Fram : Karavel et le groupe chinois HNA veulent racheter le voyagiste toulousain

 |   |  469  mots
La société Ttoulousaine Fram sera bientôt cédée
La société Ttoulousaine Fram sera bientôt cédée
Fram sera cédée "dans quelques jours". Deux offres fermes ont été déposées pour le rachat de l'entreprise, la première par le groupe Karavel (Promovacances) et l'autre par Selectour-Afat, associé aux Chinois HNA. Fram, créé en 1949 à Toulouse, est en difficulté depuis plusieurs années et cherche à s'adosser à un investisseur "de référence".

Après avoir démenti les rumeurs, Fram officialise aujourd'hui (mardi 13 octobre) les offres de rachat qui lui ont été faites. Via un communiqué de presse, le voyagiste toulousain affirme "avoir reçu une offre ferme 'in bonis' de la part de HNA et de Selectour-Afat, portant sur la cession des titres du Groupe".

La précision "in bonis" signifie que le rachat ne passerait pas par le tribunal de commerce et que l'ensemble des titres de la société seraient repris. C'est notamment ce qui différencie cette offre de celle de Karavel-Promovacances (spécialiste du voyage en ligne), déposée début septembre. Ce dernier souhaite en effet engager une procédure collective devant le tribunal de commerce avant le rachat.

"Nous avons reçu l'offre de HNA hier en fin d'après-midi précise la direction de Fram, et les actionnaires prendront une décision finale d'ici quelques jours. Recevoir deux offres est une très bonne nouvelle. Cela montre que Fram est une marque qui séduit les investisseurs, de part son positionnement sur le marché et le savoir-faire de ses salariés."

Qui est HNA ?

HNA est notamment propriétaire de la compagnie aérienne Hainan Airlines mais aussi de Swissport (acquise début août pour 2,8 milliards de dollars). Elle est spécialisée dans la fourniture de services aéroportuaires, de services d'assistance aérienne au sol et de services de fret.

Par ailleurs, le groupe chinois est déjà actif dans le secteur touristique, via sa filiale HNA Tourism.

Si HNA rachète Fram, ce ne serait pas une première puisque le groupe chinois Fosun a acquis Club Méditerranée en février dernier, suite à une épique bataille boursière de près de deux ans.

Objectif  : "accueillir un investisseur de référence reconnu"

Si Fram cherche depuis 18 mois à séduire les investisseurs, c'est que la société toulousaine connaît de grandes difficultés financières depuis plusieurs années. De lourdes pertes enregistrées entre 2010 et 2012 l'avaient conduite en 2012 à lancer un plan social, supprimant 10 % de ses effectifs français. En octobre dernier, le voyagiste, né en 1949, avait par ailleurs cédé des actifs immobiliers au Maroc et en Espagne afin d'obtenir de l'argent frais.

Ainsi, l'ouverture du capital est bel et bien un axe stratégique de Fram. Le voyagiste basé à Toulouse a placé à la tête de son conseil de surveillance Marie-Laurence Vieuille-Feral en mars 2014, avec une feuille de route précise : renflouer la trésorerie de l'entreprise et assurer sa pérennité en accueillant de nouveaux actionnaires.

En 2014, le groupe affiche un chiffre d'affaires consolidé de 373 millions d'euros, en baisse de 8 % par rapport à 2013, mais enregistre un retour à un résultat net consolidé positif à hauteur de 4,4 millions d'euros. En 2014, 400 000 clients ont voyagé avec Fram.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :