Énergie solaire : l’ancien installateur toulousain Panosol ferme ses portes

Filiale du groupe Engie depuis 2010, la société Panosol met la clef sous la porte. Spécialisée dans l’installation de systèmes solaires pour les particuliers, Panosol n’a pas résisté au marasme du secteur photovoltaïque en France.

3 mn

(Crédits : Rémi Benoit)

Panosol ne brillera plus. L'ancien installateur toulousain de système solaire pour les particuliers va fermer ses portes. Fondée en 2006 par Nicolas Durand et Mathieu Pauc, deux étudiants en école de commerce à Toulouse, la société était devenue depuis 2010 une filiale du groupe Engie. Ce nouvel actionnaire a décidé d'arrêter les frais après plusieurs tentatives pour redresser la barre.

"La cessation de l'activité a été annoncée en février-mars au sein de la filiale, commente Émilie Menard, en charge du dossier au sein d'Engie. Panosol n'enregistre plus de nouveau bon de commande mais honorera les commandes déjà enregistrées."

Pour l'heure, aucune date précise n'a été fixée quant à la fermeture définitive de l'entreprise qui affichait des résultats en berne depuis plusieurs années (graphique ci-dessous). Son chiffre d'affaires est passé de 9 millions d'euros en 2009 à 3,3 millions d'euros en 2015.

Un secteur en crise

En 2010, l'annonce du moratoire sur le photovoltaïque, par le gouvernement Fillon, a plongé le secteur en grande difficulté, notamment les entreprises qui s'adressaient aux particuliers. En effet, avec cette décision, le gouvernement a stoppé les aides financières pour les particuliers. Des aides qui leur permettaient d'acquérir des panneaux solaires à moindre coût. De même, les tarifs de rachat de l'électricité produite par ces installations photovoltaïques sont devenus de moins en moins attractifs.

"Évoluant au sein de l'entreprise depuis 2008, j'ai vécue le rachat de Panosol par le groupe Engie, explique une salariée. Pour nous, c'était une aubaine, puisque cela nous a permis de nous développer malgré l'annonce du moratoire en 2010. Grâce à ce rachat, Panosol a pu continuer à exister alors que beaucoup de nos concurrents ont dû fermer."

Suite à la mise en application du moratoire, la filiale du groupe Engie s'est diversifiée, proposant ainsi à ses clients des activités de pompe à chaleur, d'isolation et de chaudière. Une diversification qui n'a cependant pas permis à la société de compenser la chute du photovoltaïque chez les particuliers.

Dialogue social en cours

La cessation de l'activité annoncée, il se pose maintenant la question de l'avenir des salariés. Aujourd'hui ils ne sont plus que 28 contre 70, trois ans après la création de l'entreprise. Engie a d'ores et déjà annoncé que des propositions de reclassement des salariés au sein du groupe seraient faites.

"Pour ceux qui souhaitent définitivement quitter le groupe, des aides seront à leur disposition, souligne Émilie Menard, en charge de la communication chez Engie. Le dialogue social étant en cours, je ne peux pas confirmer s'il s'agira d'aides financières, d'accompagnement à la formation ou bien des deux."

Alors qu'elle a compté des agences dans 24 villes du sud et de l'ouest de la France, Panosol n'aura pas résisté à la crise à laquelle fait face ce marché en France. L'aventure de l'ancien installateur toulousain s'achèvera après dix ans d'existence.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 29/11/2017 à 20:47
Signaler
Maintenant on va être suivis par qui et comment, et la décénale alors? Déjà que l'installation avait été compliqué avec une bande d'amateur ! Certe un matériel Pas trop mal ! Mais moins des revenus annoncés et pourtant nous sommes pleins Sud..... j...

à écrit le 18/01/2017 à 14:56
Signaler
quel recours a't'on pour la garantir decennale

à écrit le 03/05/2016 à 10:52
Signaler
Panosol a tenté le tout pour le tout en dépis des règles strictes dans ce domaine, ils ont proposé du beau matériel sans en avoir ni la compétence ni les labels !!!! des chaudières ETA vendues sans la qualification obligatoire !!!!! une politique de ...

à écrit le 05/04/2016 à 0:44
Signaler
C'est quoi ce graphique à la noix qui passe directement de 2010 à 2013 ? La dégringolade n'était pas assez impressionnante en continuant une année après l'autre ? Tout ça manque de sérieux...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.