BVA : la reprise par Alcentra bloquée par la Cour d'appel de Toulouse

 |  | 874 mots
Lecture 5 min.
Le parquet de Toulouse a bloqué la reprise de BVA Group, basé à Toulouse, par le fonds de dettes anglais Alcentra.
Le parquet de Toulouse a bloqué la reprise de BVA Group, basé à Toulouse, par le fonds de dettes anglais Alcentra. (Crédits : Google Map)
Le parquet vient d'interjeter appel de la décision du tribunal de commerce de Toulouse de nommer le fonds de dettes anglais Alcentra comme le repreneur de BVA et ses 1 800 salariés, dont 500 à Toulouse. "Une surprise" pour Alcentra, mais "un certain soulagement" pour la direction actuelle de BVA qui porte une autre offre de reprise. Joint par La Tribune, le procureur général, Franck Rastoul, justifie sa décision, tout en précisant que cette dernière a un effet suspensif. Décryptage.

Le dossier BVA devient un feuilleton aux épisodes innombrables. Le nouveau procureur général de Toulouse, Franck Rastoul, a décidé d'interjeter appel de la décision du tribunal de commerce, rendue mardi 15 septembre dans cette affaire.

"Il faut étudier les éléments avancés par les quatre offres de reprise présentées, sur la stratégie à court et moyen termes, la solidité financière des repreneurs et l'impact social. L'objectif est d'analyser les forts enjeux économiques et autres afin de permettre un examen, sous un second regard dans le cadre du double degré de juridiction, d'un dossier majeur qui nécessite une analyse technique approfondie. La Chambre commerciale de la Cour d'appel de Toulouse va tout faire pour 'audiencer' dans les meilleurs délais", a justifié Franck Rastoul, contacté par La Tribune.

Lire aussi : BVA repris par le fonds Alcentra, 500 emplois à Toulouse menacés ?

Pour mémoire, le groupe BVA et ses 1 800 salariés dans le monde (dont 500 à Toulouse où se situe son siège social) a été repris à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2020 à 17:17 :
Enfin une réaction logique des pouvoirs publiques dans un dossier lourd pour l'avenir social et économique d'une entreprise performante.

de nombreux outils existent pour permettre aux directions en place et leurs salariés et partenaires pour organiser la poursuite fiable de l'exploitation

IL est temps de mettre un terme au rachat spéculateur porteur à terme de désastres économiques et sociaux
a écrit le 18/09/2020 à 7:37 :
Les british ont quitté l'UE , pourquoi accepterait on de les laisser de nouveaux rentrer chez nous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :