Cabi-Caillol, le spécialiste tarnais du bâtiment d'élevage change d'actionnaire et vise l'export

 |  | 1119 mots
Lecture 6 min.
Cabi-Caillol veut devenir dans les prochaines années le premier apporteur de solutions autour du stockage et du bâtiment mobile sur le marché de l'élevage de volailles.
Cabi-Caillol veut devenir dans les prochaines années "le premier apporteur de solutions autour du stockage et du bâtiment mobile sur le marché de l'élevage de volailles". (Crédits : Cabi-Caillol)
Cabi-Caillol a un nouvel actionnaire. Installée à Valence-d'Albigeois dans le Tarn, l'entreprise est experte en conception et fabrication de bâtiments mobiles et de matériel d'élevage. L'actionnaire majoritaire et le nouveau dirigeant ont pour projet de faire de la société un groupe industriel, notamment en élargissant la gamme de produits avec des objets connectés. La structure qui est pour l'heure uniquement présente sur le marché français a pour objectif de réaliser 10 à 15 % de son chiffre d'affaires à l'international d'ici 5 ans.

Capital Export, fonds d'investissement français spécialisé dans l'accompagnement des entreprises exportatrices, devient actionnaire majeur de Cabi-Caillol. La société tarnaise, fondée en 1998, est spécialisée dans la conception et fabrication de bâtiments mobiles et de matériel dédiés principalement à l'élevage de volailles et respectueux de l'environnement et de l'animal. Le groupe régional Irdi Soridec Gestion et son fonds de proximité Midi-Pyrénées Croissance participe également au tour de table, de façon minoritaire. À travers cette opération, le nouvel acquéreur souhaite accélérer le développement de l'entreprise en France et à l'international.

"Cabi-Caillol correspond parfaitement à notre thèse d'investissement : une PME qui exprime un savoir-faire tout particulier, avec un potentiel fort pour développer son offre à l'international. En plus de la qualité de l'entreprise et de sa belle croissance, nous avons été attirés par le secteur. Il s'agit pour nous d'une diversification de notre portefeuille, nous n'étions pas présents dans l'agroalimentaire qui fait preuve de beaucoup de résilience. De plus, la société est positionnée sur un mode d'élevage beaucoup plus raisonné qui privilégie le bien-être animal. La crise sanitaire valide ce positionnement, les consommateurs sont à la recherche d'une nourriture plus saine et plus locale", explique Michel Claret,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :