À Toulouse, les salariés d'Akka demandent "zéro départ contraint"

 |  | 808 mots
Lecture 5 min.
Les salariés d'Akka à Toulouse veulent faire pression sur la direction qui prévoit 650 suppressions de postes dans la Ville rose.
Les salariés d'Akka à Toulouse veulent faire pression sur la direction qui prévoit 650 suppressions de postes dans la Ville rose. (Crédits : Florine Galéron)
Une centaine de salariés d'Akka se sont rassemblés à l'appel de six syndicats pour faire pression sur la société d'ingénierie qui prévoit un plan social massif dans la Ville rose. Quelques élus locaux commencent à élever la voix, mais l'intersyndicale aimerait que la puissance publique aille plus loin. De son côté, la direction annonce ce même jour que le nombre d'emplois menacés a été réduit à 650 postes contre 1.150 initialement.

"Airbus, tout le monde connaît mais ce n'est pas le cas des sous-traitants comme Akka. Nous avons peu de visibilité même si nous représentons beaucoup de salariés. Alors bien sûr je suis inquiet de perdre mon emploi", lâche Thomas*, ingénieur chez Akka. Comme lui, ils étaient une centaine à être venu, jeudi 21 janvier, devant le site d'Akka, à Blagnac, à l'appel de six syndicats du groupe (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, Unsa) .

La société d'ingénierie, qui avait choisi la Ville rose en 2016 pour implanter son centre mondial dédié à l'aéronautique, a fait face au troisième trimestre 2020 à une chute de 38% de cette activité.

650 emplois toujours menacés

La Tribune révélait le 3 novembre dernier que Akka Technologies avait chiffré le sureffectif à 1.150 collaborateurs, essentiellement sur le site toulousain qui emploie 2.200 personnes. Fin décembre, le groupe officialise l'ouverture de négociations autour d'un plan de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2021 à 18:49 :
Les ingénieurs certains de leur incompétence font le maximum pour s'accrocher à des emplois qu'ils ne méritent pas... car les bons ingénieurs sont débauchés et non licenciés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :