Le fonds d'investissement toulousain Midi Capital devient indépendant

 |   |  504  mots
Dirigeant historique, Rudy Secco est aujourd'hui l'un des quatre actionnaires de Midi Capital
Dirigeant historique, Rudy Secco est aujourd'hui l'un des quatre actionnaires de Midi Capital (Crédits : Rémi Benoit)
La Caisse d'Épargne Midi-Pyrénées vient d'annoncer la cession de sa filiale Midi Capital à l'équipe dirigeante au travers de la holding M Partners. Un choix stratégique qui doit permettre à la société spécialisée dans l'accompagnement financier des PME de poursuivre son développement. Explications.

Midi Capital est désormais indépendante. Créée en 2001 par la Caisse d'Épargne de Midi-Pyrénées, la société de gestion est devenue au fil des années un acteur important du financement des PME au niveau local mais aussi national. Au premier semestre 2015, Midi Capital (par ailleurs actionnaire du Groupe Hima, propriétaire de La Tribune) était le premier fonds français en nombre d'investissements, selon l'indicateur Chausson Finance 2015.

En 2015, Midi Capital a ainsi collecté 77 millions d'euros pour financer 67 PME et gère 280 millions d'euros d'actifs à ce jour. Avec cette cession, ce sont donc les quatre dirigeants de Midi Capital qui possèdent, via la holding M Partners créée en fin d'année 2015, l'ensemble des parts détenues jusque-là par la Caisse d'Épargne Midi-Pyrénées (70 %) et la Caisse d'Épargne Languedoc-Roussillon (30 %).

Une indépendance logique

"C'est une réflexion stratégique que nous menons depuis un an et demi sur l'avenir de Midi Capital, explique Pierre Carli. Il y a une dizaine d'années, tous les groupes bancaires possédaient leur société de gestion. Mais l'évolution de la réglementation, avec les accords Bâle II et Bâle III, a fait que cela devenait très consommateur de fonds propres. Les banques ont ainsi réduit leurs investissements dans les fonds et ont donné leur indépendance aux sociétés de gestion."

C'est dans cette logique que la Caisse d'Épargne Midi-Pyrénées a réfléchi à la cession de Midi Capital. "Les fonds grands publics (Fonds Communs de Placement dans l'Innovation, Fonds d'Investissement de Proximité, NDLR) se développent de plus en plus et cela devenait un handicap pour Midi Capital de distribuer ces fonds au travers d'une Caisse d'Épargne", ajoute Pierre Carli. Il y a quelques années, la direction de la banque avaient proposé aux équipes de Midi Capital de reprendre 40 % des parts. Une opération qui n'avait alors pas abouti.

D'autre part, l'Autorité des marchés financiers (AMF) préfère aujourd'hui que les sociétés de gestion soient indépendantes.

"Une nouvelle page de croissance"

Pour Rudy Secco, l'un des 4 dirigeants historiques et nouvel actionnaire, l'opération, d'un montant qui restera confidentiel, entre dans "l'ordre naturel des choses". "C'était notre souhait depuis longtemps de détenir la majorité de l'actionnariat. La Caisse d'Épargne a été un très bel actionnaire. Nous allons maintenant écrire une nouvelle page de croissance."

Dans les projets des nouveaux actionnaires (Rudy Secco, David Aversenq, Karine Alet et Stéphanie Minissier), d'abord un changement de nom, Midi Capital sonnant trop "sud" pour les différents partenaires du fonds d'investissements. Et surtout de nouveaux services à destination des entrepreneurs. "Aujourd'hui, nous investissons dans les entreprises. Demain, nous proposerons des prêts, assisterons les introductions en bourses, ferons de l'equity. Comme une banque d'affaires", expose Rudy Secco.

Avec ses 40 collaborateurs, ses 6 bureaux en France et sa croissance de 100 % par an depuis trois ans, Midi Capital vole à présent de ses propres ailes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :