Plus de 300 emplois menacés par la fermeture des sites d'Intel à Toulouse et Montpellier

Le géant américain des semi-conducteurs a annoncé le 28 juin un plan social visant à fermer l'ensemble de ses centres de recherche en France. À Toulouse, où Intel détient son pôle mondial en matière d'objets connectés, 280 emplois sont menacés. Une quarantaine de postes devraient être supprimés à Montpellier.

2 mn

Intel emploie 280 personnes à Toulouse.
Intel emploie 280 personnes à Toulouse. (Crédits : RONEN ZVULUN)

Intel en avait fait son pôle mondial de recherches en matière d'objets connectés. Le site toulousain du géant américain des semi-conducteurs va pourtant fermer ses portes d'ici à fin 2017. Après avoir annoncé 12 000 suppressions de postes en avril dernier, Intel a notifié lors d'un comité d'entreprise le 28 juin la suppression de l'ensemble des centres de recherche du groupe en France.

Cinq sites sont concernés : Sophia Antipolis (500 personnes), Toulouse (280 personnes), Montpellier (40 personnes), Aix (35 personnes) et Rennes.

Au printemps, Intel avait déjà annoncé vouloir se recentrer sur les composants pour les objets connectés ou les services dématérialisés en ligne ("cloud"), qui semblent présenter de meilleures perspectives de croissance que son cœur de métier historique, les composants électroniques pour PC.

À Toulouse, l'annonce est d'autant plus surprenante, que le groupe avait annoncé en avril le regroupement des effectifs de Montpellier dans la Ville rose pour créer un pôle de référence pour ces nouveaux services. Le groupe américain avait repris en 2010 l'activité téléphonie mobile du site toulousain de Freescale, permettant le maintien de 50 emplois. Le site n'avait ensuite cessé de croître pour atteindre 280 salariés.

"La direction veut regrouper les salariés autour de grands hubs de plus de 1 000 personnes comme il en existe en Allemagne, en Angleterre, aux États-Unis, en Inde ou en Chine. Mais avec les effectifs en France, il était tout à fait possible de créer un hub à Paris ou Montpellier", explique Mustapha Aqachmar, délégué syndical CFE-CGC, seul syndicat représentatif chez Intel.

Pour le représentant des salariés, cette annonce est totalement incompréhensible :

"En France, nous avons la crème de la crème des ingénieurs. Grâce aux subventions de l'État et le Crédit impôt recherche, nos ingénieurs ont le coût salarial le plus faible de tout l'Occident (Europe et États-Unis). Dans le reste du monde, seuls les salariés indiens ou marocains reviennent moins chers."

Autre sujet de mécontentement des salariés : le montant des dividendes accordés aux actionnaires. Intel a en effet reversé 7,6 milliards d'euros aux actionnaires l'an dernier.

La direction n'a pas encore communiqué sur ce plan social.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 01/07/2016 à 14:25
Signaler
ça va péter dans les chaumières si on retire les saucisses (de Toulouse) du cassoulet. Mais bon, c'est du gaz qu'on pourrait peut-être recycler :-)

à écrit le 01/07/2016 à 10:05
Signaler
Pour le représentant des salariés, cette annonce est totalement incompréhensible : "En France, nous avons la crème de la crème des ingénieurs. Grâce aux subventions de l'État et le Crédit impôt recherche, nos ingénieurs ont le coût salarial le plus f...

à écrit le 01/07/2016 à 8:41
Signaler
Intel quitte la France parce qu'ils n'ont aucunes confiances en l'avenir, je comprend bien que l'on essaye de justifier par d'autres explications comme "En France, nous avons la crème de la crème des ingénieurs" mais la réalité est bien différente, l...

à écrit le 30/06/2016 à 23:28
Signaler
7% à 8% c'est le taux du syndicalisme en France. Lors des élections professionnelles, tout salarié de n'importe quel syndicat à le droit et la liberté de présenter sa liste de représentants pour se faire élire et représenter même dans les entreprises...

à écrit le 30/06/2016 à 22:34
Signaler
Intel mobile communication France emploie des Ingénieurs et Docteurs sortis des plus grandes Écoles. 100% cadres, les autres Syndicats auraient été les bienvenus. Ce n'est pas une usine, c'est des Cerveaux. Bien cordialement

à écrit le 30/06/2016 à 21:36
Signaler
Le montant des dividendes versés aux actionnaires est de 4,1 milliards d'euros selon les comptes publiés d'Intel, soit un rendement de 3% du capital investi. Le code du travail français rend les restructurations très coûteuses et aléatoires. Beaucou...

à écrit le 30/06/2016 à 16:11
Signaler
"Intel a en effet reversé 7,6 milliards d'euros aux actionnaires l'an dernier". Apparemment, ils en veulent plus l'année prochaine.

le 30/06/2016 à 18:43
Signaler
C'est le système capitaliste américain qui dirige ce genre d'initiatives. Et nous, braves français, nous plions, parce que nous avons été touchés par la grâce de l'Humanisme ! Et oui, au final, grâce à nous, ce sont les retraités américains qui arriv...

à écrit le 30/06/2016 à 16:05
Signaler
"Mustapha Aqachmar, délégué syndical CFE-CGC, seul syndicat représentation chez Intel". Il y a donc aucun non-cadre dans cette boite ?

le 30/06/2016 à 17:08
Signaler
Je ne connais pas Intel, mais les grosses entreprises avec 50% et de plus de cadres, ce n'est pas rare du tout. Il n'y a pas de réglementation concernant la mention "cadre". C'est juste une histoire d'égo, un salarié qui possède un bac+5 ne voudr...

le 30/06/2016 à 22:41
Signaler
plus de 80% d'inge ... mais heureusement que ces gens sont cadres le probleme n'est pas les status ou le syndicat ... Mais les cout exorbitants du dev et plus de marche ... Apple n'achete pas de chips samsung non plus huawei non plus et les chinoi...

le 30/06/2016 à 23:05
Signaler
Non Rutabaga, je peux te confirmer que ce n'est pas ce qu'il se passe ici. Les ingénieurs en question sont des ingénieurs très qualifiés travaillant sur des projets de recherche de et développement. Il n'est question d'aucun mécontentement. Les ferm...

le 01/07/2016 à 8:56
Signaler
@numeric 50% ou 80% de cadres chez Intel pourquoi pas ,mais quel syndicat représente les non-cadres chez eux sachant que la CFE-CGC étant un syndicat catégoriel ne défendant que sa population ,c'est tout.

à écrit le 30/06/2016 à 14:31
Signaler
Un des bienfaits de la mondialisation, le déracinement des entreprises. La loyauté ne s'exerce pas sur un territoire. Un manager n'est pas un patron. Mais, oui, faisons confiance à l'Europe... Quel est ce monde sans parole, sans honneur et sans confi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.