Le sous-traitant aéronautique Aertec a vendu un demi-million de masques lavables

Pour éviter de fermer son usine flambant neuve de confection de rideaux pour les avions d'Airbus et de Boeing, la société toulousaine Aertec s'est lancée fin mars dans la fabrication de masques lavables. Elle en aura fabriqué un million à la fin juin, dont la moitié a déjà trouvé preneur. Aertec aimerait aussi créer un atelier pour fabriquer les matières premières des masques en France, plutôt qu'en Chine.

4 mn

Philippe Billebault est le président fondateur du groupe Aertec.
Philippe Billebault est le président fondateur du groupe Aertec. (Crédits : Rémi Benoit)

"C'est bien simple. Sans les masques, nous aurions arrêté l'atelier fin mars", lance Philippe Billebault, président-fondateur du groupe Aertec. Ce sous-traitant aéronautique de 250 salariés avait inauguré fin septembre une nouvelle usine à Toulouse pour fabriquer des rideaux plissés pour les cabines d'avions et des kits de moquette (pour ATR, les Boeing 777 et 787 ainsi que les Airbus A330, ndlr). "Le site assurera aussi la maintenance de sièges d'avions et disposera d'un bureau d'études ainsi que des directions commerciale et qualité", nous expliquait alors le dirigeant.

aertec

Aertec produit des rideaux pour Airbus et Boeing (Crédits : Rémi Benoit).

Mais le Covid-19 a tout bouleversé.

"Avec le confinement, nous nous sommes retrouvés avec énormément d'annulations et de reports de la part de nos clients traditionnels. En mars, nous n'avons pris aucune commande et celles qui étaient en cours ont été reportées sur quatre à six mois", narre Philippe Billebault.

30 000 masques par jour

Dès le début du confinement, le chef d'entreprise décide alors de convertir son activité textile pour répondre à la forte demande à venir de masques. ll investit 300 000 euros pour réaménager l'atelier de rideaux et acquérir des machines supplémentaires de soudure par ultrasons nécessaires à la fabrication de ces masques lavables non tissés. La production décolle très rapidement.

"Au début, nous réalisions 2 000 masques par semaine et en un mois et demi nous sommes montés à 30 000 masques par jour. Nous aurons produit fin juin un million de masques et nous en avons vendu 500 000", se félicite le dirigeant qui a embauché une trentaine de personnes en CDD pour faire face à cet afflux de production inhabituel.

Parmi les clients d'Aertec figurent de nombreuses PME qui avaient besoin d'équiper leurs salariés, de grands groupes comme Dassault ou Eiffage mais aussi des groupements de particuliers. 75 000 de ces masques made in Toulouse ont également été distribués par la communauté de communes du Mans et 20 000 par la mairie de Portet-sur-Garonne. La PME a par ailleurs conçu des modèles pour enfant et créé un site internet dédié.

Une machine automatique pour les masques chirurgicaux

Même si la demande a nettement chuté depuis fin mai, Aertec compte pérenniser cette activité.

"À la rentrée, il y aura des reconstitution de stocks. D'autre part, nous avons décidé de poursuivre dans cette stratégie en investissant 500 000 euros grâce à l'aide de la Région Occitanie dans une machine de fabrication automatique de masques chirurgicaux. Elle pourra en produire 150 000 par jour avec une commercialisation dès septembre.

On se rend compte que tout le monde se jette sur ces masques jetables. Nous visons des marchés publics où la demande va se stabiliser au niveau des agences régionales de santé, des hôpitaux de moyenne taille, des Ehpad ou des cliniques privées."

Et bientôt une usine pour les matières premières ?

Le chef d'entreprise travaille aussi sur la création d'une usine en France pour fabriquer les matières premières nécessaires aux masques.

"Avec une machine automatique pour les masques chirurgicaux, nous pourrons nous mettre au niveau des prix de ceux importés de Chine. Le seul problème reste la matière première. Toutes les unités de l'Hexagone ont été rachetées par un groupe américain qui n'est pas en capacité de livrer les fabricants français. Nous sommes obligés d'aller chercher la matière première en Chine. Aertec réfléchit à la possibilité d'investir dans une usine qui donnerait de l'autonomie à la France sur ce segment", souligne Philippe Billebault qui a engagé des discussions à ce sujet avec le pôle de compétitivité du textile Euromaterials, basé à Tourcoing.

Le fondateur de la PME estime que la production de masques lavables va générer entre 1,5 et 2 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2020 et espère environ 1,5 million d'euros pour les masques chirurgicaux. "Ce n'est pas négligeable", lance-t-il.

Pour autant, cette nouvelle activité ne permettra pas de compenser les pertes causées par la crise du transport aérien. "Le textile ne représente qu'une partie de notre activité qui est très hétéroclite. Nous avons des contrats avec l'armée dans le secteur de la peinture d'avion où le volume d'activité est remonté à 90%. En revanche, sur l'aménagement des cabines ou les centres de maintenance aéronautique pour lesquels nous travaillons pour des compagnies aériennes comme Air France, l'activité est très faible. Il en est de même au niveau des constructeurs. Airbus a annulé ses contrats. La production des rideaux plissés et des moquettes ne redémarrera pas de si tôt", constate le dirigeant dont 55% de l'effectif est en chômage partiel.

Le sous-traitant avait engagé depuis quelques années une diversification vers les secteurs ferroviaire et nautique en vendant des housses pour les trains de la SNCF ou le constructeur de bateaux à voile Beneteau. Mais là aussi, beaucoup de commandes sont reportées. Aertec qui tablait sur 23,5 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2020, escompte désormais atteindre les 16 millions d'euros.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 16/06/2020 à 9:50
Signaler
En voilà une start-up vraiment innovante ! Avec de vrais ouvriers/ouvrières et de vraies machines. L'avenir est dans l'industrie, et pas forcément dans les trucs super high-tech (à la noix) : la créativité, c'est partout. C'est là qu'on fabrique la...

à écrit le 15/06/2020 à 22:23
Signaler
Bravo à cette entreprise

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.