VUF veut résoudre la problématique du dernier kilomètre

 |   |  875  mots
Thomas et Anthony Chenut, les deux fondateurs de VUF, veulent lever 800 000 euros pour imposer leur marque sur le marché.
Thomas et Anthony Chenut, les deux fondateurs de VUF, veulent lever 800 000 euros pour imposer leur marque sur le marché. (Crédits : VUF)
L'entreprise basée à Toulouse, a créé un vélo utilitaire à trois roues qui permet de transporter des charges lourdes. Une réponse au problème de livraison en centre-ville où les véhicules motorisés sont de moins en moins bien accueillis. VUF, qui souhaite affirmer sa présence en Europe, va réaliser un tour de table de 800 000 euros. Elle vient également de remporter un appel à projet pour tester son tricycle dans la ville d'Alexandrie, en Egypte.

C'est la solution au dernier kilomètre pour les livraisons en ville. "Un livreur dans une camionnette va passer en moyenne 40% de son temps dans les bouchons. De plus, 5% des charges d'une entreprise de livraison sont des contraventions pour incivilités", affirme Thomas Chenut, le président et cofondateur de Vélo utilitaire français (VUF). Avec son vélo cargo à trois roues, la société leur permettrait d'éviter ces désagréments.

"Les gens commandent de plus en plus sur internet, les livraisons sont plus nombreuses et les collectivités doivent enchaîner les politiques incitatives pour qu'il y ait moins de circulation en ville. Il faut donc trouver une alternative aux véhicules motorisés et cela passe par un vélo capable de se faufiler en ville, qui soit modulable pour pouvoir répondre à l'ensemble des besoins des sociétés de livraison, qui puisse transporter des charges et qui soit facilement stockable", détaille le dirigeant.

Pour cela, le tricycle dispose d'un plateau avant et arrière, d'un moteur électrique d'une autonomie de 40 à 60 km, d'une double chaîne de transmission qui réduit l'effort, d'une capacité de transport de 250 kg et de deux m3 de marchandises, et surtout d'un...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2019 à 11:32 :
Ce n'est pas nouveau, j'ai vu un jour une jeune maman se déplacer avec son triporteur électrique, il y a plusieurs d'années de cela, avec une grande facilité et naturellement. Solution qui pourrait en effet pallier à bien des problèmes de livraisons intra muros.

Mais toujours le même problème, l'idée est belle et logique mais les prix sont systématiquement répulsifs et ce n'est pas la faute à ces entreprises mais à nos salaires au ras des pâquerettes, l'oligarchie européenne coutant de plus en plus chère à entretenir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :