Louis, fabricant de mobilier de bureau personnalisable, lève 1,5 M€

 |   |  603  mots
Le dirigeant Thomas Devineaux veut implanter Louis en Allemagne.
Le dirigeant Thomas Devineaux veut implanter Louis en Allemagne. (Crédits : DR)
Un an et demi après son lancement, la startup toulousaine, qui conçoit et fabrique des meubles sur-mesure pour bureau, vient de lever 1,5 million d’euros auprès de Techstars, Kima Ventures et de business angels. Avec ce tour de table, Louis veut accélérer l’automatisation de son processus de fabrication, agrandir son équipe et s'étendre à l'international.

Tout a commencé avec un drakkar. Thomas Devineaux, Paul Gely, Baulieu de Reboul et Guillaume Ferec, encore étudiants, fabriquent et vendent des meubles pour financer leur bateau. Durant cinq ans, ils le construisent à la manière des vikings. Pour autant, ce n'est pas avec celui-ci qu'ils vont conquérir l'Europe mais avec leurs meubles. Ils lancent Louis, en 2018, une startup qui conçoit et fabrique du mobilier de bureau en bois et 100% personnalisable.

"Des startups américaines et allemandes arrivent sur le marché du meuble de bureau personnalisable, ce qui souligne que le besoin est fort pour ce genre de produit et notamment en Europe. C'est pourquoi nous pensons nous déployer en Allemagne d'ici fin 2020 et au Royaume-Uni au début de l'année 2021", précise Thomas Devineaux, président de Louis.

Une levée de fonds plus importante que prévue

Pour s'étendre à l'international, l'entreprise vient de réaliser un tour de table d'1,5 million d'euros auprès de Techstars, Kima Ventures et de business angels. Pourtant, elle prévoyait d'en lever seulement la moitié en février dernier. "Nous aurions pu seulement faire une levée de 800 000 euros, mais nous ne voulons pas avoir un rythme lent. Nous avons donc affiné notre stratégie et avons décidé de lever plus", explique le dirigeant. Cette somme lui permettra également de renforcer son équipe de 14 personnes. Louis va recruter entre huit et dix personnes au cours des huit prochains mois.

"La moitié seront des commerciaux, pour renforcer la communication autour de l'entreprise, le reste des ingénieurs, pour les logiciels. Nous souhaitons développer la robotisation de notre production, notamment sur la finition des meubles. Nous travaillons avec des ébénistes pour pouvoir réaliser des finitions parfaites avec l'automatisation", annonce Thomas Devineaux.

La jeune pousse compte donc améliorer son process de fabrication, entièrement automatisé depuis le devis jusqu'à l'usine, pour augmenter ses capacités de production. Louis dispose en effet, de sa propre usine à Labège.

Une offre de leasing à destination des entreprises

Tables, bureaux ou encore rangements, la jeune pousse propose divers meubles, personnalisables à l'envie. Il est possible d'en choisir les dimensions, le type de bois ou encore d'y ajouter son logo. De multiples personnalisations qui attirent les entreprises. Aujourd'hui, Louis compte une centaine de clients, des startups, de grands groupes et des PME parmi lesquels, Sigfox, Total, Spendesk ou encore Air Liquide. Mais aussi, des aménageurs d'espaces. Ceux-ci représentent 80% du chiffre d'affaires de Louis. Des clients privilégiés pour lesquels la startup va créer une plateforme en ligne.

"Début 2020, nous allons leur proposer un outil 2.0 qui va leur permettre de numériser leur processus. Le mobilier personnalisé par ces designers pourra être envoyé directement en production depuis la plateforme", informe le président de Louis.

En parallèle, la startup vient de lancer une offre de leasing. Celle-ci, actuellement en phase de test, sera aussi disponible en 2020. Elle permettra de récupérer d'anciens meubles et de les remettre à neuf. Louis pourra ainsi donner une deuxième, voire une troisième vie à ces bureaux.

"Le produit va être récupéré, à nouveau traité, réutilisé ou recyclé par nos soins. L'idée est de passer d'une économie de propriété à une économie d'usage. Pour les entreprises qui ont une appétence RSE c'est très attractif", affirme Thomas Devineaux.

La jeune pousse qui va aussi sortir une nouvelle collection en 2020, a réalisé un chiffre d'affaires de 400 000 euros en 2018 et compte atteindre le million d'euros en 2019.

Lire aussi : Le label B Corp, un relais de croissance RSE pour les entreprises ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :