Déremboursement de l'homéopathie : quel impact pour Boiron à Toulouse ?

 |   |  630  mots
Les laboratoires Boiron emploient 45 salariés à Toulouse
Les laboratoires Boiron emploient 45 salariés à Toulouse (Crédits : Rémi Benoit)
La ministre de la santé Agnès Buzyn a tranché en faveur du déremboursement des produits homéopathiques le 9 juillet 2019. Alors que cette décision pourrait affecter plus de 1 300 emplois chez Boiron en France, Anne-Laure Weiner, directrice des laboratoires à Toulouse, craint elle aussi des répercussions pour ses employés et annonce 50% d'impact sur l'activité.

"Ce n'est pas une surprise, cela faisait déjà plusieurs mois que le dossier était en cours d'évaluation par la Haute autorité de santé", fait remarquer Anne-Laure Weiner. La directrice des laboratoires Boiron à Toulouse se dit "très en colère et choquée" par la décision de la ministre de la santé Agnès Buzyn de dérembourser les produits homéopathiques dès 2021. Et regrette la façon dont le gouvernement a annoncé son choix le 9 juillet 2019. "Nous l'avons appris par voie de presse, nous pensions pouvoir être informés avant les médias".

Cette décision du gouvernement arrive seulement quelques mois après la publication d'une tribune par Le Figaro le 19 mars 2019, dans laquelle 124 médecins ont classé l'homéopathie parmi les "fake médecines" et réclamaient le déremboursement des médicaments (la moitié des produits Boiron sont pris en charge par la Sécurité sociale). Une tribune suivie peu de temps après par un avis très négatif publié par la Haute autorité de santé (HAS).

15% d'activité en moins

Le leader mondial de l'homéopathie (617 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017) a installé son siège social près de Lyon. Mais le groupe dispose depuis 50 ans d'un centre de distribution à Toulouse qui délivre plus de 33 000 médicaments vers les pharmacies de neuf départements du Sud-Ouest.

Lire aussi : Homéopathie : reportage au coeur des Laboratoires Boiron à Toulouse

Les derniers événements ont eu des répercussions directes sur ce site.

"Aujourd'hui à Toulouse, nous sommes déjà entre -10 % et -15% d'activité par rapport à 2018. D'après les projections, nous nous préparons à 50% d'impact sur l'activité. Nous allons être obligés de revoir profondément la stratégie d'entreprise et son organisation. Il y a un délai de 18 mois avant la prise d'effet mais c'est très court pour opérer les transformations nécessaires et changer de modèle économique. Nous aimerions du temps supplémentaire", explique la directrice.

Les emplois menacés

De quoi menacer les emplois d'une partie de 45 salariés de Boiron dans la Ville rose, même s'il est encore "difficile de répondre avec précision sur l'impact à Toulouse", estime Anne-Laure Weiner.

"Notre activité est vraiment basée sur de la main d'oeuvre car nous préparons des commandes, et si j'ai deux fois moins de commandes, il me faudra deux fois moins de personnes... En tout cas, les emplois seront menacés à Toulouse comme ailleurs", déclare la gérante.

Selon cette dernière, plus de 1300 emplois sont en sursis chez les laboratoires Boiron en France.

 Un million de Français contre le déremboursement

Devant les locaux de Boiron à Toulouse, ont été placardés des affiches de la campagne "Mon homéo, mon choix" lancée par le laboratoire avec une dizaine d'autres acteurs du secteur. La pétition contre le déremboursement a recueilli 1,2 million de signatures 1 200 000 pro-homéopathie à avoir signé la pétition (soit presque autant que celle contre la loi Travail en 2016).

 "Parmi les professionnels de santé, un généraliste sur trois prescrit des médicaments homéopathiques ainsi que trois-quarts des sages femmes. Trois Français sur quatre en utilisent pour se soigner", plaide Anne Laure Weiner en insistant sur le fait que "l'homéopathie représente 0,3% des remboursements de la Sécurité Sociale et son déremboursement devrait entraîner une hausse de 1 à 10% de la TVA".

Du côté des politiques, 45 députés issus de divers bords (LR, UDI et indépendants, Libertés et territoires, PS, MoDem ainsi que LREM) ont signé le 21 juillet 2019 une tribune parue dans le Journal du dimanche en faveur du remboursement, désireux de le maintenir à 30 %. Parmi eux, la députée LREM de l'Aude Mireille Robert.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2019 à 15:31 :
Votre démonstration sur l'effet placebo sur les animaux est totalement imbécile.
Il faudrait envoyer préalablement un message aux animaux pour leur dire qu'on les soigne par l'homéopathie alors que l'on intègre le traitement à leur nourriture ou leur boisson. Ce que bien entendu ils ne savent pas. Donc l'effet placebo sur les animaux que vous décrivez est totalement BIDON.
Encore la démonstration d'un lobbyiste des laboratoires.
a écrit le 21/08/2019 à 15:17 :
Bien sûr : répéter une connerie des milliers de fois N'EN FAIT PAS UNE VERITE
a écrit le 13/08/2019 à 21:31 :
Vous avez raison en effet

"C'est pourtant efficace sur les animaux qui en bénéficient sans état d'âme et qui ne savent rien de ce qu'est l'effet placebo.
Alors on se demande pourquoi ça ne serait pas encore plus efficace sur les humains qui eux tiennent compte de l'effet placebo.

Donc démonstration contraire aux affirmations de la ministre et des 154 médecins protestataires, ces agents du lobby pharmaceutique."
Répondre
Réponse de le 21/08/2019 à 12:13 :
Sauf que l'effet placebo fonctionne très bien sur les nouveaux nés et les animaux. c'est quand même con de ressortir un argument qui a été prouvé faux à chaque fois...

Pour faire simple:

on rembourse les traitements dont l'efficacité est supérieure aux effets contextuels (placebo, effet blouse blanche, réconfort du malade, etc..) et à la guérison naturelle du corps.

Pour savoir ce qui est plus efficace qu'un placebo, il faut faire une étude randomisée en double aveugle: vous prenez quelques centaines de patients au hasard, vous les envoyez devant un homéopathe, il leur fait une prescription, et ensuite au moment de passer en pharmacie, vous donnez aléatoirement soit le traitement, soit un placebo. Et vous comparez la guérison...

TOUS LES LABORATOIRES doivent fournir ces études, c'est OBLIGATOIRE.
Sauf pour l'homéopathie, qui à force de lobbying, et grâce aux convictions personnelles de Georgina Dufoix, qui était ministre de la santé à l'époque, a obtenu un passe droit.

Aujourd'hui, le gouvernement a remis en cause ce passe droit, et demande donc aux laboratoires homéopathiques de fournir LES MEMES PREUVES QUE LES AUTRES. Et les laboratoires homéopathiques sont incapables de les fournir. C'est à eux de prouver que leurs traitements marchent mieux qu'un placebo. Une fois qu'ils l'auront fait, ils pourront à nouveau prétendre au remboursement.

Jusqu'à présent, toutes les études menées ont montré que l'homéopathie avait exactement les mêmes résultats que les effets contextuels, ce qui veut dire qu'il n'y a PAS BESOIN D'HOMEOPATHIE pour guérir des affections que vous soignez avec vos granules. le placebo suffit...
a écrit le 13/08/2019 à 9:46 :
C'est pourtant efficace sur les animaux qui en bénéficient sans état d'âme et qui ne savent rien de ce qu'est l'effet placebo.
Alors on se demande pourquoi ça ne serait pas encore plus efficace sur les humains qui eux tiennent compte de c3t effet placebo.

Donc démonstration contraire aux affirmations de la ministre et des 154 médecins protestataires,
a écrit le 04/08/2019 à 8:00 :
Dans le cadre des placebos c'est plus interessant a savoir si les produits du Boroit contiennent vraiment les ingedients ce qu'ils disent.
a écrit le 03/08/2019 à 11:52 :
Le chômage pour les travailleurs du site.
a écrit le 03/08/2019 à 11:40 :
Le déremboursement de l homeopathie, n empêche nullement de se soigner avec. Chacun est libre de se soigner avec des effets placebo. Mais la solidarité n a pas être sollicitée dans ce cas.
a écrit le 02/08/2019 à 14:58 :
Je me soigne par homéopathie, j ai un cancer .
J associe mon traitement allopathie à l homéopathie et j y trouve du bien être.
a écrit le 02/08/2019 à 12:20 :
D’après de nombreuse étude, l’homéopathie n’a pas plus de résultats qu’un placebo.
Précisons d'ailleurs que les laboratoires Boiron reconnaissent sur leur site internet ne pas comprendre le mécanisme de l'homéopathie.
La sécurité social a comme objectif de rembourser de véritable pathologie, avec des médicaments ayant fais preuve d'une efficacité.
Le remboursement de la PMA de convenance sans aucune pathologie, ni infertilité n'est en aucun cas de son ressort.
Le cout d'une PMA est au alentour de 5 000 euros alors qu'en parallèle, des listes entières de médicaments sont retirées de la prise en charge
Réponse de le 02/08/2019 à 13:57 :
La taupe
commence déjà à ne pas faire de faute d'accord de français
Réponse de le 03/08/2019 à 8:03 :
Des nocébos (Vioxx, Médiator, Distilbene…) ont aussi été remboursés.

La Programmation Neuro Lingusitique - prise en charge par un Fond d'Assurance Formation - s'affiche sur certains sites de formation pour les médecins alors qu'elle est fait l'objet de très nombreuses critiques académiques dans le monde entier quant à sa nature et son efficacité.
Réponse de le 04/08/2019 à 9:51 :
Les médecins ne peuvent proposer aux malades ou à leur entourage comme salutaire ou sans danger un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé. Toute pratique de charlatanisme est interdite.

Tout médecin doit exercer la médecine conformément aux données acquises de la science, tant dans l’élaboration du diagnostic que dans la proposition d’un traitement.
Réponse de le 15/08/2019 à 19:20 :
Pas à une aberration près !

Amusant en effet, on fait sortir l'homéopathie de l'enseignement universitaire pour y faire entrer la pseudo science comme la PNL dans le cadre de la FMC.
a écrit le 02/08/2019 à 10:44 :
Je n'ai aucun avis sur l'efficacité de l'homéopathie. Par contre la secu est là pour rembourser des traitements médicaux afin de soigner les malades et non pour faire vivre économiquement une partie de la population.
a écrit le 02/08/2019 à 10:03 :
La récré est terminée, le gouvernement a pris une bonne décision. Aucune étude sérieuse ne confirme les effet de l'homéopathie. Le placebo sur ordonnance c'est terminé, Boiron doit se reconvertir ou s'exporter à l'étranger.

C'est triste pour les salariés qui seront impactés, mais on ne peut pas demander à la collectivité de prendre en charge des ordonnances de placebo...
a écrit le 02/08/2019 à 9:18 :
Buzyn met en danger des emplois et peut être aussi la santé des malades pour pouvoir payer la PMA pour toutes. Idéologie quand tu nous tiens !
a écrit le 01/08/2019 à 23:41 :
Je crois que c'est une décision erronée et je suis désolé pour le personnel. Le Brésil fait partie des 3 plus grands marchés au monde pour les produits homéopathiques et les produits sont prescrits dans le réseau public. Le laboratoire Boiron est également respecté au Brésil et vendu dans les plus grandes chaînes, ainsi qu'aux États-Unis.
Réponse de le 03/08/2019 à 12:16 :
Et naturellement le Brésil rembourse les médicaments homéopathiques?
MdR, avez vous une idée de ce qu'est la couverture médicale moyenne des Brésiliens? Même question pour les Etats Unis. Ayant vécu dans les deux je ne peux que sourire.
a écrit le 01/08/2019 à 19:48 :
D'une coté l'homéopathie perdra quelques clients, ceux qui étaient septiques et qui n'accepteront pas la hausse du coût.

De l'autre, l'Homéopathie gardera une forte base de ses clients qui pensent que c'est efficace, beaucoup moins cher que les médicaments traditionnels, sans danger et délivrable sans ordonnance. L'homéopathie fonctionne à 90% en automédication par bouche à oreille.

Boiron amortira le choc financier sans problème en augmentant ses prix (ce qu'il ne pouvait pas faire quand le produit était négocié avec la sécu), et en faisant passer cette hausse pour une décision gouvernementale, ce qui ne sera qu'un demi-mensonge.
Réponse de le 02/08/2019 à 10:04 :
Tellement efficiace l'homéopathie que même ceux qui ont essayé de se suicider avec à coup de 700 granules se sont ratés...
a écrit le 01/08/2019 à 18:12 :
Il faudra regarder les cures, et analyser leurs effets, peut-être que c'est également de l'homéopathie ? :-)
Si ça fait du bien, je ne comprends pas pourquoi ne pas continuer à s'en servir, en espérant que c'est pas uniquement parce que le déremboursement est prévu. Se soigner doit être gratuit ? Quid de l'automédication (payée de sa poche) ? Il vaut mieux un truc qu'on connait qui nous fait du bien qu'un équivalent chimique à effets secondaires éventuels (suis chimiste ça n'empêche, la molécule fait l'effet secondaire (une statine de pharmacie est présente dans la vigne rouge, naturelle ou synthétique, mêmes effets secondaires !)).
Un problème est que la TVA est 2,2% si remboursé, 10% sinon, y aura donc 7% et qq de hausse du prix mécaniquement.
L'effet psychologique doit exister : remboursé même peu = agréé par les autorités, la ministre, sinon, produit factice, le charme est tombé.
Mon seul essai contre le mal de mer a été un échec magistral, jamais insisté avec le soin du mal par le mal.
a écrit le 01/08/2019 à 17:53 :
Les Français qui se soignent avec de l'homéopathie sont des assurés sociaux qui cotisent à la Sécu!
Je ne vois pas pourquoi il ne seraient pas remboursés par la même Sécu au même titre que les autres Français, pour des médicaments qui ne sont ni nocifs, ni chers.
Les 124 médecins qui considèrent l'homéopathie comme des "Fake médicaments" sont des obscurantistes intolérants, sans une once de psychologie, qui ne croient qu'à la technologie des médicaments allopathiques, qui, s'ils ont (pour quelques-uns) une vraie efficacité, relève tout autant du "Fake médicament" que l'homéopathie. Le lobbying des labos a bien fonctionné et ceux là sont complices.
Réponse de le 01/08/2019 à 18:17 :
Les tests pour savoir si une molécule nouvelle est efficace se font en comparant avec un placebo, mais le placebo peut avoir 40% d'effet positif, la référence est "faussée" à cause du cerveau humain.
Un médecin allopathique, par déontologie, doit indiquer à son patient s'il lui ordonne un placebo. Mais parfois on peut avoir l'impression qu'en homéopathie, la consultation est déjà le soin, hors du "un symptôme = une ordonnance" tel un robot savant, analyser les raisons qui donnent les symptômes en prenant le temps apaise déjà. Le reste est de la "décoration" (granules).
Réponse de le 02/08/2019 à 8:26 :
@ photo 73
La consultation est la base de la médecine, l'ecoute est essentielle. Les médecins homéopathes sont ceux qui passent le plus de temps avec leurs patients ce qui leur permet aussi de dresser un tableau psychologique et de prescrire en conséquence...voire de ne rien prescrire.
Opposer la médecine homéopathique et allopathique est une erreur parce qu'elles sont complémentaires.
Les opposer c'est faire les bénéfices des multinationales du médicament sur le dos d'une population qui pense différemment.
Politiquement, on est dans de la dictature.
Réponse de le 02/08/2019 à 9:41 :
Moins compréhensible est le retrait de la vente de certains produits tels le cephyl et certaines teintures mères dont le rhus tox, décourbaturant redoutable. Qui plus est d'un prix modique.
Se soigner devient compliqué....
Réponse de le 02/08/2019 à 23:49 :
des centaines d'autres médicaments allopathiques qui n'ont pas pu démontrer un effet suffisant ont été déremboursés. La véritable égalité est là. Pourquoi les patients "allopathiques" devraient t'il cotiser pour des traitements qui n'ont pas démontré leur efficacité (et qui en plus n'ont aucune base scientifique théorique valable).

Le problème de l'homéoptahie est que les tenants se réfugient derrière une consultation personnalisée (comme si les allopathes prenaient 5 patients à la fois...) pour refuser tout type d'étude globale.

Sauf que 90% des tubes sont achetés en auto-médication sur les conseils d'un proche, d'un livre, d'un article de journal, ce qui bat en brèche l'argumentation de la consultation approfondie. Si l'efficacité de l'homéopathie était dépendante de cette consultation, alors les granules ne devraient être accessibles que sur ordonnance d'un médecin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :