Daher : 20 millions d'euros investis sur la plateforme logistique de Cornebarrieu

 |  | 615 mots
Lecture 3 min.
Daher a construit une plateforme logistique de 18.000 m2 à Cornebarrieu.
Daher a construit une plateforme logistique de 18.000 m2 à Cornebarrieu. (Crédits : Daher)
Le groupe Daher et la région Occitanie vont investir 20 millions d'euros sur cinq ans pour repenser le développement de la plateforme logistique Corlog. Construite à proximité des lignes d'assemblage d'Airbus à Toulouse pour accompagner la montée des cadences de production dans l'aéronautique, le site veut s'ouvrir à de nouveaux secteurs. La plateforme deviendra également un lieu d'expérimentation sur la logistique du futur avec l'ambition d'accueillir une centaine de startups et PME à terme.

Daher devait inaugurer en début d'année Corlog, sa nouvelle plateforme logistique à Cornebarrieu, à proximité des lignes d'assemblages d'Airbus.

"Le projet Corlog avait été initié fin 2015 par Daher pour assurer la montée des cadences sur l'aéronautique chez Airbus, mais aussi pour se doter d'une plateforme logistique propriétaire capable de répondre à des clients d'autres secteurs et de taille différente (PME, ETI). C'est une plateforme de 18.000 m2 dotée de trois plateaux de 6.000 m2 qui est sortie de terre", décrit Sébastien Leroy directeur open innovation chez Daher.

Avec la chute des cadences aéronautiques et alors que le groupe a lancé un plan social visant à supprimer 643 postes en France, Daher s'est associé avec la région Occitanie pour repenser l'activité de la plateforme.

"L'objectif était de poursuivre Corlog en prenant en compte l'impact de la crise. La baisse de charge avait un impact sur l'emploi et Daher voulait garder le plus grand nombre de ses salariés. Le conseil régional a réalisé un travail très constructif avec Daher pour conserver le maximum de postes en adressant une diversification de l'objet initial de la plateforme logistique", avance Nadia Pellefigue, vice-présidente de la région en charge du développement économique.

Une plateforme d'innovation de 600 m2

L'accord entre la collectivité et l'équipementier aéronautique porte sur 20 millions d'euros d'investissements sur cinq ans. Cinq millions d'euros seront consacrés à l'achat de matériel et au réaménagement du site pour accueillir une plateforme d'innovation et de transfert technologique de 600 m2 à destination d'autres sociétés. "Elle sera ouverte à des startups pour qu'elles puissent tester leurs technologies mais aussi à toute une série de PME/PMI qui pourront s'appuyer sur nos outils pour améliorer leur logistique. Nous pourrons accueillir une centaine de sociétés à terme", détaille Sébastien Leroy.

Mais tient à préciser Nadia Pellefigue, "la majeure partie de l'investissement va servir à des actions de formation" : "Nous voulons faire de Corlog un lieu de formation aux métiers de la logistique du futur avec la création d'un showroom pour faire découvrir ces nouvelles compétences."

Une nouvelle donne pour la logistique

À l'instar de l'essor de l'usine du futur qui a transformé les processus de production dans l'industrie, la logistique doit elle aussi s'adapter à une nouvelle donne.

"Les clients sont en quête d'une logistique digitalisée, davantage modulaire et plus écoresponsable, observe le responsable Open Innovation de Daher. La logistique du futur fait écho à beaucoup d'enjeux mis en lumière par l'industrie 4.0. Nous devons assurer que les entrepôts soient reconfigurables et versatiles selon les variations de cadences et saisonnières. Les outils numériques sont utilisés pour faire de la prédiction, l'intelligence artificielle prévient des aléas, la blockchain permet de réaliser un chaînage d'informations le plus robuste possible. Des robots autonomes qui circulent dans les entrepôts sont capables de déplacer des zones de stockage, la reconnaissance vocale est utilisée par les opérateurs, etc. Nous allons utiliser enfin de nouveaux matériaux, des plastiques recyclables et des objets connectés pour réduire l'usage des cartons.

Des enjeux déjà mis en exergue dans le rapport Hémar-Daher sur la compétitivité de la logistique remis en 2019 au Premier ministre. Avant la pandémie, la région Occitanie avait également lancé le cluster Fret et logistique en Occitanie. "Mais la logistique du futur a pris tout son sens lors de la crise sanitaire. Il suffit de se souvenir des difficultés d'approvisionnement pour les masques", pointe Nadia Pellefigue. La filière logistique et fret représente en Occitanie plus de 6.300 entreprises et 90.000 emplois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :