Événementiel : Miharu investit dans la gare SNCF de Toulouse

Spécialisée dans la gestion d'espaces événementiels, l'entreprise toulousaine Miharu multiple les collaborations. Elle vient d'obtenir la gérance du futur espace événementiel de la gare Toulouse-Matabiau, ainsi que du centre de congrès d'Agen. D'autres lieux, régionaux, devraient suivre.
Jean-François Renac co-dirige avec Nathalie Renac la société toulousaine Miharu, qui va prochainement gérer l'espace événementiel de la gare Toulouse Matabiau.
Jean-François Renac co-dirige avec Nathalie Renac la société toulousaine Miharu, qui va prochainement gérer l'espace événementiel de la gare Toulouse Matabiau. (Crédits : Rémi Benoit)

C'est une nouvelle prise de guerre pour la société toulousaine Miharu. L'entreprise spécialisée dans la gestion de lieux pouvant accueillir de l'événementiel en tous genres aura désormais dans son catalogue... la gare SNCF Matabiau de Toulouse.

"Via sa filiale Retails et Services, la SNCF a lancé en début d'année 2022 un appel d'offres portant sur l'exploitation d'un espace événementiel au premier étage de la gare, à rénover. Et nous avons été retenus", se réjouit Jean-François Renac, le directeur général de Miharu.

La phase de travaux est déjà lancée et la société toulousaine estime que son investissement va porter entre 500.000 et 600.000 euros pour ce projet. Attirée par le changement urbanistique dont fait l'objet ce quartier de la ville, Miharu souhaite faire de ce nouveau lieu un spot pour l'événementiel business premium.

Lire aussiDevenu le "Grand Matabiau, quais d'Oc", Teso dévoile son nouveau visage

"Ce sera un espace haut de gamme, à l'ambiance cosy, qui respectera le côté classé et historique du bâtiment. Nous aurons ainsi une surface exploitable de 400 m2, ce qui est rare dans le centre-ville de Toulouse", souligne le dirigeant.

Avec une capacité totale de 350 personnes, le lieu pourra être divisé en trois pour accueillir des événements d'envergure modeste. Si tout se passe bien, la société toulousaine espère débuter son exploitation au cours de l'été 2023, et ce pour une durée de 12 ans comme le prévoit le contrat passé avec la SNCF.

D'autres nouveaux lieux à venir ?

Le gestionnaire d'espaces événementiels, qui tient à obtenir des sites à maximum deux heures de transport de Toulouse, vient également de ravir la délégation de service public pour le centre de congrès d'Agen, et ce pour dix ans. "Avec cette salle, nous comptons mettre Agen à la carte des grands congrès nationaux, étant à trois heures en TGV de Paris et la ville dispose d'une liaison aérienne avec Orly. Nous aurons aussi une offre à l'attention des entreprises locales et régionales", expose Jean-François Renac. Dans les faits, 7.000 m2 de surface seront exploitables et cette salle multifonctions pourra accueillir plus de 3.000 personnes selon la configuration retenue. Dynamisée par l'obtention de ces deux contrats majeurs qui donnent de la visibilité économique, Miharu planche sur d'autres dossiers.

"Nous travaillons sur cinq à six dossiers extrêmement régionaux et qui complètent l'offre que nous avons déjà. Nous n'allons pas prendre un site qui a le même profil qu'un que nous avons déjà. Ceux actuellement à l'étude ont tous une spécificité d'ordre géographique notamment, mais ils viendront pas en concurrence avec nos sites. Je pense que deux ou trois dossiers se concrétiseront", dévoile le fondateur de Miharu, née en 2017.

Parmi les axes de développement sur la table pour la société toulousaine notamment, elle discute avec le gestionnaire de l'aéroport Toulouse-Francazal, Edeis, pour développer, exploiter et gérer un établissement de restauration collective à destination des salariés de la zone industrielle.

Lire aussiL'aéroport Toulouse-Francazal multiplie les investissements face à son attractivité

Un chiffre d'affaires en hausse

Ambitieuse, Miharu vise les 10 sites exploités d'ici 2025, contre sept aujourd'hui en incluant les deux nouveaux. Aujourd'hui, l'entreprise exploite le Min de Toulouse, le Manoir des Princes face à Francazal, le Mas des Canelles ou encore le Village By CA à Toulouse. Avec ce catalogue, la société qui emploie 22 salariés vise rapidement les sept millions d'euros de chiffre d'affaires, contre cinq millions au prévisionnel de 2023.

"Nous avons un gros redémarrage de notre activité. La reprise est encore plus forte que nous le pensions. À champ constant, nous sommes sur une croissance de +30% et on devrait dépasser les 3,5 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2022", conclut Jean-François Renac.

Lire aussiÀ Toulouse, quel bilan pour le MEETT après un an d'exploitation ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.