SNCF : la "grève par intermittence" est née à Toulouse

 |   |  743  mots
Très peu de trains circuleront mardi 3 et mercredi 4 avril dans la gare Matabiau de Toulouse en raison de la grève perlée lancée au sein de la SNCF par les syndicats.
Très peu de trains circuleront mardi 3 et mercredi 4 avril dans la gare Matabiau de Toulouse en raison de la grève perlée lancée au sein de la SNCF par les syndicats. (Crédits : Rémi Benoit)
A l'appel des syndicats, les salariés de la SNCF ont entamé ce mardi 3 avril 2018 une grève "perlée" ou "intermittente" pour protester contre la réforme de la Société National des Chemins de Fer (SNCF). En pratiquant 2 jours de grève sur cinq, le mouvement national s’inspire d’une initiative toulousaine apparue en 2010, quand les cheminots de la Ville rose protestaient contre le manque d’agents de conduite.

Présenté par de nombreux médias et syndicats comme un mode de contestation tout à fait nouveau, la "grève par intermittence" ou "grève perlée" a en réalité déjà existé. C'était à Toulouse et dans...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :