Airbus : l'idée d'une nouvelle chaîne d'assemblage à Toulouse divise les syndicats

 |   |  653  mots
Une nouvelle chaîne d'assemblage final de l'A320 pourrait voir le jour à Hambourg
Une nouvelle chaîne d'assemblage final de l'A320 pourrait voir le jour à Hambourg (Crédits : Masterfilms / H. Goussé)
La CGT d'Airbus réclame la création à Toulouse d'une nouvelle ligne d'assemblage de l'A320 pour faire face à la demande, notamment la dernière commande record de 250 avions passée par la compagnie Indigo. Pour FO (syndicat majoritaire), ce n'est pas la bonne solution, et il est préférable d'investir pour moderniser les FAL (Final assembly line) "vétustes" de Toulouse. Pour rappel, en juin dernier, Fabrice Brégier a indiqué qu'Airbus étudiait la mise en place d'une ligne d'assemblage final supplémentaire, mais...à Hambourg.

Pour Xavier Petrachi, délégué syndical central à la CGT d'Airbus, le calcul est simple : "Si vous commandez un A320 aujourd'hui, vous ne pourrez pas l'avoir avant au moins 8 ans. Le seul moyen de réduire ce délai est d'augmenter les cadences de production. Sachant que nous allons bientôt passer à une cadence maximale de 50 avions par mois, il faudra une nouvelle chaîne d'assemblage pour augmenter encore plus la cadence. Alors autant qu'elle soit construite à Toulouse pour y créer de l'emploi".

 Si aucun courrier officiel n'a encore été adressé à la direction d'Airbus, le syndicat (minoritaire) entend entamer un dialogue à ce sujet "dès la rentrée", d'autant plus que cette semaine, la compagnie indienne Indigo a passé une commande record de 250 monocouloirs. "Cela porte le carnet de commandes à 630 avions par an pendant 10 ans", indique le syndicaliste.

 "Aujourd'hui nous sortons 46 avions par mois entre les FAL de Toulouse, Hambourg, Tianjin et bientôt Mobile (l'usine américaine doit ouvrir le 14 septembre, NDLR). D'ici fin 2015, nous passerons à 50 avions par mois. On entend déjà parler de passer à 60 avions par mois. Il me paraît pragmatique, vu notre savoir-faire et l'emploi qui sera créé, d'ouvrir une nouvelle FAL à Toulouse".

 Aujourd'hui, l'assemblage des A320 est réparti comme suit :

-       16 avions à Toulouse (2 FAL)

-       32 avions à Hambourg (3 FAL plus une quatrième à venir)

-       4 avions à Tianjin, Chine (1 FAL)

-       4 avions à Mobile, USA (1 FAL)

Transfert de l'aménagement intérieur des avions à Toulouse ?

Autre son de cloche chez le syndicat majoritaire, Force Ouvrière. Pour le délégué syndical central Airbus Jean-François Kiepper,"le sujet est très politique. C'est entre l'Allemagne et la France que ça se joue et il faut faire attention à ce que l'on dit".

"Ce qu'il faut faire -et ce qui est prévu par la direction - c'est une nouvelle manière de produire cet avion. Ainsi, l'aménagement commercial des avions (sièges, éclairages, moquette, toilettes etc. NDLR), qui est actuellement intégralement réalisé en Allemagne, devrait être transféré de Hambourg à Toulouse. Les négociations sont en cours. Cela permettra de gagner du temps en supprimant les allers-retours d'avions entre Toulouse et Hambourg."

 Ce transfert permettrait de créer 260 emplois à Toulouse. La création d'une nouvelle ligne d'assemblage concernerait quant à elle une centaine d'emplois, selon le délégué syndical.

"Si le transfert de l'aménagement commercial à Toulouse est acté, cela paraît normal que la nouvelle FAL s'implante à Hambourg. C'est la condition posée par l'Allemagne, et il ne faut pas perturber ces négociations", complète Jean-François Kiepper.

 Néanmoins, FO a également une revendication concernant Toulouse : "Nous souhaitons des investissements lourds pour moderniser les FAL actuelles. Rendez-vous compte, ce sont celles qui ont assemblé le Concorde et le Caravelle ! Nous souhaiterions davantage de sécurité et de confort pour les salariés".

"Pas de décision cette année" selon Airbus

En juin dernier, le CEO d'Airbus Fabrice Brégier a affirmé que dans l'hypothèse où Airbus décidait de porter ses cadences de production de l'A320 au-delà de 50 appareils par mois, l'entreprise aura une chaîne d'assemblage finale supplémentaire. "Le scénario le plus probable est de l'installer en complément d'un site en Europe, a-t-il ajouté, probablement à Hambourg". "Nous prendrons une décision cette année", avait alors précisé Fabrice Brégier.

Contacté ce vendredi 21 août, le service communication d'Airbus affirme finalement que cette décision "est loin d'être validée" qu' "il n'y aura pas de décision avant la fin de l'année".

 "Ce n'est pas la commande d'Indigo qui précipitera la décision, ajoute l'avionneur. Cette commande sera produite à partir de 2018 et s'étalera sur 10 ans".

L'A320 d'Airbus est connu pour être l'un des avions les plus fiables et les plus vendus au monde. C'est le plus grand succès commercial de l'avionneur européen avec plus de 6 000 livraisons au compteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2015 à 13:41 :
La technologie A320 est répartie sur plusieurs centres de production comme une franchise très rentable. Mais nonobstant quelques grosses commandes il s'agit d'une gamme d'ouverture qui va voir ses ventes décliner relativement. Les grands donneurs d'ordre vont basculer vers l'A350 surtout que la baisse du pétrole les y incite. Laisser gérer le phénomène de voiture balai pour l'A320 aux allemands est donc une bonne solution. Elle fera de la place pour d'autres développements. On sait que si 17 A350 sont ou seront livrés à fin 2015, 7 volent actuellement, la montée en cadence prévue de 10 avions par mois risque fort d'être augmentée et il faut préparer l'arrivée de l'A350-1000 de 366 place à livrer sous 22 mois. Construits dans ce que l'on a nommées des "cathédrales industrielles de technologie" le confort des ouvriers n'est pas en reste. Il faut faire confiance aux dirigeants d'Airbus.
a écrit le 22/08/2015 à 6:17 :
La France a perdu de l'emploi en 2014 sans le secteur aéronautique contrairement à l'Allemagne qui a vu l'emploi de ce secteur se développer fortement.
1/ Au niveau d'Airbus, tout comme EADS, on assiste de plus en plus à une main mise de cadres allemands, au niveau du management (remplacement de cadres français en retraite par des cadres allemands). Il en est de même chez les sous traitants de niveau 1 (équipementiers)
2/ Compte tenu que l'A380 n'a pas le succès escompté, la politique d'AIRBUS a été de forcer ses équipementiers à délocaliser dans des pays de zone dollars ou dans dans pays à bas coût de main d'oeuvre ( Tunisie et Maroc par exemple). On a vu les résultats avec Latécoère qui a du "déposé le bilan" et repris par........ des fonds américains. Que dire des autres sous traitants de niveau 2 qui ont été obligés de licencier massivement sur Toulouse.
3/ Mêmes commentaires avec EADS Hélicoptères et l'assemblage du Tigre (les investissements sont faits en Allemagne)
4/ .........
Que fait l'Etat, premier actionnaire avec DAIMLER....... Il se tait
Réponse de le 24/08/2015 à 18:04 :
desolé, mais la realité est iout autre... contrairement a ce que vous Sous-entendez, les effectifs en Allemagne sont Reduits... chez Airbus comme chez les Sous-traitants. Les Sous-traitants francais ont d ailleurs rafler la mise sur pratiquement tous les gros projets. Le Management est quant a lui plutôt equilibrer. D'ailleurs... Airbus Group est en Train de rapatrier plusieurs elements administratifs a Toulouse....
a écrit le 21/08/2015 à 19:07 :
Pas etonnant que la France s'écroule, les syndicats dirigent le pays, pas en Allemagne, du moins politiquement leurs actions est différentes.
Réponse de le 21/08/2015 à 20:09 :
Heu, c'est le contraire très cher! Les syndicats ont peu de pouvoir en France alors qu'en Allemagne, c'est la cas! Ils sont ecoutés.

Entre parenthèses, il faut recaser en Allemagne les milliers de salariés venant d'Airbus Space & Defense, Airbus Operations A380.... Donc si on met tout en France, ils font comment? Le groupe Airbus est censé être
une aventure européenne, pas de place pour le chauvinisme, l'égocentrisme et l'égoïsme.
a écrit le 21/08/2015 à 16:13 :
À propos, je ne comprends pas pourquoi La Tribune ne pipe pas mot du Salon Aérospatiale qui a lieu ces jours à Moscou (MAKS 2015), une des trois les plus importantes expositions d'aéronautique et où tous les grands avionneurs de ce monde (y compris Boeing et Airbus) y sont présents. Est-ce que nos braves amis journalistes de LT croient-ils toujours que la Russie se trouve encore "isolée du monde" ?:)
Réponse de le 21/08/2015 à 21:40 :
Qui cela peut-il intéresser ? La russie est finie, dead, kaputt.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :