Mobilier de bureau : la PME Louis se prépare pour l'Europe

Spécialisée dans le mobilier en bois, personnalisable et éco-responsable, la PME toulousaine Louis se prépare à prendre une nouvelle dimension, grâce à de nouveaux locaux. Avant un apport capitalistique pour s'attaquer au marché européen ?

4 mn

La PME toulousaine Louis va s'installer dans une nouvelle usine à Labège.
La PME toulousaine Louis va s'installer dans une nouvelle usine à Labège. (Crédits : Louis)

En plein confinement strict pour lutter contre la pandémie de la Covid-19 en France, il craignait une saignée dans son chiffre d'affaires, avec une prévision de 600.000 euros à fin 2020, contre les deux millions d'euros prévus initialement. "Nous avons fait 700.000 euros de chiffre d'affaires finalement. Malgré le contexte sanitaire, nous nous en sommes assez bien sortis", témoigne après coup Thomas Devineaux, le cofondateur de la PME toulousaine Louis et son CEO.

Au-delà d'une levée de fonds de 1,5 million d'euros quelques mois avant la promulgation du confinement, c'est en parti le projet Vauban qui a sauvé les meubles de la jeune entreprise. Spécialisé dans la conception et la production de mobilier de bureau à destination d'une clientèle professionnelle, Louis a proposé pendant la crise sanitaire des séparateurs de bureaux en polycarbonate.

Lire aussi 4 mnLouis cartonne avec son séparateur de bureaux en polycarbonate sur-mesure

"Ce projet de faire rentrer du chiffre d'affaires et d'étoffer notre carnet d'adresses. Cela nous a permis de dégoter de nouveaux clients et nouveaux distributeurs, avec qui nous travaillons de manière plus durable aujourd'hui", se réjouit le dirigeant.

Un léger contre-pied au positionnement historique de la société installée non loin de l'IoT Valley, à Labège, au sud-est de Toulouse.

Lire aussi 5 mnQue devient le projet de campus de l'IOT Valley, près de Toulouse ?

Une nouvelle usine pour accélérer

Fondée en 2018 par trois associés, la jeune entreprise s'est positionnée sur un segment de marché bien précis : du mobilier de bureau personnalisable, en bois et pensé pour être durable dans le temps. "Nous concevons du mobilier éco-responsable. Le bois est issu de forêts éco-gérées en Europe, nos produits sont faits pour être robustes et nos clients ont accès à la réparabilité, c'est-à-dire qu'ils peuvent commander une pièce à remplacer à tout moment et nos mobiliers sont pensés pour avoir plusieurs vies", décrit Thomas Devineaux.

Louis

La PME Louis propose du mobilier personnalisable en bois (Crédits : Louis).

C'est notamment à partir de 2022 que Louis va proposer un système de consigne afin d'être en capacité de récupérer les bureaux usés et anciens de sa clientèle afin de leur donner une seconde vie. "On sera capable de reproduire l'opération trois à quatre fois", ajoute le dirigeant. Un nouveau service qui va être effectif grâce à l'installation de la quinzaine de salariés dans une nouvelle usine à Labège, dont l'inauguration est prévue à la mi-décembre.

"Nous allons passer de 300 m2 de surface de travail à 1.000 m2. Ce nouveau local accueillera les bureaux, mais aussi les moyens de production. Surtout, ce déménagement va nous permettre aussi de lancer l'automatisation de notre mode de production", détaille Thomas Devineaux.

Un nouvel apport financier en 2022 ?

Bien que les dirigeants ne veulent pas communiquer sur le montant de l'investissement réalisé pour cette nouvelle usine, celle-ci doit paraître comme un véritable showroom des compétences de Louis, dont ses équipes ont conçu elles-mêmes l'extension en bois du nouveau bâtiment.

"Nous voulons avoir une unité de production agréable à vivre pour les salariés. Par ailleurs, elle va nous permettre de multiplier par quatre nos capacités de production.", précise le CEO qui doit faire face à "un carnet de commandes rempli".

Pour répondre aussi bien à la demande que conquérir de nouveaux marchés en France, une dizaine de recrutements est prévue en 2022, avant de voir plus loin avec de nouveaux soutiens financiers.

"Nous sommes approchés par beaucoup de fonds d'investissements, surtout allemands et américains, pour attaquer au-delà du marché français. Notre objectif c'est l'Europe, mais cela ne bougera pas avant 2022", conclut Thomas Devineaux.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.