur la gouvernance et par rapport aux droits qu'auraient ces socios. Maintenant, est-ce-que cela va se faire dès maintenant, dans un an, trois ans, cinq ans ? Je ne peux pas le dire mais cela fait partie des questions autour du projet de recapitalisation qui doit intervenir au cours de la saison", explique sans détour Didier Lacroix.

En révélant aux médias, ses intentions sur le sujet jeudi 9 septembre, c'est aussi une manière pour Didier Lacroix d'envoyer un pavé dans la marre et de voir comment réagit l'opinion public à cette annonce, même si l'engouement autour du Mur de soutien est une première réponse. Néanmoins, beaucoup d'autres questions restent en suspens comme le potentiel nombre de socios, le prix d'une action, le montant des fonds cherché par le Stade Toulousain... "C'est prématuré", répond son président.

Didier Lacroix

Le président Didier Lacroix veut revoir l'actionnariat du Stade Toulousain (Crédits : Rémi Benoit).

La "Cité du Rugby" prévue pour 2025

Au-delà de cet aspect détonant et innovant dans le sport français, le Stade Toulousain réfléchit à des options plus classiques pour se doter de nouveaux fonds propres, comme l'appel à ses actionnaires historiques ou bien l'intégration "de nouveaux capitaux extérieurs", comme tient à préciser Didier Lacroix. Surtout dans un contexte où le tissu économique a aussi répondu présent avec 60 nouveaux partenariats d'entreprise ficelés durant l'été, ce qui monte le total à 300.

"Ouvrir cette période de recapitalisation du club aujourd'hui nous permet de le faire sans pression. Nous sommes dans une compétition offensive et non défensive. Pourquoi devrions-nous attendre à chaque fois d'avoir les caisses qui sont vides ou d'être à l'aube d'un accident économique ? (...) Actuellement, nous avons deux équations à résoudre. Nous sommes à l'étroit dans nos installations actuelles et il y a un besoin de renforcer nos capitaux propres", justifie Didier Lacroix.

Si le prochain tour de table bouclé répond aux ambitions du président, le Stade Toulousain pourrait déménager son centre d'entraînement. Surtout, cette opération financière doit aussi lui permettre de mener à bien le projet de "Cité du Rugby" du Stade Toulousain, un nouvel édifice et musée qui doit doper les recettes commerciales et événementielles du club dès sa sortie de terre en 2025.

Lire aussi 5 mnDidier Lacroix : "L'image de Toulouse est associée au monde du rugby"

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.