"Sans aides, on ne tiendra pas trois mois", prévient Didier Lacroix (Stade Toulousain)

En marge d'une visite des nouvelles installations du stade Ernest-Wallon, le président du Stade Toulousain, Didier Lacroix, s'est montré alarmiste pour l'avenir de son club face à la jauge partielle et limitée de 5 000 spectateurs dans les stades pour lutter contre la crise sanitaire. Une réunion avec le gouvernement, pour aborder la question d'aides financières en compassion, doit avoir lieu prochainement. Les détails.

4 mn

Didier Lacroix est inquiet pour l'avenir (économique) du Stade Toulousain face à cette jauge partielle de 5 000 spectateurs.
Didier Lacroix est inquiet pour l'avenir (économique) du Stade Toulousain face à cette jauge partielle de 5 000 spectateurs. (Crédits : Rémi Benoit)

C'est un Stade Toulousain au visage nouveau qui s'apprête à débuter la saison 2020-2021. Non pas par un effectif professionnel chamboulé - qui a consenti à une baisse de salaire pour aider le club - mais plutôt par ses infrastructures. Avant le début de ce nouvel exercice sportif, le président du Stade Toulousain, Didier Lacroix, a tenu à présenter aux médias les nouveaux équipements. Au programme de la visite : nouvelle salle de presse, nouveaux vestiaires pour les visiteurs, les Stadistes, le TO XIII, les féminines et les espoirs, ainsi qu'un nouveau sas d'accès au terrain.

Lire aussi : Comment le Stade Toulousain prépare sa reprise économique

"La fin des travaux a été retardée par la crise sanitaire et la Covid-19, mais la finalité est là. Notre objectif est d'avoir un stade fonctionnel, utile et agréable, tout en accueillant avec le plus de professionnalisme possible les personnes amenées à travailler à Ernest-Wallon", expose Didier Lacroix.

Stade Toulousain

Le stade Ernest-Wallon s'offre une nouvelle jeunesse (Crédits : Rémi Benoit).

Néanmoins, la crise sanitaire est bien plus dérangeante pour la pérennité du club de rugby de Toulouse, champion de France en titre, que pour l'achèvement des travaux, assuré tant bien que mal.

Lire aussi : Didier Lacroix : "L'image de Toulouse est associée au monde du rugby"

Aucune dérogation à venir sur la jauge partielle ?

En ce sens, une annonce récente vient compliquer la donne. Lors d'une conférence de presse, jeudi 27 août, le Premier ministre Jean Castex a dévoilé une carte de France sur laquelle le département de la Haute-Garonne est classé en rouge (signifiant que les indicateurs dans la lutte contre la Covid-19 ne sont pas bons). De quoi éloigner l'espoir pour Didier Lacroix et le Stade Toulousain d'obtenir prochainement des dérogations afin de dépasser la jauge partielle des 5 000 spectateurs pour ses matchs à domicile.

"La situation s'est tendue avec le passage en rouge de notre département. Cela signifie que nous allons être encore plus surveillés, ce qui va nous contraindre à une jauge partielle. Mais nous allons demander toutes les dérogations nécessaires pour le match de championnat face à La Rochelle (planifié au 12 septembre, ndlr), en espérant que la situation sanitaire se sera améliorée", annonce le patron du Stade Toulousain.

Afin de fixer les règles des demandes de dérogation à cette jauge partielle de 5 000 spectateurs en Haute-Garonne et les paramètres pour l'obtenir, le préfet Étienne Guyot a reçu les présidents des clubs professionnels du territoire (Toulouse Football Club, Stade Toulousain et Colomiers Rugby) mardi 25 août et a fait preuve de fermeté à ce sujet.

Stade Toulousain

Le stade Ernest-Wallon remplira-t-il totalement sa jauge au cours de la saison 2020-2021 ? (Crédits : Rémi Benoit)

"Le préfet rappelle qu'aucune dérogation ne saura être accordée tant que le contexte épidémiologique suivra sa tendance défavorable notamment au regard de la hausse du taux d'incidence (taux de tests positifs par rapport à 100 000 habitants, ndlr). La sécurité sanitaire des joueurs et supporters demeure au cœur des préoccupations de tous dans une période où le relâchement n'est pas acceptable", a-t-il communiqué après la réunion.

"On est donc en réel danger"

Un mauvais signal alors que le Stade Toulousain s'apprête à recevoir prochainement le Ulster le 20 septembre, en quarts de finale de la Coupe d'Europe, au Stadium de Toulouse et ce, à guichets fermés, c'est-à-dire avec les 33 000 billets vendus. Raboter la jauge à 5 000 supporters aurait des conséquences économiques importantes pour le Stade Toulousain.

"Le manque à gagner serait chez nous de 1,1 million d'euros pour le quart de finale de Coupe d'Europe et de 300 000 euros pour un match de Top 14 à domicile (...). Un club comme le nôtre ne peut fonctionner avec des jauges partielles. C'est impossible ! On est donc en réel danger. Sans aides, on ne tiendra pas trois mois. Là, les 5 000 nous permettent de survivre encore un peu avec nos partenaires et nos abonnés (plus de 4000 pour la saison qui s'apprête à démarrer, ndlr). C'est déjà ça, parce qu'à huis clos, ça serait totalement impossible", lâche le président Didier Lacroix.

Didier Lacroix

Didier Lacroix s'est montré alarmiste pour la suite (Crédits : Rémi Benoit).

C'est ainsi un SOS que lance le président, avant un rendez-vous crucial le mardi 1er septembre, où lui et d'autres dirigeants du rugby français seront reçus par le gouvernement pour aborder ces questions.

Lire aussi : "Je n'imagine pas le Stade Toulousain disparaître de la carte" (D. Lacroix)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 30/08/2020 à 14:16
Signaler
Nous n en avons que faire de vos problème, il fallait y penser pendant les années de vaches grasses! aujourd’hui il y a des usine à sauver et moi je dis les joueurs n’ont qu à mettre la main à la poche.

à écrit le 29/08/2020 à 20:06
Signaler
Le chomage partiel est plafonné a 4,5 smics, ca devrait aller pour le jardinier. Pour les autres, ca permettra de remettre les pieds sur terre: En 2000, un joueur pro gagnait 6000 brut par mois. aujourd'hui 60 000, la folie des augmentations comme a...

à écrit le 29/08/2020 à 12:52
Signaler
On s'en moque qu'il ferme. C'est comme les millions d'euros donnés par BACHELOT pour la culture. Une honte et anormal. C'est un hold up . Ce n'est pas vitale. Il y a les caisses de retraites à renflouer. Rembourser à nouveau les médicaments pour le...

à écrit le 29/08/2020 à 6:04
Signaler
Il faut revenir à l’essence du sport, les clubs doivent vivre comme avant avec moins d’argent, c’est à dire des sportifs amateurs encadrés par des bénévoles. Arrêtons le sport business

à écrit le 29/08/2020 à 5:41
Signaler
Cette succession de quémandeurs est insupportable,un club de sport quel qu'il soit est il indispensable la réponse est non. La solution est de supprimer la jauge de 5000 et assisteront aux spectacles divers et variés ceux qui veulent. Peu importe l...

à écrit le 28/08/2020 à 18:21
Signaler
a votre bon coeur messieurs dames la distribution d'argent ( qui n'est a personne et que la BCE doit preter sans interets, et en annulant son pret sans l'appeler ' don' pour ne pas indigner la france) continue veuillez prendre votre place dans la f...

le 30/08/2020 à 17:42
Signaler
A cette différence près que sur les 80 milliards de CA culturel en France, 40 milliards proviennent de ceux que vous appelez les "glandouilleurs".

à écrit le 28/08/2020 à 17:45
Signaler
On ne peut pas considérer cela comme une association quand on utilise des joueurs professionnels donc les subventions n'ont aucune utilité!

à écrit le 28/08/2020 à 17:44
Signaler
On ne peut pas considérer cela comme une association quand on utilise des joueurs professionnels donc les subventions n'ont aucune utilité!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.