BVA : "Le fonds Alcentra est responsable de la situation"

Xpage ou Alcentra ? Voici le nom des deux potentiels repreneurs qui semblent se dégager pour reprendre l'institut BVA, dont le siège social est à Toulouse. Si le tribunal de commerce doit rendre sa décision le 15 septembre, la direction actuelle qui porte l'offre Xpage s'inquiète de voir l'entreprise tomber dans l'escarcelle du fonds anglais alors que, selon elle, leur offre "est mieux-disante", aussi bien sur le plan social que financier. Ce qui n'est pas totalement faux. Les explications.

4 mn

Xpage ou Alcentra ? Lequel de deux candidats récupérera BVA Group mardi 15 juin, date du verdict rendu par le tribunal de commerce de Toulouse ?
Xpage ou Alcentra ? Lequel de deux candidats récupérera BVA Group mardi 15 juin, date du verdict rendu par le tribunal de commerce de Toulouse ? (Crédits : Rémi Benoit)

Le dossier BVA, du nom de l'institut de sondages basé à Toulouse et placé en redressement judiciaire depuis le 5 juin, prend de l'ampleur. Au lendemain de la mobilisation des salariés, à Toulouse, en faveur de l'offre de reprise Xpage portée par le management actuel, c'est au tour de la direction elle-même de se faire entendre - plutôt discrète jusque-là - en la personne de Pascal Gaudin, directeur général de BVA Group.

Lire aussi : Des salariés de BVA se mobilisent à Toulouse pour soutenir le repreneur Xpage

"Est-il normal que le tribunal de commerce de Toulouse hésite, comme repreneur, entre un fonds de dettes anglais, responsable de la situation actuelle, et une offre du management actuel, soutenue unanimement par tous les salariés, totalement financée par une banque française ?", s'étonne amèrement le dirigeant.

Ce dernier est membre du directoire de BVA depuis 2002. À cette époque, Pascal Gaudin et Gérard Lopez (l'actuel président de BVA Group et qui porte l'offre de l'équipe actuelle, Xpage) rachètent, par le biais de leur société KHI2, l'entreprise toulousaine qui réalise alors 10 millions d'euros de chiffre d'affaires. Près de 20 ans plus tard, BVA a franchi la barre des 200 millions d'euros en 2019 et un Ebitda de plus de 20 millions.

Un manque de liquidités était craint dès la fin août

Mais aujourd'hui, cette belle dynamique, qui devait se poursuivre avec des opérations de croissance externe, est à l'arrêt depuis le 5 juin. Date à laquelle BVA Group a été placé en redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Toulouse, avant un plan de cession.

"La crise sanitaire de la Covid-19 a stoppé notre activité. Pour passer la vague, les banques étaient prêtes à consentir à un PGE. Seulement, pour l'obtenir, nous devions obtenir l'aval de notre principal créancier, le prêteur anglais Alcentra, qui nous a accompagné dans notre développement via une opération LBO (financement par de la dette, ndlr). BVA Group s'est vu refuser ce PGE par Alcentra à un moment crucial. À partir de cela, le manque de liquidités allait être critique dès la fin août", raconte Guillaume Foucaut, le porte-parole de BVA Group, confirmant les récentes révélations de La Tribune, tout en soulignant qu'Alcentra a aussi refusé l'option d'un plan de continuation.

Lire aussi : BVA Group et ses 1 800 salariés dans l'attente d'un repreneur à Toulouse

Dans ce contexte, la direction de l'entreprise toulousaine et ses salariés ne comprennent pas pourquoi le juge-commissaire, à l'issue des audiences des candidats à la reprise au tribunal mercredi 9 septembre, se positionnerait favorablement envers l'offre d'Alcentra. À moins que...

"Il doit y avoir des intérêts économiques qui dépassent ce dossier et le périmètre du tribunal de commerce de Toulouse... Alcentra est un fonds qui gère 41 milliards d'euros dans le monde dont 17 au niveau européen", lance Pascal Gaudin.

En cas de reprise par Alcentra, le siège social quitterait Toulouse

Néanmoins, ils espèrent qu'en médiatisant le dossier la balance puisse pencher en leur faveur d'ici mardi 15 septembre, date à laquelle le tribunal de commerce doit rendre sa décision. Pour continuer à mettre la pression, les salariés se réunissent une nouvelle fois, vendredi 11 septembre, devant les locaux de BVA à Toulouse afin de rappeler les avantages de l'offre Xpage portée par la direction actuelle.

"Le projet Xpage est le mieux-disant socialement mais aussi financièrement. Il contient la reprise de l'ensemble des salariés et la garantie de l'emploi pendant 36 mois. Tandis qu'Alcentra propose la reprise des salariés et la garantie de l'emploi sur 24 mois, mais avec des conditions de performance", pointe du doigt Pascal Gaudin.

Par ailleurs, Xpage propose de reprendre l'entreprise pour 18 millions d'euros, face aux 12,5 millions du fonds anglais. Enfin, Si Xpage promet de la continuité dans la stratégie, de son côté Alcentra annonce vouloir déplacer le siège social au Luxembourg (aujourd'hui à Toulouse avec 500 emplois) et l'équipe de direction serait installée à Londres. Si cette dernière offre était retenue, "ça serait incompréhensible", lâche le directeur général de BVA Group. Quant aux deux autres offres de reprise, de la part de l'entrepreneur Christophe Ginisty et du propriétaire de l'IFOP, celles-ci seraient écartées par le tribunal de commerce d'après nos informations.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 12/09/2020 à 10:34
Signaler
Ce serait bien d'avoir une idée du prix d'une de ces institutions de lavage de cerveau général. "Les faits sont têtus, il est plus facile de s'arranger avec les statistiques." Mark Twain

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.