Entrepreneurs d'Occitanie, voici les aides (financières) disponibles face à la crise

 |  | 944 mots
Lecture 5 min.
Plusieurs aides ont été recensées par la rédaction de La Tribune.
Plusieurs aides ont été recensées par la rédaction de La Tribune.
Afin d'accompagner les entrepreneurs d'Occitanie dans cette période économique délicate, la rédaction de La Tribune propose un panorama (non exhaustif) des aides financières à leur disposition. Présentation en accès libre.

En ces temps de crise, beaucoup de dirigeants ont la tête dans le guidon pour tenter de limiter la casse sur les plans financier et social. Afin d'apporter une contribution utile dans cette période trouble, la rédaction de La Tribune propose une sélection des principaux dispositifs à disposition des TPE et PME d'Occitanie pour passer le cap.

  • Un numéro de téléphone unique. Trop difficile de s'y retrouver face à la multiplication des annonces et des présentations de plan de soutien à l'économie ? Afin d'aider les entreprises vers les dispositifs les mieux appropriés à leur situation, le conseil régional, en coopération avec la chambre de commerce et d'industrie d'Occitanie et la chambre des métiers et de l'artisanat, a instauré une cellule téléphonique avec un numéro unique : le 0800 31 31 01. Pour compléter ce dispositif, la collectivité a lancé la plateforme numérique afin de recenser toutes les options possibles et faciliter les démarches des entrepreneurs de la région : https://hubentreprendre.laregion.fr/
  • Les Prêts Garantis par l'État (PGE). Face au besoin en fonds de roulement des entreprises, en plus confrontées à un arrêt d'activité, le gouvernement avait instauré un dispositif de PGE, lors du premier confinement. Il doit permettre aux entreprises en difficulté d'obtenir plus facilement un financement auprès de leur banque grâce à la caution de l'État. Une telle demande peut être effectuée jusqu'au 30 juin 2021 et les premiers remboursements pourront s'effectuer un an après la demande, pour un prêt total de six ans. En cas de refus, il est toujours possible de saisir la cellule de médiation de l'antenne régionale de la Banque de France.

Lire aussi : "Les PGE auraient dû être accordés sur la base d'un business plan de l'entreprise"

  • Autre option, les Prêts Participatifs. Malgré la bonne volonté de votre banquier, il se peut, pour diverses raisons que votre demande de PGE ne soit pas accordée et ce, malgré l'intervention de la Banque de France. Dans ce cas, l'État accorde des prêts participatifs, jusqu'au 30 juin également, aux entreprises ainsi qu'aux associations et fondations ayant une activité économique, sociale et solidaire, de moins de 50 salariés. Ces prêts participatifs ont vocation à couvrir les besoins en investissements et en fonds de roulement des entreprises. Ils sont octroyés à un taux annuel de 3,5 % dans une limite de 100 000 euros. Ils peuvent être amortis sur une durée de 7 ans. À noter également qu'au cours de la première année du prêt, l'entreprise ne rembourse que les intérêts. Pour en bénéficier, il est nécessaire de se rapprocher du Comité départemental d'examen des difficultés des entreprises (Codefi).
  • Le Fonds de prévention de la précarité. Porté par le Conseil départemental de Haute-Garonne, ce fonds doté de 3,5 millions d'euros doit bénéficier aux acteurs de l'économie locale les plus en difficulté, en particulier les travailleurs indépendants, les artisans, les commerçants, les professions libérales, les agriculteurs et les conjoints collaborateurs. Cumulable avec les aides régionales et nationales, il est destiné aux personnes ayant subi une perte de revenus du fait de la crise sanitaire de la Covid-19. Ce soutien financier, qui tient compte aussi de la situation du foyer, peut aller de 500 à 1.500 euros. La collectivité a mis en place une cellule téléphonique pour accéder à cette aide et à d'autres dispositifs (05 34 33 43 96).
  • Le Fonds L'OCCAL. Réunissant 100 millions d'euros de financement apportés le conseil régional, la Banque des Territoires et les intercommunalités de l'Occitanie, cette enveloppe permet d'apporter un soutien financier dans la relance économique aux acteurs du tourisme et culturels, aux artisans, commerces de proximité et petites entreprises. Ces aides à la trésorerie, sous forme d'avances remboursables ou subventions d'investissements, doivent permettre de financer par exemple l'achat de matériels pour le respect du protocole sanitaire dans un taxi, ou bien aider une boutique de vêtements à développer la mise en place d'un dispositif de vente en ligne. Depuis peu, ce dispositif a également été étendu au paiement des loyers du mois de novembre pour les commerces "non essentiels" fermés administrativement.

Lire aussi : Commerces : la région Occitanie et les EPCI s'associent pour payer les loyers

  • Le Pass Relance Occitanie. Instauré à l'occasion du premier confinement par le conseil régional, ce dispositif est bien évidemment plus que jamais d'actualité alors que l'année 2021 s'annonce décisive pour de nombreux acteurs économiques. Il a été créé pour soutenir les entreprises dans leurs projets de reprise d'activité, suite à la crise sanitaire. Ce dispositif cible les entreprises de tous les secteurs d'activité à l'exclusion des secteurs tourisme, agriculture, agroalimentaire et aéronautique, qui disposent de dispositifs dédiés. Ainsi, les PME de 1 à 250 salariés peuvent bénéficier de subventions d'investissement jusqu'à 60 000 euros, si elles disposent d'un premier bilan d'activité de 12 mois minimum.

Lire aussi : Aéronautique : comment la région Occitanie va investir dans les entreprises industrielles

  • Le fonds de solidarité. Pour soutenir financièrement les commerces "non-essentiels" contraints à la fermeture par voie administrative pour lutter contre la propagation de la Covid-19, le gouvernement a mis en place un fonds de solidarité pouvant aller jusqu'à 10.000 euros par mois et par entreprise. Depuis le vendredi 20 novembre, le formulaire est disponible sur l'espace particulier impôts.gouv.fr et a déjà reçu 186.000 demandes en même pas 72 heures. Dans l'optique du déconfinement étalé, les discothèques, bars, restaurants et salles de sport pourront désormais demander chaque mois 10.000 euros ou bien 20% de leur chiffre d'affaires mensuel un an en arrière.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :