L'opérateur toulousain Alsatis fonce sur la 5G "cousue main" pour grandir

Alors que son marché historique, la fracture numérique, tend à disparaître grâce aux politiques publiques, Alsatis doit se repositionner sur le marché des télécommunications. Ce que la PME toulousaine semble avoir réussi en proposant une solution 5G 100% française, tout d'abord pour le compte du CHU de Toulouse. Ainsi, elle veut faire bénéficier cette technologie à des besoins spécialisés et spécifiques, avant de voir émerger des smart territoires.

6 mn

Surnommé 5G Vertical ISS, le projet d'Alsatis pour le CHU de Toulouse doit permettre à l'établissement de santé d'être totalement souverain dans ses télécommunications via une solution 5G 100% française.
Surnommé "5G Vertical ISS", le projet d'Alsatis pour le CHU de Toulouse doit permettre à l'établissement de santé d'être totalement souverain dans ses télécommunications via une solution 5G 100% française. (Crédits : Alsatis)

Jusqu'à présent, cette société toulousaine était réputée pour être "le pompier" des réseaux de télécommunications. À partir de sa création en 2004, "Alsatis est un acteur de l'aménagement numérique né sur le constat de la fracture numérique", raconte son directeur général, Antoine Roussel.

Lire aussi 3 mnLe Toulousain Alsatis se pose en alternative à la fibre dans les zones rurales

Concrètement, et principalement via des marchés publics, l'entreprise qui compte aujourd'hui une soixante de salariés allait installer le haut débit dans les territoires ruraux et reculés, là où les grands opérateurs n'allaient pas. Seulement, les multiples textes législatifs semblent changer la donne, à l'image des plans de déploiements de la fibre optique à la charge des conseils départementaux, comme en Haute-Garonne.

Lire aussi 6 mnDéploiement de la fibre en Haute-Garonne : une croissance haut-débit pour l'entreprise MCGR

"Oui, on peut critiquer la lenteur de déploiement, mais en attendant, ces plans d'investissements sur le numérique dans les territoires sont là et il n'y a donc plus de marchés sur l'aménagement numérique à prendre", constate le dirigeant.

Par conséquent, aujourd'hui, sa société doit opérer un pivotage naturel de ses activités. Une mutation forcée qui pourrait d'ailleurs lui donner une nouvelle dimension. Alors qu'Alsatis réalise aujourd'hui un chiffre d'affaires annuel de 15 millions d'euros, son directeur général s'est fixé l'objectif des 150 millions dans cinq ans. Insensé, même avec l'aide d'opérations de croissance externe ?

Une 5G personnalisée pour se faire une place dans un marché concurrentiel

Pour y parvenir, l'opérateur toulousain, qui ne souhaite pas entrer en concurrence avec les grands noms du secteur mais plutôt avoir une démarche de complémentarité, vise le "consu main", et tout particulièrement sur la nouvelle génération des réseaux de télécommunications à savoir la 5G.

"Dans le monde d'aujourd'hui, il y a des entités publiques mais aussi privées qui ont des besoins spécifiques en matière de télécommunications. Cela peut être un site sensible, une prison, une entreprise ou un hôpital. Nous appelons cela la connectique verticale, qui correspond à mettre sur pied un réseau fermé, souverain et fiable, tout en étant connecté avec le monde extérieur", décrit Antoine Roussel.

Alors que ces derniers mois les polémiques n'ont cessé de se multiplier sur la volonté de certains acteurs asiatiques à pénétrer les marchés français et européen du réseau 5G, Alsatis s'est ainsi fait remarquer sur la scène nationale en proposant une offre 5G totalement française, avec pour premier client le CHU de Toulouse. Pour l'établissement de soins, l'intérêt est de sécuriser sa gestion de la data, la moderniser et la rendre plus fluide par de nouvelles fonctionnalités.

Lire aussi 5 mn5G : le projet 100% français d'Alsatis pour le CHU de Toulouse

"C'est un dossier complexe qui nous donne de la crédibilité. Aujourd'hui, le projet est en marche, nous avons conventionné avec le CHU de Toulouse. Par ailleurs, nous avons déjà commencé les réunions de travail avec leurs services et nos partenaires dans ce projet pour maquetter les solutions. Nous avons trois ans pour avancer sur ce projet mais nous espérons sortir une solution fiable pour la fin 2022", commente le dirigeant.

Prévu contre une enveloppe de plus de six millions d'euros, ce projet surnommé "5G Vertical ISS", qui embarque derrière Alsatis les entreprises françaises SERMA, Airmob, Amarisoft, Halys et Telpass, va bénéficier des fonds de France Relance. Ayant prévu une enveloppe dédiée à la souveraineté des télécommunications dans ses 100 milliards d'euros, le gouvernement a décidé de financer à hauteur de 50 % ce chantier à fort potentiel. "Par la suite, l'idée sera de dupliquer et moduler cette technologie en fonction des besoins du client et du site en question", annonce Antoine Roussel.

Lire aussi 6 mnDe l'aéronautique au luxe : l'incroyable reconversion de ST Luxury à Toulouse

Se développer grâce à la Smart City également

Par ailleurs, et dans la continuité des possibilités technologiques offertes par la 5G, Alsatis veut développer des projets de territoires intelligents avec les collectivités locales, notamment en profitant du prochain Programme d'investissements d'avenir (PIA), qui devrait faire la part belle à la smart city.

"La 5G pourra être mise à profit pour une meilleure gestion des ordures, des situations de crise comme les inondations, ou encore des sites touristiques pourront proposer des animations avec de la réalité augmentée par exemple. Notre volonté est de créer les services de demain en faisant du smart territoire", annonce le directeur général.

Dans cet esprit, l'entreprise Alsatis est au coeur d'un projet dénommé "Vol de Nuit", de Toulouse Métropole. "À terme, le projet Vol de Nuit, doit permettre de développer un réseau radio souverain (indépendant des réseaux de mobilité des grands opérateurs) pour répondre à de nombreux besoins publiques et privés : améliorer le fonctionnement de la ville et de la police municipale, les infrastructures hospitalières, la régie de transport Tisséo ou encore les industries stratégiques telles que l'aéronautique. Les bénéfices du projet sont nombreux en termes d'efficience énergétique, de qualité de vie et de sécurité. Des phases de tests seront nécessaires pour parvenir à qualifier l'accès à ces nouveaux services et in fine à une ville connectée", avait ainsi notamment détaillé la PME dans un communiqué divulgué au mois d'avril. Depuis, les deux protagonistes restent discrets sur ce projet - qui mêlera à la fois de la 4G, 5G et IoT - aux intérêts stratégiques importants.

Lire aussi 4 mnSmart building : la startup MerciYanis lève un million d'euros et rêve d'Europe

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.