L'aéroport de Toulouse veut se relancer avec 66 destinations cet été

Après avoir vu son trafic plonger de 67% en 2020, l'aéroport de Toulouse compte sur une reprise du trafic cet été en Europe et vers le Maghreb. Mais le retour à une fréquentation normale n'est pas attendu avant 2024. "La crise a montré la fragilité d'un modèle économique trop dépendant des activités aéronautiques", pointe le nouveau président du conseil de surveillance Christian Cassayre. ATB doit trouver de nouveaux relais de croissance pour pérenniser son développement.

5 mn

L'aéroport de Toulouse compte cet été relancer le trafic vers l'Europe et le Maghreb.
L'aéroport de Toulouse compte cet été relancer le trafic vers l'Europe et le Maghreb. (Crédits : Rémi Benoit)

"Cette fois-ci, c'est la bonne. La vaccination est devenue une réalité", souffle Christian Cassayre, directeur financier d'Eiffage qui a pris les rênes du conseil de surveillance de l'aéroport Toulouse-Blagnac début février après le décès de Marc Legrand. Après plus d'un an de crise sanitaire, la plateforme semble enfin apercevoir la lueur au bout du tunnel.

-81% de trafic au premier trimestre

Durement frappé par la crise du transport aérien, l'aéroport Toulouse-Blagnac a vu son trafic chuter de neuf à trois millions de passagers en 2020 (soit une baisse de -67%). Son chiffre d'affaires a diminué de près de moitié et la plateforme accuse une perte de 11 millions d'euros sur l'année. Le premier trimestre 2021 n'a été guère plus réjouissant. "Nous avons enregistré -81% de trafic par rapport à 2019 dont -70% au niveau domestique et -95% en Europe", relève Philippe Crébassa, président du directoire d'ATB. Mais après avoir connu un point bas au mois d'avril avec le 3e confinement (seulement 12,5% de trafic par rapport à une année normale), la fréquentation progresse depuis le mois de mai.

Lire aussi 4 mnL'aéroport de Toulouse voit son trafic plonger de 67% en 2020

crebassa aeroport

Philippe Crébassa, président du directoire de l'aéroport de Toulouse (Crédits : Rémi Benoit).

Reprise du trafic en Europe et vers le Maghreb

Pour son programme estival, la plateforme toulousaine proposera 66 destinations en France et dans le monde. "Rien qu'en juin, nous serons à 52 vols par jour contre seulement 40 vols quotidiens au mois d'août au point culminant de la saison en août 2020", souligne Catherine Gay, directrice du développement de l'aéroport. Easyjet et Ryanair rouvrent leur base aérienne même si la voilure est réduite de moitié (deux avions au lieu de quatre pour la premier et un seul avion pour la seconde).

Lire aussi 3 mnRyanair rouvre sa base à Toulouse mais réduit la voilure

aeroport toulouse

66 destinations au départ de Toulouse sont proposées dans le cadre du programme été de l'aéroport de Toulouse (Source : ATB).

Les prochains mois permettront de relancer le trafic en Europe avec l'allègement des restrictions. "En Italie, en Espagne, en Croatie, vous pouvez voyager à condition d'un simple test PCR. Le Maroc rouvre ses frontières le 10 juin prochain. Et l'autre bonne nouvelle, c'est le retour des vols vers l'Algérie à partir de fin juin", détaille-t-il. Les liaisons vers le Royaume-Uni sont toujours freinées en revanche par les quarantaines à respecter à l'arrivée sur le territoire. Par ailleurs, Air Transat a décidé d'annuler tous ses vols jusqu'à fin août au départ de Toulouse vers le Canada en raison des mesures très restrictives imposées aux passagers français.

"Le retour à la normale du trafic n'est pas attendu avant 2024-2025. Autant nous avons pu remarquer une reprise du trafic assez rapide lors des congés de l'été 2020 pour les vols loisirs et affinitaires, autant le trafic affaires a connu un choc majeur et mettra plus de temps à revenir", observe Christian Cassayre. D'où l'importance de choyer cette clientèle business. L'aéroport de Toulouse a décidé d'aller plus loin que la logique coupe-files et de lancer "un circuit premium" pour ces passagers réguliers qui ne seront plus mêlés aux autres passagers tout au long de leur parcours au sein de l'aérogare. La plateforme a également engagé "quelques dizaines de milliers d'euros" pour changer son logo et son identité visuelle.

Dégager de nouvelles sources de revenus

Mais face à l'ampleur du choc économique, l'aéroport devra repenser en profondeur son business model.

La crise a montré la fragilité d'un modèle économique trop dépendant des activités aéronautiques.

Christian Cassayre, président du conseil de surveillance de l'aéroport de Toulouse

CHRISTIAN CASSAYRE AEROPORT

Christian Cassayre est le nouveau président du conseil de surveillance de l'aéroport Toulouse-Blagnac (Crédits : Rémi Benoit).

Le président du directoire Philippe Crébassa complète : "Nous devons développer de nouveaux relais de croissance. Jusqu'à présent, notre diversification immobilière était très liée à l'industrie aéronautique. On pense aux halls de peinture pour Sabena Technics ou l'implantation de l'hôtel NH." ATB a également livré en avril de tous nouveaux locaux d'activité pour la société Barry Controls, filiale du groupe Hutchinson, spécialisée dans la réalisation de produits d'étanchéité pour l'industrie aéronautique et automobile. Fin 2021 sera livré un centre de tri de 3.500 m2 pour l'expressiste FedEx implanté en bord de piste pour traiter l'acheminement de colis des avions vers les flux routiers.

Lire aussi 3 mnAéronautique : Sabena technics investit 20M€ pour peindre les longs courriers

Désormais la plateforme veut s'étendre vers de nouveaux champs d'activité. "L'une des pistes concerne la réutilisation d'espaces en sous capacité comme les parkings", a esquissé Philippe Crébassa. L'aéroport pourra permettre aux parkings vides d'accueillir des marchés de plein vent ou des événements culturels (concerts).

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.