Le voyagiste toulousain Fram va déposer le bilan cette semaine

 |  | 280 mots
Lecture 1 min.
Fram va déposer le bilan. En grande difficulté depuis plusieurs années, le groupe souhaitait céder ses titres et éviter la liquidation judiciaire. Une volonté contrecarrée par le retrait de l'offre de rachat faite par les Chinois HNA. Désormais seul en lice, le groupe Karavel-Promovacances souhaite reprendre le voyagiste toulousain après son dépôt de bilan pour épurer les dettes.

L'information révélée par Le Monde ce lundi 26 octobre nous a été confirmée par un proche du dossier : Fram va déposer le bilan d'ici à la fin de la semaine, auprès du tribunal de commerce de Toulouse.

Le voyagiste toulousain, en grandes difficultés depuis plusieurs années, a échoué à trouver un repreneur "in bonis", c'est-à-dire qui reprendrait l'intégralité des titres du groupe. En effet, le Chinois HNA (en partenariat avec Selectour-Afat) a retiré son offre la semaine dernière.

Du côté de la direction de Fram, on ne souhaite pas commenter cette information, mais on confirme qu'un comité d'entreprise aura lieu ce jeudi durant lequel sera " dressé un point sur la situation de Fram".

Et après ?

En cas de dépôt de bilan, deux issues sont possibles pour Fram : un plan de continuation ou un plan de cession. Dans le premier cas, les dirigeants disposent de plusieurs années pour redresser les comptes de l'entreprise.

"Impossible pour Fram compte tenu de son endettement", constate une source proche du dossier.

Le second cas permet à un acteur extérieur de reprendre l'activité sans les dettes, même si "l'entreprise reprise n'en sort pas indemne". C'est l'objectif du Français Karavel (propriétaire de Promovacances) qui a proposé une offre et qui disposerait des garanties nécessaires. Ce dernier a toujours conditionné son offre à un dépôt de bilan de Fram.

Mais cette reprise après dépôt de bilan pourrait avoir de graves conséquences pour l'emploi. Selon plusieurs sources, Karavel proposerait d'investir 50 millions d'euros dans Fram à condition de réduire de 25 % ses effectifs qui s'élèvent à 670 personnes aujourd'hui.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2015 à 3:56 :
Le bas de gamme c'est fini souvent mal

Quand on part en vacances on a envie de rêver et fram c'est tous sauf du reve

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :