BNP Paribas se recentre sur l'Occitanie

 |   |  456  mots
La BNP Paribas compte 1 200 salariés en Occitanie.
La BNP Paribas compte 1 200 salariés en Occitanie. (Crédits : Stephane Mahe)
Dans le cadre d'une réorganisation au niveau national, la BNP Paribas a ouvert une direction régionale propre à la région Occitanie, vendredi 9 novembre. Anciennement partagée entre l'ex-direction régionale du Sud-Ouest et l'ex Sud-Est, la nouvelle direction régionale occitane sera basée à Toulouse. La structure qui réunit 143 agences, 3 centres de banque privée et 2 centres d'affaires sera dirigée par Alban Marty.

Un réseau de 143 agences, 2 centres d'affaires basés à Toulouse et Montpellier et 3 centres de banque privée installés également dans les deux métropoles. Voilà ce que représente désormais la nouvelle direction régionale de la banque BNP Paribas pour la région Occitanie, lancée vendredi 9 novembre.

"Nous couvrons presque tous les départements de la région administrative. Seulement, nous n'avons pas la Lozère ni le Gard, mais nous avons le Cantal et la Corrèze. Auparavant ces territoires étaient partagés entre les directions régionales de Bordeaux et de Marseille", détaille Alban Marty, le nouveau directeur régionale de cette nouvelle direction régionale.

Celle-ci, regroupant pas moins de 1 200 salariés, est installée à Toulouse. Cette nouvelle équipe gère les finances d'environ 400 000 clients (dont 350 000 particuliers, 26 000 professionnels et TPE, et 5 500 entreprises). Des clients qui ont actuellement au total 7,3 milliards d'encours de crédits dans la région (3,2 milliards pour les particuliers, 2,1 pour les professionnels et TPE, et 2 pour les autres entreprises).

Un millefeuille décisionnaire allégé

La naissance de cette nouvelle direction régionale émane d'une réorganisation des services de la banque au niveau national. Enclenchée en début d'année 2018, les directions régionales vont ainsi passer de 7 au nombre de 10. Mais la réorganisation des directions régionales elles-mêmes a été repensée.

"Nous sommes passés de 4 niveaux décisionnaires (agence, entité, groupe, direction de région, ndlr) à 3 niveaux désormais (agence, territoire, direction de région, ndlr). Notre souhait est de concentré nos effectifs sur la proximité, avec des prises de décisions plus rapides", explique le nouveau dirigeant régional.

Il souligne également le fait que, dès à présent, les chefs d'agence ont davantage de pouvoirs et peuvent prendre "jusqu'à presque 90% de leurs décisions seul". Par exemple, un chef d'agence peut désormais accorder seul un crédit tant qu'il ne dépasse pas la somme de 600 000 euros.

Un modèle d'agence à revoir ?

Si la clientèle doit voir cela comme un gage en faveur de la proximité avec elle, qu'en est-il du futur des agences physiques de la BNP Paribas ? Toutes banques confondues, le nombre d'agences a fortement baissé en France ces dernières années face à l'émergence des néo-banques et des services en ligne.

"Nos clients demandent de plus en plus de digital, tout en conservant l'aspect humain à travers nos agences. C'est le paradoxe. Il faut trouver le juste équilibre entre les deux. Pour le moment, en Occitanie, il n'y a pas de projet de fermeture d'agences. Une réflexion est plutôt à mener sur le format qu'elles doivent avoir", tient à rassurer Alban Marty.

Lire aussi : Les banques toulousaines en souffrance

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :