Agronutris lève 100 millions d'euros pour ouvrir des usines de farines animales à base d'insectes

Le Toulousain Agronutris, fabricant de farines à base de larves de mouches pour nourrir les poissons et les animaux domestiques, vient d'annoncer une levée de fonds de 100 millions d'euros dont la moitié en fonds propres. La société va construire d'ici fin 2022 une première usine de 16.000 m2 dans les Ardennes avec une soixantaine d'emplois à la clé.

4 mn

(Crédits : Agronutris)

Pour nourrir les poissons d'élevage (saumon, carpe, cabillaud, daurade...), l'aquaculture utilise encore massivement des farines à base d'autres poissons (sardines, anchois, maquereaux) comme alimentation de base, ce qui accentue la surpêche et met encore un peu plus sous pression les réserves halieutiques mondiales. Le Toulousain Agronutris propose une alternative en produisant des farines à base de larves de mouches. Elles contiennent un niveau de protéine de 60 % et de l'huile d'insectes chargée en antibactérien.

Lire aussi 3 mnAgronutris veut nourrir nos animaux avec des insectes

Une usine de 16.000 m2 fin 2022

Après avoir mené des travaux de recherche, la société est prête à passer à la phase d'industrialisation en ouvrant une première usine à Rethel (Ardennes) d'ici fin 2022.

"Cette unité de production de 16.000 m2 sera construite sur un terrain de 9 hectares. Elle pourra produire 70.000 tonnes de biorésidus par an. Une partie de l'usine sera dédiée à la reproduction, c'est-à-dire que nous avons notre propre souche de reproducteurs qui génèrent les œufs. Ensuite, vient l'étape de la bioconversion, autrement dit l'élevage et l'engraissement jusqu'à l'état larvaire. La troisième phase demande l'abattage des larves et leur transformation en farines", détaille Mehdi Berrada, co-fondateur et président d'Agronutris.

Le choix de s'implanter dans les Ardennes (plutôt qu'en Occitanie par exemple où est basé son siège social) est lié à la proximité des gisements qui permettent d'alimenter les insectes. "L'Occitanie est une région agricole mais pas une terre de l'agro-industrie, donc elle est dotée de peu de coproduits. Dans le Grand-Est, sont implantés de grands industriels avec des matières qui nous intéressent beaucoup comme des solubles de blé, des drêches (résidu d'orge cuite qui reste dans la cuve après la cuisson de la bière, ndlr), de coproduits de l'industrie de transformation de la pomme de terre", poursuit le dirigeant.

Une fois les farines d'insectes obtenues, les résidus issus de la production seront transformés en engrais organiques qui alimenteront à leur tour les cultures de la région dans une logique d'économie circulaire.

Agronutris ne compte pas s'arrêter là et projette déjà l'ouverture d'une deuxième usine dans le Nord de la France en 2024 et arriver à neuf sites de production dans le monde à l'horizon 2029.

"Nous ciblons trois zones stratégiques. En premier lieu, l'Europe qui devrait accueillir la moitié des sites de production. Nous voulons ensuite , nous déployer en Asie, la principale zone de développement pour l'aquaculture et enfin l'Amérique du Nord très dynamique sur le petfood (nourriture d'animaux domestiques)", fait valoir Mehdi Berrada.

Pour amorcer cette phase d'industrialisation, Agronutris a annoncé ce jeudi 30 septembre une levée de fonds de 100 millions d'euros dont la moitié en fonds propres notamment auprès du fonds SPI géré par Bpifrance, Mirova et du groupe Nutergia.

Lire aussi 3 mnEn images : Nutergia inaugure un nouveau site de production dans l'Aveyron

Gouvernance partagée

La PME compte aujourd'hui 30 salariés à Toulouse, un effectif qui a doublé en l'espace d'un an et demi. L'ouverture de la première usine va générer à elle seule la création de 60 emplois à l'horizon mi-2023. Ancien directeur général du biscuitier Poult, Mehdi Berrada reste un adepte de l'entreprise libérée et l'entreprise est très attachée à l'idée de gouvernance partagée. "Nous n'avons pas de comité de direction décisionnaire. Face à un problème, les salariés mobilisent un cercle pour le résoudre. Les augmentations de salaire annuelles sont portées chez nous par une équipe rémunération qui a été élue par les salariés et nous offrons une transparence totale des salaires", indique le dirigeant. Agronutris redistribue également chaque année des actions gratuites à l'ensemble de ses salariés.

Lire aussi 7 mnPlan social chez Poult : l'ex-entreprise libérée face à la chute des ventes de biscuits

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.