Fusion Banque Courtois - Société Générale : à Toulouse, vive inquiétude sur l'emploi

 |  | 978 mots
Lecture 6 min.
La Banque Courtois, qui a fêté ses 260 ans d'existence, est une institution à Toulouse.
La Banque Courtois, qui a fêté ses 260 ans d'existence, est une institution à Toulouse. (Crédits : DR)
Le groupe Société Générale a confirmé lundi 7 décembre sa fusion juridique avec les filiales du groupe Crédit du Nord, dont la Banque Courtois à Toulouse, qui devrait se traduire par la fermeture de 600 agences en France. Dans la Ville rose, deux tiers des agences sont menacées d'après les syndicats. Une carte, réalisée par La Tribune, montre l'importante superposition des deux réseaux sur la métropole. Toutefois, Société Générale a bien précisé que cette réorganisation se fera "sans départ contraint".

Société Générale a officialisé lundi 7 décembre le rapprochement de son réseau avec ceux des filiales du groupe Crédit du Nord, dont la Banque Courtois  à Toulouse. La banque au logo rouge et noir confirme, comme le révélait La Tribune dès le 17 novembre, la fermeture d'agences situées très proches géographiquement et qui feraient office de doublons entre les deux réseaux. La Société Générale a annoncé vouloir passer de 2.100 à 1.500 agences d'ici à 2025, soit une suppression de 600 agences en France. Le réseau Banque Courtois représente à lui seul 67 agences dans l'Hexagone et près de 600 collaborateurs.

À Toulouse, où siège la doyenne des banques françaises, l'inquiétude est vive tant la superposition des deux réseaux est importante, comme le montre cette carte réalisée par La Tribune.

Version mobile :

carto banque courtois

Deux tiers des agences menacées à Toulouse selon les syndicats

"Sur Toulouse, deux tiers des agences pourraient fermer. C'est énorme. Toulouse fait partie comme Lyon, Lille ou Marseille, de villes en tension sur ce projet avec des grands risques de pertes d'emplois et d'agences", estime Frédéric Guyonnet, le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2020 à 13:54 :
Si il n' y avait que la banque . Toulouse et sa région surnommés Airbusville sont finis et pour très longtemps : Le Covid a tué l'économie du transport aérien pour longtemps ( je dirais 10 ans ) et Toulouse qui a tout misé sur AIRBUS et en a profité de la fin des années 1980 ( lancement du 320 ) à la fin des années 2000 ( crise des subprimes ) , va en souffrir peut etre pour toujours , comme la Lorraine a souffert de la fin de la sidérurgie .I

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :